Des opposants à l’appel de Daoukro arrêté à Yamoussokro

Des opposants à l’appel de Daoukro arrêté à Yamoussokro

Le samedi 15 novembre dernier, en marge de la cérémonie de remise de la médaille « Grand or » au président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, par l’AEC-GC (association des élus et cadres du Grand centre), deux militants du PDCI, membres du cercle de réflexion pour la candidature du PDCI (CRC-PDCI), ont été arrêtés par la police.

Ce sont Kouamé Kouadio Florent alias sukhoï, chargé de communication du CRC-PDCI 2015, et N’Guessan Zéga Irené. sauf changement de dernière minute,ils devraient être déférés devant le parquet du tribunal de toumodi, ce lundi matin.

Rencontré peu avant son arrestation, Kouadio Florent dit sukhoï nous a confié que la présence à Yamoussoukro d’Henri Konan Bédié et des membres de la direction du PDCI constitue, selon lui, une occasion pour faire entendre la voix du CRC-PDCI 2015, mouvement qui réclame l’application des résolutions du 12ème congrès du PDCI. A savoir notamment que le parti présente un candidat à l’élection présidentielle de 2015 ;un candidat qui devra être militant actif du PDCI-RDA.

Arrivé d’Abidjan avec des supports imprimés disant « non à l’appel de Daoukro », Kouadio Florent dit sukhoï a sollicité les services de N’Guessan Zéga Irené pour l’aider à la distribution. C’est lorsque ce dernier se rendait à l’hôtel Président pour y déposer un lot de ces prospectus qu’il a été interpellé par des policiers. Qui l’ont conduit manu-militari dans les locaux du commissariat du 1er arrondissement, où il sera gardé. Informé de la situation, Kouadio Florent est allé se rendre, la même nuit aux environs de 22h, afin que son collaborateur occasionnel soit libéré.

Mais sur instruction du commissaire, il a été automatiquement mis aux arrêts par l’officier de permanence. Kouadio Florent et N’Guessan Zéga Irené ont donc tous été écroués. Avant de se rendre aux policiers, il a expliqué les motivations de son acte en ces termes : « Je suis militant du Pdci et à jour de mes cotisations. A ce titre, nous avons la liberté d’exprimer notre opinion. Dans les supports que nous avons distribués, nous n’avions injurié personne et nous ne nous sommes attaqués à personne. Au dernier congrès, il a été décidé que le PDCI ait un candidat. Nous ne croyons pas à l’alternance parce que le RDR a déjà dit que le pouvoir n’est pas une tontine. Nous ne faisons que nous adresser à nos militants, à qui nous demandons de sauver le PDCI. C’est au second tour que nous pouvons soutenir le candidat du RHDP. La prison ne pourra pas freiner notre ardeur. Nous sommes déterminés à aller jusqu’au bout. Nous voulons que le PDCI. présente un candidat aux présidentielles de 2015. C’est tout ».

Le document que redoute le régime Ouattara est un support de 16 pages (format A4) et imprimé en couleur. Il est écrit en manchette « Ensemble, sauvons le PDCI-RDA :NON à la mort du PDCI-RDA ». A la dernière page, l’on peut lire « Faisons Barrage à l’appel de Daoukro». Le contenu porte sur des analyses et des réflexions contre le discours prononcé à Daoukro, le 17 septembre dernier, par Henri Konan bédié.

Comme on le voit, le régime Ouattara a lancé la chasse aux opposants à l’appel de Daoukro.

Source: Aujourd’hui

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.