De nouvelles inquiétudes sur l’état de santé d’Alassane Ouattara.

De nouvelles inquiétudes sur l’état de santé d’Alassane Ouattara.

Peu dédaigneux des grandes sorties à l’extérieur du pays, le chef de l’Etat est contraint depuis son opération à la sciatique de rester sur place à Abidjan. Obligé par ailleurs de sécher la réunion de l’UA qui se déroule en ce moment en Guinée Equatoriale, le chef de l’Etat est aussi d’ores et déjà forfait pour le sommet Etats-Unis-Afrique qui aura lieu en début du mois de juillet à Washington. En fait, ces absences répétées alimentent clairement les inquiétudes sur l’état de santé de Ouattara.

Finalement, c’est sous le prisme de ses absences répétées aux grands sommets internationaux que les Ivoiriens mesurent l’état de santé d’Alassane Ouattara qui n’avait pas habitué ses compatriotes à rester aussi souvent à la maison. A juste titre d’ailleurs, le journal Notre Voie l’avait surnommé Magellan en référence à ces nombreux voyages. Car en trois ans de mandat, Ouattara s’est retrouvé plus 85 fois en dehors des frontières ivoiriennes,alimentant diverses anecdotes sur ses fantasmes dans les airs. Or, depuis son opération à la sciatique, le chef de l’Etat a radicalement changé ses habitudes.

Certes lui-même prétend être totalement guéri. Cependant, des plans standards pour le filmer ont été imaginés par la télévision ivoirienne qui évite systématiquement de le montrer en situation de marche. A cet indice, on peut désormais ajouter les absences répétées d’Alassane Ouattara à tous les sommets internationaux. Alors qu’il aurait du être à la rencontre des chefs d’Etat de l’UA qui se déroule actuellement en Guinée Equatoriale, Ouattara a dû signer forfait. Mais il aussi annulé son voyage au Maroc où il devait effectuer,fin juin, une visite d’Etat en réponse à celle du souverain chérifien dont le voyage en Côte d’Ivoire avait coïncidé avec la période de l’opération de son homologue ivoirien dans une clinique française. Les meilleurs spécialistes qui avaient été engagés pour soulager Ouattara, pronostiquaient justement un rétablissement complet avant le sommet autour du président américain Barack Obama. On connait l’amour du dirigeant ivoirien pour les affiches et à quel point il aime se retrouver aux côtés de l’exécutif américain qui est, dans l’imagerie populaire, son ami.

C’est donc tout dire de la déception de la présidence ivoirienne. Car pour les abidjanais, c’est la preuve que le chef de l’Etat ne va pas aussi bien que veut le laisser croire la communication présidentielle. Sans doute parce qu’ils s’habituent aussi de plus en plus à ne pas voir leur président à la réception de ses homologues en visite en Côte d’Ivoire, ou de passage au pays. Le dernier à l’avoir expérimenté est le président John Dramani qui était de passage, la semaine dernière, à Abidjan où il a été directement attendu à la présidence ivoirienne. Selon des spécialistes ivoiriens, on ne guérit jamais totalement de la sciatique et dans le meilleur des cas, le patient est incapable de rester debout pendant longtemps. Mais au nombre des restrictions, il ya aussi les longs voyages. Et visiblement cela semble décourager la présidence ivoirienne qui prolonge ainsi les absences du chef de l’Etat aux différents sommets se déroulant à l’extérieur de la Côte d’Ivoire.

D’ailleurs au plan interne, Alassane Ouattara joue aussi aux abonnés absents. Le chef de l’Etat devait pourtant reprendre ses visites d’Etat dans les différentes régions du pays. Il était en effet attendu en juin à Daoukro chez Henri Konan Bédié himself, son grand allié du RHDP. Certes la présidence ivoirienne n’a pas encore produit un communiqué reportant ce déplacement mais, dans les conditions actuelles, son maintien constituerait une grande surprise. Le chef de l’Etat est-il donc malade ?

En tout cas, de nouvelles rumeurs courent encore depuis quelques jours malgré un contexte où les moindres allusions peuvent coûter jusqu’à une suspension de journal.Quant à la présidence, elle semble n’avoir tiré pour toute leçon qu’il vaut mieux sanctuariser la question de l’état de santé du chef de l’Etat pour ne plus donner du grain à moudre à la presse de l’opposition. La constitution contraint pourtant le président de la République à divulguer son état de santé dans les conditions actuelles. Mais en Côte d’Ivoire,il est difficile de s’en tenir à la constitution. Et cette nouvelle posture de Ouattara, particulièrement ces absences répétées, font naître une vague d’inquiétudes parmi les populations malgré les demi-réponses de la télévision ivoirienne. Qui ne rassurent guère.

Sévérine Blé

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.