Des élèves du public saccagent un collège privé à Guibéroua

Des élèves du public saccagent un collège privé à Guibéroua

Une horde d’élèves du Lycée moderne de Guibéroua (département de Gagnoa) a saccagé mercredi matin des infrastructures du collège privé Grebalo de cette localité au moment où elle tentait de déloger les élèves et surtout les enseignants vacataires qui y dispensaient des cours, a constaté sur place l’AIP.

Le rapport d’un cabinet d’huissier de Gagnoa fait état de jets de pierres sur la toiture des bâtiments qui ont endommagé plusieurs tôles, les bureaux des professeurs cassés, le système électrique de l’établissement détruit (du tableau de la CIE aux ampoules néon des salles de classes en passant par le compteur et le disjoncteur).

Selon les responsables de l’établissement, tôt le matin, de nombreux élèves du Lycée moderne conduits par des membres du conseil scolaire, ont fait irruption au collège Grebalo, scindés en plusieurs petits groupes dont un a encerclé l’établissement. A leur arrivée, ces élèves ont expliqué être venus déloger leurs enseignants du Lycée moderne, vacataires à Grebalo qui, pendant qu’ils sont en grève dans le public, dispensent les cours dans le privé. Mais ils ne les ont pas trouvés en situation de travail sur les lieux.

Puis poursuivent-ils, ces visiteurs “surexcités ont commencé à tout cafouiller dans notre collège, mais ont été repoussés par leurs camarades de l’établissement. Ils se sont donc repliés et leur nombre a grossi, alors profitant du départ à la maison des élèves du collège privé, ils sont revenus à la charge une deuxième fois, par des jets de pierres sur la toiture des bâtiments abritant les salles de classes. Non contents de cela, ils ont saccagé le tableau de la CEI supportant le compteur et le disjoncteur, puis ont forcé par la suite les portes des salles de classes pour s’y introduire avant de saccager les ampoules néon et les bureaux des professeurs.

“La police et la gendarmerie appelées sur les lieux sont restées impuissantes’’, ont regretté ces responsables d’établissement, relevant que “le collège Grebalo est un établissement privé certes, mais accueillent 833 élèves affectés de l’Etat sur un effectif total de 1.319 élèves et méritait à ce titre d’être protégé comme un établissement public ’’,  appelant les autorités compétentes à sécuriser dorénavant cette école privée.

Depuis l’entame de la grève des enseignants, des mouvements d’humeur des élèves du public sont observés çà et là, à travers les différentes localités du pays, où ceux-ci cherchent par tous les moyens à déloger leurs camarades du privé où le plus souvent des enseignants du public qui y sont vacataires, continuent de dispenser les cours, afin de les rallier à leur cause.

ja/akn/ask

Source: AIP

About admin

One comment

  1. C’est tout simplement malheureux que policiers et gendarmes ne savent même pas leur rôle dans un pays.Ils se jouent les fins pour parler de privée versus public!C’est du FRCI (Forces Rebelles Composites illettrées!)Aucune formation,aucune déontologie,encore moins aucune culture: des dozos chefs de police dans une république de mécréants!Du n’importe quoi!Public ou privé,votre rôle de sauvegarder la quiétude et de sécuriser les populations et leurs biens:idiots!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.