Des FRCI proches de Wattao tabassent à sang un vigile à Marcory

Des FRCI proches de Wattao tabassent à sang un vigile à Marcory

Six éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ont tabassé ce jeudi 3 avril un vigile en poste à l’hôtel Ibis de Marcory. En effet, selon le vigile de la société ‘’SIGA sécurité’’ répondant au nom de, Jean Gbadessi Sodahoue que nous avons rencontré après les faits, à la clinique les grâces de Marcory, deux éléments FRCI en civils venus réserver une chambre d’hôtel pour leur patron, ont pris le sens interdit et garé leur véhicule de type 4×4 bâche de couleur bleue et immatriculée ‘’1471’’ à la place des responsables de l’espace hôtelier.

Rappelés à l’ordre par les villes en poste, un des éléments des FRCI qui a pris cela comme un affront va appeler 4 autres militaires, qui cette fois en tenue pour venir embarquer l’infortuné qui a osé les interdire de stationner à l’espace de leur choix. « Les FRCI en civils ont pris le sens interdit de l’hôtel et plus grave ont garé à la place des patrons de l’hôtel. Mon collègue les a rappelés à l’ordre, moi en tant que chef de poste j’ai insisté et ils ont fini par garer ailleurs. L’un deux descendus de la voiture et après avoir réservé une chambre d’hôtel, est venu me menacer et a promis me faire la peau pour l’avoir interdit de stationner où ils le voulaient. Aussitôt il a lancé un coup de fil, et 4 éléments armés et cette fois en treillis non loin lieux ont accouru et ont voulu m’embarquer après m’avoir désarmé. Chose que j’ai totalement refusé, c’est ainsi qu’une lutte a été engagée entre eux et moi. Ayant du mal à avoir le dessus sur moi, l’un des 6 FRCI va me morde au visage avant que ses collègues ne me ruent de coups sur la tête avec les cross des kalachnikovs. Un autre m’a mis un pistolet sur la tempe. Ils m’ont bastonné en me trainant sur le parking de l’hôtel et m’ont laissé dans une mare de sang. Ensuite ils ont regagné leur base », a raconté le jeune vigile sur son lit d’hôpital.

Les FRCI n’ont pas manqué de dérober le portable du vigile lors de la bagarre. Transporté aux urgences à la clinique des grâces de Marcory, Jean Gbadessi a pu recevoir les premiers soins appropriés avec des pansements sur la tête et était en attente de passer une radio au moment où nous prenions congé de la énième victime des Forces Républicaine de Côte d’Ivoire (FRCI). A quand la fin de cette barbarie ? Les yeux restent une fois de plus rivés vers le locataire du palais présidentiel pour répondre.

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.