Déclaration de la Fédération F.P.I. Duekoué suite à l’arrestation de madame Meho

Déclaration de la Fédération F.P.I. Duekoué suite à l’arrestation de madame Meho

Le mercredi 10 Août 2016, c’est avec une grande indignation que les militants de la Fédération du Front Populaire à Duékoué ont appris l’enlèvement suivi d’un emprisonnement à la M.A.C.A. de la camarade MEHO Antoinette Rouassya, originaire de Duékoué et membre du bureau fédéral F.P.I. de Yopougon-Banco.

Des informations recueillies à ce jour, le régime en place accuse la camarade MEHO Antoinette Rouassya de vouloir le déstabiliser tout en portant atteinte à la sûreté de l’Etat. Notre camarade qui n’est rien d’autre qu’une simple et modeste ménagère serait, selon le régime, l’instigatrice ou le cerveau de l’attaque du domicile du Chef de l’Etat-major des armées, dans sa ville natale qui est Séguéla. En tout et pour tout, c’est là, à notre sens, une é-nième arrestation arbitraire d’une vaillante militante du F.P.I. et dignecombattante pour la justice et pour la liberté.

Que veut donc le régime au peuple Wê en général, depuis toujours martyrisé et sans que justice lui soit rendue, ainsi qu’à Duékoué en particulier, pour s’en prendre à madame MEHO Antoinette ? Pourquoi tant de fébrilité de la part du pouvoir, pour, est-on en droit d’affirmer, des preuves de crimes de masse déjà déposées à la C.P.I. par des témoins de tous bords, bien avant même madame MEHO ?

Pour les militants F.P.I. de Duékoué, ceci est une autre arrestation précédée de brutalités, suivie de tortures à la D.S.T. (Direction de la Surveillance du Territoire) et d’une incarcérationà la M.A.C.A. que les militants de la Fédération F.P.I. de Duékoué condamnent tout en exigeant du régime la libération immédiate et sans conditions de notre camarade Antoinette MEHO, à moins que le pouvoir en place ne se soit définitivement résolu à vouloir battre son tam-tam de la réconciliation et à danser seul.

Fait à Duékoué, le 20 Août 2016.

POUR LA FEDERATION F.P.I. DUEKOUE :

Camarade DJITE Gabin, Secrétaire Fédéral.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*