Déconstruction des clichés coloniaux: Les femmes noires comme incarnation forcée du corps de l’Autre

Déconstruction des clichés coloniaux: Les femmes noires comme incarnation forcée du corps de l’Autre

Principales victimes de la colonisation, les Africains et notamment les Africaines ont été l’objet de fantasmes sexuels visant à leur ôter toute humanité et à les représenter comme des «sauvages».

«Bicuzi Kihubo avait la cervelle d’une antilope, mais une allure de star. Ses grands yeux marron illuminaient un visage doux, encadré par les tresses traditionnelles, ses seins moulés par un tee-shirt orange pointaient comme de lourds obus ; quand à sa chute de reins, elle aurait transformé le plus saint des prélats en sodomite polymorphe… Ses hanches étroites et ses longues jambes achevaient de faire de Bicuzi une bombe sexuelle à pattes.» Les connaisseurs auront sûrement reconnu dans ce portrait d’Africaine torride, le style particulier de Gérard de Villiers, passé maître du roman d’espionnage à forte connotation érotique à travers la série des SAS. Les scènes de sexe, tout autant que la vraisemblance d’intrigues construites à partir d’infos recueillies sur le terrain, expliquent le succès et la fortune de l’auteur, mort en 2013 après avoir vendu plus de 150 millions de livres.

Romans de gare machistes qui confinent les personnages féminins à des objets sexuels culbutés dans tous les sens par Son Altesse Sérénissime le prince Malko Linge, héros de la série ? Peut-être. Mais à relire les descriptions de certaines de ces «bombes sexuelles sur pattes», pin-up systématiquement moulées dans une «microjupe», difficile de ne pas y voir une illustration de la permanence des clichés qui s’attachent singulièrement aux femmes noires et qu’on retrouve dans l’immense somme consacrée à la Domination des corps du XVe siècle à nos jourspubliée jeudi sous la direction de l’historien Pascal Blanchard. L’ouvrage Sexe, race et colonies ne se limite certes pas aux femmes noires et dresse un panorama exhaustif de l’image du corps de l’Autre, de l’Afrique coloniale (Maghreb inclus) jusqu’à l’Asie et au monde amérindien.

Préjugés

Reste que les populations noires ont été les plus nombreuses victimes de la colonisation et de l’esclavage au cours de l’histoire moderne, produisant par conséquent un corpus assez inégalé de fantasmes et de préjugés. «Dès les XVIe et XVIIe siècles, les différences de couleurs, les climats tropicaux et les pratiques socioculturelles singulières génèrent une cartographie et une iconographie du “sauvage sexuel” africain qui se répand en même temps que la colonisation elle-même», confirment ainsi les auteurs de l’ouvrage. Car l’homme noir n’échappe pas lui non plus à cet «imaginaire sexuel convulsif». Bête de sexe supposée insatiable, doté bien évidemment d’un pénis démesuré, et «brûlant de désirs pour toutes les femmes dans leur diversité mais particulièrement pour les inaccessibles Européennes», l’homme noir est dès le départ réduit à un «discours d’animalisation». Lequel permet surtout en réalité de justifier son statut inférieur et l’instauration de l’esclavage.

Mais la colonisation étant avant tout affaire de domination masculine, c’est bien autour de la question des femmes que s’est construite une grande partie de l’iconographie et du discours racial «au temps béni des colonies», comme le chantait Michel Sardou dans un hommage nostalgique à cette époque où il était possible d’avoir «quatre filles dans son lit». Comme le soulignent les auteurs, «la sexualité aux colonies n’est bridée par aucun tabou». Et si au XVe siècle, le tableau du viol des femmes noires pouvait encore choquer, uniquement en raison de l’interdit pesant sur les relations interraciales, à partir du XIXe et surtout au XXe siècle, une iconographie pléthorique donne à voir le Blanc en tenue coloniale (souvent également blanche) posant à côté d’une petite soubrette noire, la plupart du temps torse nu et dont la «fonction» semble évidente. Ainsi s’impose l’image de femmes noires «faciles, lascives, lubriques, perverses et donc foncièrement insatiables», qui «permet aussi de construire en miroir l’image de l’épouse blanche idéale, pudique et chaste». Ou encore celle de ces «nuits chaudes» au cours desquelles des femmes esclaves «désiraient, selon les colons, être pénétrées sans fin sous l’effet d’une constitution voluptueuse, parfois par intérêt». Les historiens ne sont évidemment pas dupes de ces représentations qui révèlent une «sexualité du mépris». Elle s’impose de manière durable après la Première Guerre mondiale, expression d’un racisme volontairement dégradant qu’incarnera également la mode des zoos humains, où se produira notamment Saartjie Baartman. La célèbre Vénus hottentote venue d’Afrique du Sud fut exhibée comme un animal de foire et même disséquée après sa mort en raison d’un fessier gigantesque.

Lire la suite sur liberation.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.