Devoir de mémoire et l’enjeu 2020 (Libre opinion de Alice-Rosine Bécan Tiékpa, 3ème partie)

Devoir de mémoire et l’enjeu 2020 (Libre opinion de Alice-Rosine Bécan Tiékpa, 3ème partie)

Les dates du 9 au 10 septembre et le 17 septembre 2017 ont servi de cadres pour tenir d’une part, le 3ème congrès ordinaire du RDR et d’autre part, la 3ème édition de l’« APPEL de Daoukro » ; un plus que Super Congrès Ordinaire pour le PDCI-RDA.

A ces occasions, les deux supers régnants sur notre pauvre pays, la Côte d’Ivoire, (Konan Bédié et Dramane Ouattara) s’adressant à leurs obligés respectifs ont délivré des messages qui se télescopent comme dans un dialogue de sourds ; suivons-les alternativement dans ces morceaux choisis :

Dramane Ouattara : «Depuis notre arrivée à la tête de l’Etat, nous avons redonné à la Côte d’Ivoire son dynamisme. Nous avons redressé notre pays. Nous avons restauré l’Etat pour le rendre capable d’assumer ses missions régaliennes, la sécurité des personnes et des biens ; nous avons engagé les réformes économiques et sociales nécessaires pour rendre notre pays attractif, plus performant et apte à l’inscrire dans la mondialisation ».

Konan Bédié : « Les objectifs recherchés à travers cet appel ont été atteints. En effet, le Président Alassane Ouattara a été plébiscité, puisqu’il a été élu avec plus 83% des voix, pour le second mandat. De plus, lors des élections législatives du 18 décembre 2016, les Partis membres de notre Alliance ont raflé, malgré quelques ratés dans la gestion interne des candidatures, la presque totalité des postes à pourvoir à l’Assemblée Nationale. La gestion de la Côte d’Ivoire se trouve ainsi entre les mains du Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix, notre alliance, ce qui fait notre fierté ».

Dramane : « Aussi longtemps que la Côte d’Ivoire s’est retrouvée unie autour du Président Félix Houphouët-Boigny et de sa philosophie, elle a renoué avec la paix et la stabilité; elle a retrouvé sa cohésion, sa puissance économique et son rayonnement. De même, je reste attachée au grand rassemblement qui résultera du parti unifié que nous appelons de tous nos vœux. Les dernières élections législatives que nous avons gagnées en RHDP, ont administré la preuve de sa faisabilité. Ayant été élu comme Président de la République en tant que candidat unique du RHDP, je voudrais apporter mon soutien à la motion relative au parti unifié. Il n’y aura pas de problème entre le Président Bédié et moi. Quelques soient nos ambitions personnelles et nos divergences nous travaillons pour mettre en place le parti unifié, le RHDP, et je compte mettre ce parti sur place avant la fin de cette année. Bien évidemment les récentes attaques des Commissariats et des camps de gendarmerie et évasion des prisons ne troublent pas notre sommeil. Quel que soit les mensonges des uns et des autres, nous avons des preuves concrètes et elles seront transmises dans les pays ou les déstabilisateurs se trouvent. Ils feront le choix de rentrer par eux même, autrement des mandats d’arrêts seront émis à leur endroit. Les ivoiriens ne veulent plus cela. Nous voulons la tranquillité et quiétude pour tous les ivoiriens. C’est terminé, nous n’accepterons plus qu’on vienne perturber la tranquillité et la quiétude des ivoiriens. On ne touche pas la Côte d’Ivoire, la Côte d’Ivoire est au-dessus de nos intérêts personnels ».

Konan Bédié : « Le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire est un parti de dialogue et de paix. Je souhaite que cela continue d’être le leitmotiv de tous les militants. Nous devons désormais éviter les paroles et les comportements tendancieux et violents ». « Or, voici que depuis quelques temps, la vie du pays semble arrêtée, rivée sur une seule question, celle de l’élection présidentielle de 2020. Toutes les énergies et toutes les intelligences se focalisent sur ce seul point, le prochain président de la République. L’année 2020 a acquis, comme le dit un analyste politique, le statut de mantra politique, comme une « prière citoyenne du soir et du matin ». Toutes les chapelles politiques s’y mettent et souvent sans y mettre la forme. Les ambitions sont certes toutes légitimes. Mais elles doivent être orientées, coordonnées ».

Mon exercice critique : Dramane Ouattara prétend avoir redonné à la Côte d’Ivoire, son dynamisme, redressé notre pays, restauré l’Etat dans ses missions régaliennes, engagé les réformes économiques et sociales, rendu le pays attractif, plus performant et apte à l’inscrire dans la mondialisation. De mon point de vue, Dramane n’a fait qu’étalé un tissu de grosses affabulations, dignes de l’imposture d’un homme qui, à force de mégalomanie, d’escroquerie morale, d’ostracisme et de tueries, a pu s’accaparer un pays qui ne l’a jamais reconnu comme l’un des siens. Dramane a redressé quel pays, le nôtre qu’il squatte avec sa ribambelle de pillards et d’assassins ? Les réformes économiques et sociales dont il se glose sont celles de la misère proche de l’agonie infligée aux populations tous les jours que Dieu fait ? ; pis, le maillage du terrorisme juvénile et meurtrier (microbes) tissé sur l’ensemble du territoire procède-t-il de la sécurité et de la quiétude sociale ? Le pillage des deniers publics dont les 150 milliards de francs CFA dédiés à la restauration des Universités mais, filoutés par Cissé Ibrahim Bacongo ; les autres tonnes de milliards usurpés par le sulfureux et saltimbanque Adama Bictogo (prête-nom de Dominique Ouattara) portant les uns, sur les déchets toxiques et les autres sur la couverture maladie universelle(CMU) est-il le véhicule qui nous mènera dans la mondialisation ? Cette CMU qui, pour rappel, a occasionné le prélèvement de 1000 francs CFA à chaque citoyen ?

Ces attitudes prévariqueuses sont-elles les marques de performance, d’épanouissement socioéconomique d’un pays, alors que ses populations ‘ASPIRENT PLUS A MOURIR’’ qu’à végéter le ventre creux et la bouche desséchée ? Cette somme colossale prélevée sur le dos de (l’éléphant déjà décharnu) a été détournée et blanchie dans une vaste opération immobilière sur la voie expresse desservant Bingerville et, qui plus est, porte le nom de ce troubadour Adama Bictogo. Ces actes de braquage à haut niveau adoubent-ils des réformes économiques enclines à rendre un pays, fut-il sous le joug de bandits d’Etat, attractif ? Le même Dramane, du haut de son magistère de farceur impénitent, prétend ceci : « Aussi longtemps que la Côte d’Ivoire s’est retrouvée unie autour du Président Félix Houphouët-Boigny et de sa philosophie, elle a renoué avec la paix et la stabilité; elle a retrouvé sa cohésion, sa puissance économique et son rayonnement. Et, je compte mettre ce parti sur place avant la fin de cette année. Bien évidemment les récentes attaques des Commissariats et des camps de gendarmerie et évasion des prisons ne troublent pas notre sommeil. Quel que soit les mensonges des uns et des autres, nous avons des preuves concrètes et elles seront transmises dans les pays ou les déstabilisateurs se trouvent. Ils feront le choix de rentrer par eux même, autrement des mandats d’arrêts seront émis à leur endroit ».

Dramane se pose en parfait Président Félix Houphouët-Boigny [quel sacrilège ?]. En cela, il somme tous les Ivoiriens de se joindre au bétail RHDP pour former l’union sacrée autour de sa personne ; véritable gage de sécurité, de stabilité, de paix et de développement de la Côte d’Ivoire. De plus lui Dramane, le Géant au dessus des nains, professe : « je compte mettre ce parti sur place avant la fin de cette année ». Le ‘’JE’’ manichéen, prêt à guider ses obligés au bâton, caractérise l’HOMME Dramane dans sa totale et absolue dimension qui rugit pour ouvrir droit à ses turpitudes. Tout le monde aura compris que Dramane est la pensée et la voix unique du RHDP par qui tout part et à qui tout revient. Par ailleurs, pour masquer les vraies responsabilités pour lesquelles les Citoyens lui font les appels du pied, et pour lesquelles ses incapacités sont établies, Dramane s’accroche à distraire, son jeu favori. Il détourne l’attention de tous vers les militants du FPI qui sont en exil, relativement aux attaques des prisons et d’autres symboles de sécurité et de défense du pays. En ces dignes Ivoiriens qui broeint du noir, loin de leur patrie, Dramane trouve son parfait bouc émissaire. Pourquoi Dramane n’accuse-t-il pas ces exilés du FPI quand les microbes sèment la désolation dans les familles ?

Quant au Président Bédié, il fait savoir que les objectifs pour lesquels l’alliance tactique RHDP a été conclue sont largement atteints. Qu’au surplus, le PDCI-RDA est un parti de paix, de démocratie et de dialogue qui respecte ses engagements. Le Président Bédié exhorte tous le monde à se tenir loin des propos et comportements tendancieux et violents. Le Président Bédié invite tout le monde, et cela vaut pour Dramane Ouattara, qui doit mieux ordonner ses ambitions. J’en appelle à la vigilance et à la proactivité des militants de mon parti cher, le PDCI-RDA. Je vois venir Dramane Ouattara. Il ne nous servira pas l’alternance 2020 sur un plateau d’or. Dramane nous aura à l’usure du temps, nous ne sommes qu’à deux (2) ans des échéances présidentielles prochaines. Dramane va se payer notre tête comme il l’a toujours fait depuis notre alliance avec son club RDR. La priorité doit être de nous organiser de façon plus actuelle. On ne prend pas du vieux pour faire du neuf. Aucune base du PDCI-RDA ne saurait être renouvelée de façon curative sans un renouvellement de la Direction du PDCI-RDA ! Bédié parle d’une voix et d’un geste faibles qui ne peuvent définir notre nouvelle ligne d’action. Nous restons toujours à la remorque du suranné induit par les vieux reflexes d’une Direction oligarchique du PDCI-RDA. Militantes, militants et jeunesse du PDCI-RDA, réveillons-nous avant le chant du coq !

Mon clin d’oeuil au Zimbabwé : Pour moi, Alassane Dramane Ouattara reste le cancer qui ronge les avancées du PDCI-RDA et celles de la Côte d’Ivoire. Tellement sûr de nous avoir à ses pieds, Dramane enjambes les ordures qui jonchent les rues et les artères de Côte d’Ivoire pour donner des leçons de démocratie aux Zimbabwéens. Suivons le : Alassane Dramane Ouattara, s’exprimant sur la situation qui prévaut au Zimbabwe avec l’assignation à résidence du président Robert Mugabe par l’armée, a appelé, ce vendredi 17 novembre 2017 à Abidjan, le président Mugabe à quitter ses fonctions dans la dignité en ces termes : ‘’ le président Mugabe est un Combattant. Une personnalité qui a consacré sa vie à la libération de son pays de la colonisation. Mais nous les démocrates, nous ne supportons pas cette manière de faire. Il faut que le président du Zimbabwe quitte ses fonctions dans la dignité’’, les temps ont changé, ce qui se passe au Zimbabwe devrait interpeller non seulement les dirigeants Africains mais l’ensemble des Africains’’. Dramane Ouattara est cynique. Lui, il se proclame démocrate. Lui, il combat la prise de pouvoir par les armes. Lui, il invite Mugabe à démissionner dans la dignité et interpelle ses homologues à une prise de conscience ! Je voudrais tout simplement témoigner ma gratitude à Alassane Dramane Ouattara, qui est né avant la honte, pour ses bons et loyaux services à la nation ivoirienne. La mémoire collective ivoirienne retient qu’il a fait le coup d’Etat contre le moribond régime PDCI-RDA du président Henri Konan Bédié le 24 décembre 1999 ; qu’il a fait le boycott actif violent et meurtrier contre les baoulés en 1995 ; qu’il n’a pas combattu pour libérer la Côte d’Ivoire du joug colonial mais l’a ravagée avec sa violente rébellion du 19 septembre 2002 au 25 octobre 2010 avec à la clé, l’assassinat du ministre Balla Kéita qui, de ses origines voltaïques-Gbin de Sindou, l’a revêtu d’une couleur ivoirienne en lui trouvant des origines ivoiriennes à Gbéléban ; qu’il a envahi et bombardé la résidence présidentielle de Côte d’Ivoire en en extrayant le président légitime. Dramane Ouattara, apôtre de démocratie, tu ne seras jamais digne de ma chère Côte d’Ivoire, tu ne seras jamais un président de la république dans la mémoire des fiers ivoiriens que nous sommes mais, un jour viendra où tu auras ton tribut de criminel !

Alice-Rosine Bécan Tiékpa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE