Demande de visite à la CPI: La réponse de Gbagbo à Affi et Soro, selon Tchéidé Jean Gervais

Demande de visite à la CPI: La réponse de Gbagbo à Affi et Soro, selon Tchéidé Jean Gervais

Tchéidé Jean Gervais fait partie des derniers visiteurs partis d’Abidjan à La Haye pour rencontrer l’ancien président ivoirien pour le compte de son parti le Front populaire ivoirien (FPI) au moment où l’élection présidentielle de 2015 cristallisait toutes les attentions. Il avait gardé la primeur de la nouvelle des Pays-Bas à Sangaré Abou Drahamane le vice-président et président par intérim.

Si malgré les demandes pressantes de la presse le vice-président du FPI a mis du temps, pour raison de stratégies politiques, pour révéler au grand public un pan de sa visite à la Cour pénale de (Cpi), deux ans après nous en en savons un peu plus de cette visite au président Laurent Gbagbo qu’il avait effectué en novembre 2015. Cela a été possible grâce à la structure #Rezopanacom/#2cm225 Pro-Gbagbo qui rend ces informations disponibles. Et écrit que le responsable du Fpi s’exprimait le jeudi 20 juillet dernier dans le village d’Anono proche de la Riviera Golf, lors d’une rencontre avec des étudiants.

« J’ai posé cette question à Laurent Gbagbo : ‘Président, certains en Côte d’Ivoire nous demandent de faire profil bas parce que si nous manifestons, cela pourrait avoir un impact négatif sur votre procès. Qu’est-ce qu’on doit faire ?‘

À cette question de l’envoyé du Fpi à La Haye, la réponse du président fondateur de ce parti est la suivante, selon du moins les propos rapportés par Tchéidé Jean Gervais, à en croire #Rezopanacom/#2cm225.

« C’est moi qui suis ici. Si j’ai quelque chose à dire je le dirais à Sangaré pour qu’il vous le dise. Pour le moment, ceux qui font profil bas, c’est pour eux-mêmes ». Aurait rétorqué le président Laurent Gbagbo à son visiteur du jour.

Et l’ancien chef de l’Etat de faire des précisions sur les cas des demandes de visite à problème dont l’avis favorable ou non sont encore en attente.

« Il y a une différence entre une erreur et une faute. Et la trahison est une faute impardonnable. Si tu as trahi, tu es impardonnable. Par contre ceux de mes adversaires qui reconnaissent qu’ils se sont trompés (sur mon compte) et qui demandent à me rencontrer, ceux-là je les reçois. » Ces paroles qui auraient été proférées par Laurent Gbagbo, de l’avis du vice-président de son parti, remettent au goût du jour la question de la légitimité des différentes tendances.

L’ancien Premier ministre et ancien président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan a fait les frais de cette déloyauté quant à la doctrine du parti au point qu’il s’est fait « radier » de toutes les instances lors du dernier, le 3ème congrès extraordinaire tenu à Maman village du fondateur du mouvement socialiste. Avec Affi Nguessan tous ceux qui ont refusé de se conformer aux textes du Fpi et qui disent prôner une approche plus souple. A savoir négocier avec le régime Ouattara malgré toutes les brimades et oppressions que ce dernier fait subir aux militants du Fpi et proches de l’ancien couple présidentiel Laurent et Simone Gbagbo. Pascal Affi N’Guessan a nommé cette approche « jeu politique « .

Mais bien que n’ayant pas été suivi par le comité de contrôle et un peu plus tard le 3ème congrès, Affi a continué sa marche solitaire au moment où certains camarades sont arrêtés et jetés en prison pour avoir mené le combat de la libération du célèbre prisonnier de la Cpi et de tous les autres disséminés dans les goulags du pouvoir Ouattara.

Pis, Affi a osé traiter son adversaire Laurent Gbagbo de faussaire quand il s’est agi d’apprécier le dossier de candidature à la présidence du Fpi, bien que ce soit un document authentifié par un notaire Belge commis à cet effet par le fondateur du Fpi.

Suffisant pour les fidèles de Laurent Gbagbo pour considérer Affi Nguessan de « collabo » du régime Ouattara.

« En réalité ceux-là, ils chantent pour Ouattara en prenant le nom de Gbagbo », a encore analysé Tchéidé Jean Gervais dans ses révélations à l’issue de sa visite à La Haye à Laurent Gbagbo. Visite au cours de laquelle l’envoyé d’Abidjan a eu un entretien, rappelons-le, dont l’exclusivité du contenu a été donnée à Sangaré Abou Drahamane et quelques cadres de la haute direction du Fpi restés fidèles à Laurent Gbagbo.

Par S.A-G

Source: letempsinfos.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*