Déclaration EDS sur le 3ème mandat de Ouattara | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Déclaration EDS sur le 3ème mandat de Ouattara
Déclaration EDS sur le 3ème mandat de Ouattara

Déclaration EDS sur le 3ème mandat de Ouattara

Quelques heures seulement après l’annonce par Alassane Dramane Ouattara de son intention de briguer un 3ème mandat, plusieurs personnes ont crié à l’intention de monsieur Ouattara de violer la constitution ivoirienne.

Au nombre de ces personnes, on pourrait citer le Secrétaire exécutif du PDCI, Maurice Kacou Guikahué. En effet, pour monsieur Guikahué, tous ceux qui croient en la déclaration de monsieur Ouattara font une mauvaise lecture de la présente constitution de Côte d’Ivoire. Selon le Secrétaire Exécutif du PDCI-RDA, la constituion de 2016 ne permet pas à Alassane Dramane Ouattara d’être éligible en 2020 puisqu’il a, conformement à la loi, déjà fait ses deux mandats constitutionnels. Monsieur Guikahué est rejoint dans cette analyse par le journaliste André Silver Konan. Ce dernier a affirmé dans un billet que monsieur Ouattara est constitutionnellement forclos pour la présidentielle de 2020 parce qu’il aura à cette date là fait les deux mandats autorisés par la loi fondamentale ivoirienne.

Messieurs Guikahué et Konan se sont apparemment pas les seuls s’offusquer de la déclaration de monsieur Ouattara. En effet, pour Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), une coallition de partis politiques et d’organisations de la société civile dirigée par le professeur Georges Armand Ouégnin, cette déclaration de Alassane Dramane Ouattara «n’est que pure provocation contre le peuple ivoirien».

Dans un communiqué dont copie a été transmise à EBURNIENEWS.NET, le président de EDS  explique que «l’idée d’un 3ème mandat, le chef de l’Etat actuel le sait, est anticonstitutionnelle, inacceptable et irréalisable en Côte d’Ivoire». Avant d’ajouter que «cette sortie du chef de l’Etat conforte davantage la justesse du combat d’EDS pour la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI), conformément à  l’arrêt  de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples du 16 novembre 2016».

Déclaration d’EDS relative à son 3ème mandat Déclaration EDS sur le 3ème mandat de Ouattara

Rappelons que EDS se bat pour que le pouvoir ivoirien mette à exécution les recommandations contenues dans l’arrêt  de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples du 16 novembre 2016. EDS a d’ailleurs lancer un mot d’ordre de Boycott de l’enrôlement décidé par la CEI dans le cadre des échéances à venir, au motif que l’actuelle CEI est illégale au regard de l’arrêt  de la Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples du 16 novembre 2016.

Eburnienews.net

 

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.