Dérouté par sa franchise, Ouattara refoule Mugabe

Dérouté par sa franchise, Ouattara refoule Mugabe

Difficile temps que celui que vit en ce moment le commandant de bord du bateau Ivoire. Alassane Ouattara, on le sait est acculé de toute part. Sa mauvaise gestion des affaires est constamment pointée du doigt aussi bien par la communauté internationale, que par ses pairs africains. Qui ont toujours su qu’il n’était pas la personne idoine pour faire avancer la Côte d’Ivoire.
Parmi ces présidents africains exprimant  leur réticence  quant à  la soumission du chef de l’Etat ivoirien vis-à-vis des pays occidentaux, se trouve en première position Robert Mugabe himself. Président du Zimbabwe et actuel président de l’Union africaine.  C’est sans doute son côté véridique face à cette situation qu’à voulue lui faire payer Alassane Ouattara. Et ce en lui refusant l’atterrissage de son avion sur le territoire ivoirien.
 
Depuis plusieurs jours des informations concordantes font état de ce que le filleul de Sarkozy ait systématiquement opposé un refus catégorique à la requête du président zimbabwéen. Alors qu’il négociait un atterrissage sur la piste de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny. Une attitude loufoque qui ne manque pas de révéler les mauvais rapports qu’entretiennent les deux homologues.
Robert Mugabé  qui, on le suppose se moquer royalement de cet état de fait, racontait il y a peu, une anecdote à ce sujet. «Je vais vous dire ce qui m’est arrivé en tant que président de l’Union Africaine .Il y avait une réunion en Côte d’Ivoire et des ministres des Finances incluant (Patrick) Chinamasa était là. Une de nos banques de développement en Afrique tenait une réunion là-bas et on m’a demandé de tenir un discours à l’ouverture de cette réunion. Je ne pouvais pas aller parce que je partais à l’inauguration de la prise de fonction du président nigérian (Muhammadu) Buhari. Donc, les responsables de la Bad ont déclaré que puisque vous ne pouvez pas venir pour l’ouverture, pouvez-vous venir pour la clôture et juste faire une déclaration ? J’étais maintenant au Nigeria. J’ai dit bien, je viendrai lorsque je serai sur mon chemin de retour .Naturellement, nous voyageons en avion et la compagnie aérienne doit s’annoncer. L’avion doit être approuvé pour l’atterrissage si vous voulez atterrir dans un endroit. Leurs propres systèmes aériens civils là-bas, en consultation avec leurs autorités doivent dire oui. En ce moment, on nous a refusé d’atterrir en Côte d’Ivoire. Nous avons attendu et attendu et c’était toujours non. Nous avons demandé au ministre Chinamasa : qu’est ce qui se passe, Ouattara est-il là ? Chinamasa a dit oui, un ministre m’a dit que M. Ouattara avait dit que je pouvais venir.  Puis ils ont dit Ouattara est tombé malade. Il est au lit. Il est au lit et donc aucune autorisation n’a été donnée. Donc, nous ne sommes pas allés en Côte d’Ivoire pour prononcer le discours devant notre Banque africaine de développement ; C’est le seul pays en Afrique qui nous a refusé l’entrée. Alors pourquoi? Parce que Ouattara a été imposé à la Côte d’Ivoire par la France et la France a retiré le président qui était là pour qu’il soit jugé par la Cour pénale internationale. Voilà ce que vous obtenez. Donc, quand je raconte l’histoire à d’autres présidents, ah pourquoi, parce la France ne veut pas de Mugabe. C’est un homme dangereux. Donc, nous ne sommes pas allés, mais la Bad est notre banque », a témoigné le président Zimbabwéen.
 
Comme on le voit, Mugabé dérange tellement qu’il faut l’éviter pour ne pas froisser la grande France. Ce qui parait plus incongru dans cette situation, c’est que l’homme fort d’Abidjan utilise le fallacieux prétexte de santé pour refouler son hôte. Mais bon, pour qui connait cet élément incontournable de la France-Afrique, cela ne devrait guère étonner. D’autant plus qu’il s’agit ici de prouver une fois de plus sa loyauté à ses parrains. Des parrains qui, on le sait tous, lui tournent constamment le dos du fait de sa gestion calamiteuse du pouvoir et de l’affairisme criard des hommes de son clan.
Une chose est sûre, refuser la piste d’atterrissage à Mugabe n’occultera rien au fait qu’il demeure le président de l’Union africaine. Encore moins ne le fera en tout cas basculer du côté du régime ivoirien qu’il considère comme une injonction de la France au peuple ivoirien.

Noura Kamagaté, pour eburnienews.net

_________

NB: Il est permis de reprendre nos articles sous condition d’en préciser la source

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE