Detoh Letoh à un confident : «Gbagbo a effectivement gagné les élections mais nous ne pourrons pas faire la guerre contre la France» (Par Millé Claude Mrandjo)

Detoh Letoh à un confident : «Gbagbo a effectivement gagné les élections mais nous ne pourrons pas faire la guerre contre la France» (Par Millé Claude Mrandjo)

Pour rappel, Le 18 février 1992, suite à une marche de l’opposition réprimée dans le sang par le régime de feu Félix Houphouët Boigny, le général Detoh Letoh alors capitaine au sein des Firpac (Forces d’intervention rapide para commando), avait tenté de faire assassiner Laurent Gbagbo dans le sous-sol de l’immeuble Sogefiha sise au Plateau.

Le secrétaire général du FPI avait eu son salut grâce au colonel Batté, capitaine de gendarmerie, à l’époque des faits, dont les hommes avaient devancé ceux de Detoh Letoh.

Huit ans plus tard, Gbagbo, ayant accédé au pouvoir d’Etat, élevait celui qui avait failli lui ôter la vie au rang de général. C’est cela la force du pardon. C’est l’une des raisons de l’amour du peuple de Côte d’Ivoire à ce digne fils de l’homme Gbagbo Laurent.

En tout état de cause, Detoh Letoh disait du général Mangou qu’il parle trop; Selon lui, Gbagbo a effectivement gagné les élections mais nous ne pourrons pas faire la guerre contre la France. Quand, il a été nommé commandant des forces terrestres, c’est le Colonel Zadi Nadjé, qu’il a appelé pour rédiger tout ce qui était documents administratifs. Detoh Letoh était simple caporal-chef en 1979 dans l’armée de Côte d’Ivoire.

Pour aller faire allégeance à Ouattara au Golf Hôtel, Detoh Letoh a tenté d’assassiner son propre garde de corps qui le soupçonnait d’être de connivence avec les rebelles. Ce dernier est bien vivant et traine encore la balle dans son pied.

A présent, le général Detoh Letoh, serait très déçu de Ouattara car sous Gbagbo, il gagnait beaucoup d’argent. En effet, Il touchait 25 millions par mois du Ministère de la défense. Cet argent n’avait rien à avoir avec son salaire. Voici comment, il recevait ses 25 Millions: Chaque camp militaire de façon opaque, lui versait comme prime de COMTHER 2 millions/Mois. Pendant ce temps, la présidence lui donnait 5 millions dans le budget de souveraineté du PR Laurent Gbagbo.

Quand, on comptabilise les différents camps militaires de la Côte d’Ivoire vous comprenez aisément la provenance de la richesse de Detoh Letoh. Malgré toute cela, il a trahi Gbagbo qui lui avait même donné une villa à la Riviera. En plus de cela, pour la protection des sociétés libanaises en CI, Detoh Letoh recevait 23 millions chaque mois comme pot de vin.

Detoh n’a pas joui du poste de CEMA adjoint du Général Bakayoko Chef d’Etat major de Ouattara à sa prise de pouvoir, parce qu’il était très souvent malade. Le Juge président vient même de confirmer l’état de santé délétère de notre illustre témoin du jour.

C’est ce général-là aujourd’hui fidèle a son option de couardise, qui témoigne contre le président Laurent Gbagbo, c’est à dire celui-là même qui l’a fait ROI. Va-t-il commettre un crime de lèse-majesté en enfonçant le clou comme son prédécesseur, le grand potentat Philippe Mangou? S’il n’a pas pu assassiner Gbagbo en 1992, tout comme en Mars 2011, pourra-t-il le faire incarcérer à La Haye afin d’assouvir son instinct grégaire de vengeance? D’autres révélations explosives vous seront fournies en fonction de l’orientation de son témoignage. On ne lâchera rien. La lutte Continue.

Millé Claude Mrandjo

Écrivain-essayiste, auteur du Livre intitulé “Des peines et des Joies de l’engagement politique” , Vice-président du réseau des communicateurs panafricains (#REZOPANACOM), Responsable Afrique Centrale de la Coalition des Patriotes Ivoiriens en Exil( COPIE).

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE