Destruction d’immeuble: Les héritiers de Boigny et occupants de l’ilot 06 engagés dans un bras de fer destructeur

Destruction d’immeuble: Les héritiers de Boigny et occupants de l’ilot 06 engagés dans un bras de fer destructeur

La désolation était au rendez-vous ce jeudi 2 avril 2015 au domaine de Mme Thérèse Houphouët Boigny. Et pour cause, les bulldozers ont fait une véritable razzia des immeubles construits sur non loin de la résidence de Thérèse Houphouët-Boigny à Cocody, jetant ainsi des familles à la rue et ce sous les regards vigilants de gendarmes venus en nombre impressionnant.

En effet, une crise de foncier oppose les ”héritiers” du père fondateur de la Côte d’Ivoire à un groupe d’ivoiriens qui occupent l’ilot 06 du site d’une superficie de 3 ha appartenant en son temps à Mme Thérèse Houphouët Boigny. Cette parcelle a été vendue par une héritière qui n’est plus de ce monde. Depuis 2006, des ivoiriens, vivant aux USA se sont évertués à construire ce lieu à coût de plusieurs millions de nos francs. Les héritiers sont venus à bout des propriétaires « illégaux ». Sans une forme de sommation, les héritiers ont utilisé la manière forte ce jeudi pour rendre en poussière, les immeubles posés sur ce site à problème.

Diaby Aboubacar, qui vit aux USA et membre de l’association des exploitants de cajou en Côte d’Ivoire explique difficilement cette situation. « Je suis dépassé. Je suis un ivoirien vivant à l’extérieur. Ça, c’est un travail de 15 ans d’abattu. J’ai acquis ce terrain depuis longtemps et je n’ai jamais eu de problème de justice » a-t-il fait savoir. Appelant le président Ouattara et le gouvernement à s’impliquer dans le règlement de ce conflit foncier. « Si par ce message le président Alassane peut m’entendre ou le ministre de la justice ou l’autorité compétente capable de gérer cette situation peut m’entendre, je leur lance un appel. Je leur demande de faire justice. Que la vérité triomphe ».

Selon Diaby Aboubacar, ces mauvais héritiers leur ont demandé de leur verser la somme de vingt (20) millions de FCFA. Parce que tout simplement, ces ”héritiers” ne détiennent pas d’acte de propriété. « Ils disent que le terrain leur appartient. Ils sont venus plusieurs fois négocier comme quoi ils veulent 20 millions de FCFA. Tout ça c’est du flou. On n’a jamais vu quelqu’un depuis que ça commencé qui se réclame réellement héritier d’Houphouët ». Mais pour Yao Jérémie, l’affaire semble être bien ailleurs. Elle pourrait même à y voir de très près prendre un aspect mercantile. « Depuis un moment, nous sommes emmerdés surtout depuis la fin de la construction du pont HKB, il y a un intérêt grandissant sur le site. On n’avait jamais été inquiétés » a-t-il dit. Et de préciser que toutes leurs parcelles détiennent des lettres d’attributions signées en 2006 par l’ancien ministre de la construction, Marcel Amon Tanoh. « Les héritiers d’Houphouët-Boigny disent que nous n’avons aucun titre foncier. Or vous voyez ici que le terrain a fait objet de lettres d’attribution qui n’ont jamais été annulées. (18 octobre 2006 signé par le ministre Amon Tanoh, ministre de la construction de Côte d’Ivoire). Tous les lots de l’ilot 06 ont tous des lettres d’attribution ».

Pour cet autre propriétaire, « à partir de l’autre site qu’on appelle le fromager ça c’est l’ilot 7; pour vous dire que dans les documents, ils ont 27 hectares. Mais quand on ajoute l’ilot 6, on se retrouve à 59 hectares. Sur le document manuscrit au niveau du cadastre, on parle de 25 hectares ; mais si on ajoute cet ilot ça fait 29 hectares. Et le vieux qui a donné le site à Houphouët à un franc symbolique, qui est encore vivant, a donné cette partie pour faire l’équivalent de 14 hectares. Et en bas de l’autre côté c’est pour les autres familles. Ils ont pris ça de force. Aujourd’hui, on a des documents signés par Laurent Houphouët qui dit que ”comme le vieux n’a pas purgé les droits du bas, ils vont faire le partage et donner un certain nombre de lots à la famille. Mais l’ilot sur lequel nous sommes ne souffre d’aucune discussion. Il n’y a absolument aucun litige sur cet ilot. Comment ils se arrangés pour prendre le site ? » a-t-il interrogé.

Pour lui, « avec la construction du 3ème pont, le site a pris de la valeur et a attiré l’attention de tout le monde du coup » a-t-il soutenu pour conclure. Visiblement, la famille Houphouët-Boigny et les propriétaires de cet îlot sont désormais engagés dans un combat sans merci. Et si rien n’est fait, ce conflit entre ”héritiers et propriétaires prendra une autre tournure qui mettra une fois de plus le nom du « Vieux » sur la place publique. Seule la justice pourra trancher ce contentieux qui pue une grosse arnaque.

Fidès Symphorien

Source: Lebanco.net

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE