Depuis Bouaké, le ministre Gnamien Konan s’en prend violemment à Guillaume Soro: Soro « n’est pas un exemple. C’est par la violence qu’il est arrivé là, et l’histoire est témoin de son acte»

Depuis Bouaké, le ministre Gnamien Konan s’en prend violemment à Guillaume Soro: Soro « n’est pas un exemple. C’est par la violence qu’il est arrivé là, et l’histoire est témoin de son acte»

Après avoir essuyé jeudi la colère des grévistes et des étudiants de l’université de Bouaké, vendredi, le ministre Gnamien Konan s’en est violemment pris à la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) et, selon plusieurs sources concordantes sur place, sans le citer ouvertement, à Guillaume Soro.

Donnant son avis sur la Fesci le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a estimé devant un parterre d’étudiants que l’ancien chef fesciste devenu président de l’Assemblée nationale n’était pas un “exemple”. 

«Le Président de l’Assemblée nationale n’est pas un exemple. C’est par la violence qu’il est arrivé là, et l’histoire est témoin de son acte» a lancé Gnamien Konan comme nous le rapportent trois étudiants présents au moment où s’exprimait devant eux le ministre.

Pire, toujours à en croire les propos transmis à koaci.com, le ministre aurait également affirmé que la société doit se “débarrasser” des éléments qui ont dirigé ou animé le syndicat estudiantin qualifié de “Boko Haram ivoirien”. Éléments parmi lesquels figurent, entre autre, Guillaume Soro.

«Tous ceux qui ont fait la FESCI sont des violeurs et des tueurs depuis 90. A part un ou deux, personne n’a réussi. Ils sont violents et la société doit s’en débarrasser. Ce sont des nuls et des vaincus de la vie c’est pourquoi le pays a vécu ce que tout le monde sait en 2002. Tous ceux qui ont appartenu à la Fesci doivent être jugés, la Fesci c’est le Boko Haram ivoirien. Je ne recevrai jamais et ne discuterai jamais avec la Fesci, ni avec quelqu’un qui a fait la Fesci. Les fescites sont contre l’excellence et n’auront bientôt plus de travail.» 

Pour finir, le ministre fortement chahuté lors de sa visite sur le campus, n’hésitera pas à appeler à la disparition de la Fesci. «La Fesci depuis 90 est à l’origine de tous les problèmes du pays donc elle doit disparaître.»

Joint, le chargé de communication du parti du ministre Gnamien Konan (UPCI, ndlr), non présent à Bouaké mais après s’être rapproché de son patron, acquiescera des propos du ministre sur la Fesci. Il nous indiquera que, selon Gnamien Konan, tout ce qui a été rapporté à KOACI.com sur la Fesci est vrai. Néanmoins il expliquera que ce dernier n’a, à aucun moment cité le nom de l’ancien chef de la rébellion. 

Reste désormais à savoir si le “pas cité ouvertement”, discret ces derniers temps, réagira dans ce qui pourrait bien ressembler à une première missive officielle émanant d’un membre du pouvoir en place.

Donation Kautcha, Abidjan

Source: Koaci.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*