Devoir de décharge : lettre ouverte d’une citoyenne sénégalaise au peuple ivoirien

Devoir de décharge : lettre ouverte d’une citoyenne sénégalaise au peuple ivoirien

Au nom de Jésus Christ de Nazareth, je viens implorer le pardon du peuple ivoirien dans son ensemble et sans exception aucune, pour mon pays le Sénégal, suite à ce post de Décembre 2015 (datant originellement de l’an 2005) que l’on peut retrouver sur Eburnienews.net (et dans d’autres sites encore): https://eburnienews.net/devoir-de-memoire-lettre-ouverte-du-pasteur-kone-malachie-a-messieur-les-presidents-du-burkina-faso-et-du-senegal/

Le simple fait que le Sénégal soit nommé dans cette affaire est pour moi une grande source de tristesse, surtout lorsque l’on prend en compte qu’il ne s’agit pas là d’un simple point de vue personnel et isolé, mais plutôt d’une prophétie que le Seigneur a lui-même donnée et que je tiens ici pour vraie.

Aussi, et encore une fois, au nom du Seigneur Jésus (de qui je tiens mon mandat pour ce faire), Je demande pardon pour mon pays afin que tout joug spirituel, s’il demeure encore, soit entièrement ôté de dessus le Sénégal. Je demande pardon pour mon pays, afin qu’il soit ainsi détaché de tout lien de près ou de loin avec cette guerre, une telle atrocité, qu’il n’a jamais voulu.

Que le peuple ivoirien considère que le simple citoyen est presque toujours impuissant face à toute forme de décision gouvernementale qui aurait pu être prise en son nom, et qu’il prenne aussi en compte que le sénégalais lambda n’est même pas au courant de ce qui peut se passer sur le plan décisionnel dans de nombreux cas. La Bible nous montre encore bien des exemples de peuples qui ont été sévèrement punis pour les fautes de leurs chefs. Seulement et heureusement, les gouvernements passent et se succèdent, mais les peuples restent. Que le peuple ivoirien dont on reconnaît et déplore la souffrance a souffert veuille bien considérer ceci et libère le pardon de tout son cœur concernant tout ce qu’il aurait pu avoir à reprocher à mon pays.

Le Sénégal est un pays frère de la Côte d’Ivoire depuis que les frontières ont été tracés et que nos deux républiques ont été fondées, de sorte que l’on peut même compter des sénégalais résidents parmi les victimes et pertes humaines que ce conflit a pu générer. Le Sénégal que je connais ne veut aucun mal à la Côte d’Ivoire et ne souhaite de guerre civile dans aucun pays africain ou autre quel qu’il soit, et je prie d’ailleurs que ce pays frère qu’est la Côte d’Ivoire prospère davantage et à tous égards suivant le plan bienveillant de Dieu à son égard.

J’appelle par ailleurs mes frères et sœurs ivoiriens en la foi à prier pour le Sénégal et au nom du Seigneur Jésus, afin que ma nation soit bénie, et n’expérimente rien d’autre que la miséricorde et la grâce de Dieu en cette époque très difficile. Votre prière est précieuse, ne serait-ce qu’en prenant quelques minutes.

Que Dieu bénisse et rétablisse entièrement la Côte d’Ivoire; que Dieu bénisse et garde le Sénégal ; que Dieu bénisse l’Afrique dans son ensemble, au nom de Jésus Christ, Amen ! Amen !

Une citoyenne sénégalaise (chrétienne, sans autre dénomination)

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.