Déguerpissement à Gobelet: Affrontements entre habitants et policiers, 4 blessés | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France Déguerpissement à Gobelet: Affrontements entre habitants et policiers, 4 blessés
Déguerpissement à Gobelet: Affrontements entre habitants et policiers, 4 blessés

Déguerpissement à Gobelet: Affrontements entre habitants et policiers, 4 blessés

Le carrefour Attoban, quartier des deux-Plateaux situé à l’entrée du bidonville Gobelet, a été le théâtre hier de violents affrontements entre les habitants du quartier précaire et les agents de police de la compagnie républicaine de sécurité (Crs 1). Le bilan provisoire fait état de quatre blessés, selon des habitants.

«Depuis les premiers déguerpissements d’hier (Lundi dernier, ndlr), les populations ont pris des dispositions pour ne pas être surprises par les trois bulldozers. Ainsi très tôt le matin, un cordon a été formé pour bloquer l’accès du quartier aux engins. Aux environs de 9h, les policiers se sont mis à nous gazer et à nous battre sans forme de procès. Notre réaction a été proportionnelle aux actes de barbarie qu’ils ont posés. Les policiers ont blessé grièvement quatre jeunes gens et ont interpellé quatre autres au commissariat de police du 22ème arrondissement d’Attoban. A la vue de la forte mobilisation des habitants, les policiers ont libéré les jeunes gens. Nous voulons simplement être associés à l’opération de déguerpissement pour qu’il y ait des délimitations et faire les travaux avec des marteaux. Et non des bulldozers. Mieux, nous voulons un site de recasement pour les déguerpis», a indiqué traoré Mamadou, porte-parole des manifestants.

A l’en croire le pécule pour le départ des occupants des sites à risques a été remis à une quarantaine de personnes. Et non au millier de sinistrés. « Gobelet ne sera pas rasé entièrement. Puisque toutes les maisons ne sont pas situées dans des zones à risques. Pourquoi les agents de l’office national de la protection civile s’acharnent-ils sur tout le quartier ? Nous ne savons pas où aller. D’ailleurs où est le site de 850 ha pour recaser les déguerpis que le gouvernement nous a promis ?», se plaint le porte-parole des manifestants.

Selon des témoins, face aux grenades lacrymogènes, des habitants pour la plupart des jeunes armés de gourdins et d’autres armes blanches, ont lancé des pierres sur les agents de police qui se sont réfugiés au commissariat de police du 22ème arrondissement d’Attoban.

Les manifestants ont bloqué la voie reliant Attoban aux vallons. des gravats de briques, des pierres jonchaient la voie à notre passage sur les lieux aux environs de midi. Face à la détermination des manifestants, qui selon des indiscrétions, avaient en projet d’incendier le commissariat de police, deux cargos d’éléments des Frci armés de kalachnikov ont été dépêchés sur les lieux. Les manifestants et les forces de l’ordre se regardaient en chiens de faïence au moment de notre départ dans l’après-midi. Ainsi, l’opération de déguerpissement n’a pas eu lieu hier à Gobelet, un bidonville à forte concentration des ressortissants de la Cedeao, des manoeuvres et des employés de maisons.

Didier Kéi

Source: Notre Voie n° 4773

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.