Des anciens FESCISTES au chevet du FPI

Des anciens FESCISTES au chevet du FPI

«  BIENTOT LA MISE EN PLACE DE L’AMICALE DES ANCIENS DE LA FESCI MILITANTS ET SYMPATHISANTS DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN (A PARTAGER SANS MODERATION)

CHERS CAMARADES, Pour gagner une lutte, il faut s’organiser. C’est pourquoi nous avons décidé de la mise en place de l’Amicale des anciens de la FESCI militants et sympathisants du FPI, car plus que jamais notre Parti, le Front Populaire Ivoirien a besoin de nous. On ne pourra jouer un rôle majeur et lui être d’un secours précieux qu’en étant organisé. L’impératif de nous organiser s’impose. L’intérêt du Peuple nous le commande. La situation actuelle du pays nous interpelle et nous l’exige. Parce que nous avons été à un moment donné de l’histoire de ce pays à la pointe du combat de la démocratie, nous avons l’obligation de ne pas assister impuissants à l’assassinat de cette démocratie obtenue de haute lutte, par le régime dictatorial, despotique et ethno-génocidaire de Monsieur Alassane Dramane Ouattara. Chers camarades, ce cadre va être un atout supplémentaire pour le FPI notre parti et va booster à coup sur notre combat car nous savons de quoi nous sommes capables. Restez à l’écoute. Très bientôt une adresse sera publiée dans ce sens qui précisera les modalités de la mise en place de cette amicale.

FESCI TOUJOURS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

NB : Pour des informations complémentaires ou d’éventuelles propositions et suggestions je me tiens à votre disposition. Veuillez me contacter inbox ou à cette adresse mail : kkouameok@hotmail.fr » telle est l’annonce faite hier par M. Kouamé Kouakou dit OK, un ex membre de la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’ivoire (FESCI) via sa page facebook. Une annonce qui a tout de suite obtenu l’adhésion de milliers de camarades, ex étudiants, membres ou sympathisants de la mythique organisation qui a défrayé la chronique universitaire dans les années 90.

En effet, née en avril 1990 dans un contexte de crise scolaire en Côte d’ivoire assortie d’une année « blanche », elle-même née d’une crise sociale généralisée dans le pays, la FESCI, qui s’était fixé pour premier objectif, la défense des intérêts matériels et moraux des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire a connu plusieurs visages jusqu’aujourd’hui. Si ses tous premiers responsables avec Martial Ahipaud en tête, ont choisi la voie de l’exil dès 1993-1994 (Allemagne, Angleterre, Belgique, France….), les générations suivantes conduites par, Blé Guirao, Djué Eugène, Soro Guillaume, Charles Blé Goudé ect…elles ont décidé de continuer le combat de la libération des esprits de la jeunesse sur le terrain. Creuset de la pensée révolutionnaire et adoubés par leurs professeurs du secondaire et du supérieur d’alors réunis au sein du SYNESCI et SYNARES, lesquels professeurs (syndicalistes) sont aujourd’hui pour la majorité membres du Front Populaire Ivoirien (FPI), la FESCI doit beaucoup au FPI et le FPI doit également beaucoup à la FESCI. C’est donc sans surprise que des anciens de cette organisation (qui a perdu son éclat depuis peu en Côte d’Ivoire) s’activent pour booster leurs ex mentors du FPI, un parti au bord de l’éclatement.

Dans nos prochaines publications nous reviendrons sur les différentes actions et actes posés par cette organisation à travers ses différents leaders qui pourraient si l’on regarde bien les crises successives en Côte d’ivoire, y avoir une part de responsabilité.

Philippe KOUHON (AFRICA TV)

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.