D’après une étude belge, être lesbienne serait un atout à l’embauche

D’après une étude belge, être lesbienne serait un atout à l’embauche

D’après une étude belge, les jeunes lesbiennes auraient 25% de chances de plus d’obtenir un entretien d’embauche que les hétérosexuelles de leur âge.

Etre lesbienne pourrait s’avérer être un avantage lorsque l’on recherche un emploi. C’est ce que révèle une étude du chercheur Stijn Baert de l’Université de Gand (UGent), en Belgique. Ce dernier a envoyé 576 réponses fictives à des offres d’emploi en Flandre. Sur leur CV, toutes les candidates ont indiqué qu’elles étaient mariées, et une sur deux avec une femme. “De cette manière, nous pouvions repérer les éventuels traitements discriminatoires sur la base de l’orientation sexuelle”, explique le chercheur.

​Les candidates ont ensuite été réparties entre quatre catégories : femmes âgées de 25 ans avec un enfant, femmes de 25 ans sans enfant, femmes de 37 ans avec un enfant, et femmes de 37 ans sans enfant. Ainsi, il s’agissait aussi de voir les différences de traitement des candidates en fonction de leur âge et de leur nombre d’enfants.

L’étude a démontré que les jeunes homosexuelles, avec ou sans enfant, avaient plus de chances de trouver un emploi que les hétérosexuelles dans la même situation. « Les lesbiennes ont, à 25 ans, 25% de chances en plus de décrocher un entretien d’embauche après avoir envoyé une lettre de motivation en réponse à une offre d’emploi. Les jeunes lesbiennes avec un enfant ont même 33% de chances en plus d’obtenir une interview que leurs semblables hétérosexuelles avec un enfant », rapporte Stijn Baert. Il affirme cependant qu’au-delà de 25 ans, il n’y a plus de discrimination entre les homosexuelles et les hétérosexuelles.

​Ces résultats sont plutôt étonnants, sachant qu’un rapport de la Halde révélait il y a quelques années que 11.6% des salariés homosexuels estimaient avoir été écartés d’une promotion interne durant leur carrière à cause de leur préférence sexuelle. Dans le cas de cette étude, les employeurs penseraient visiblement que les jeunes femmes homosexuelles auraient moins de chances de tomber enceintes que les hétérosexuelles. Et lorsqu’elles ont des enfants, les recruteurs penseraient qu’il leur serait plus facile de partager les tâches éducatives et ménagères au sein du couple. Une étude qui détonne parmi les affirmations que nous retrouvons d’ordinaire, et qui convient d’être toujours traitée avec Prudence.

Source: aufeminin.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE