Démis de ses fonctions de chargé de sécurité d’Abidjan – Sud, Wattao tente d’empêcher l’installation de son successeur (Lu pour vous sur un site pro-Ouattara)

Démis de ses fonctions de chargé de sécurité d’Abidjan – Sud, Wattao tente d’empêcher l’installation de son successeur (Lu pour vous sur un site pro-Ouattara)

On a frôlé le pire ce lundi matin au camp EGS de Marcory sis en zone 4 entre des éléments de la garde républicaine proches du lieutenant-colonel Issiaka Ouattara dit Wattao et des éléments en fonction au camp militaire EGS de Marcory.

En effet, la sécurisation de la zone sud d’Abidjan, jusque-là sous contrôle de Wattao, lui a été arrachée pour être confiée au lieutenant Tuo Souleymane, qui a travaillé sous les ordres de Wattao.

« Très tôt le matin, l’EGS a été encerclé par des éléments de la garde républicaine proches de Wattao. Ils sont venus avec l’intention d’empêcher la cérémonie de passation de commandement de la sécurité d’Abidjan sud au lieutenant Tuo Souleymane. Ils ont ainsi perturbé la circulation en barrant la voie  qui passe devant le camp. Ils ont sorti des armes lourdes et nous étions comme coincés dans un trou. Sur ordre du plus gradé d’entre nous présent à cet instant, nous n’avons pas riposté » nous a  expliqué un sous-officier trouvé sur les lieux après que le blocus ait été levé.

Un autre soldat moins chanceux a été pris par ses éléments zélés qui lui ont arraché son véhicule, ses portables et une somme d’argent. «  Quand je suis arrivé près du camp, je me suis rendu compte que la voie était obstruée. J’ai foncé car il me fallait atteindre le camp. C’est là que je suis tombé sur des frères d’armes. Je me suis présenté et avant de comprendre ce qui se passait, ils ont commencé à me ruer de coups. Ils m’ont dépouillé de la somme de 150.000, mes téléphones et sont partis avec mon véhicule tout en me déshabillant avant de tirer une balle entre mes jambes afin de m’effrayer» a expliqué l’infortuné.

Après plus d’une heure, les éléments de Wattao sont partis comme ils étaient arrivés. A notre arrivée sur les lieux, les militaires s’attelaient à placer les chaises, bâches et la sonorisation afin d’accueillir le chef d’Etat-major Soumaila Bakayoko qui doit passer le commandement de la zone sud d’Abidjan au lieutenant Tuo Souleymane.

Source: lementor.net

About admin

One comment

  1. Il fallait s’y attendre! Prions Dieu que cela ne dégénère pas.Mais ce n’est pas fini. Crayons le sénario IB

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.