Didiévi: Après les jeunes, des cadres dénoncent les manœuvres d’Ahoussou Jeannot

Didiévi: Après les jeunes, des cadres dénoncent les manœuvres d’Ahoussou Jeannot

La crise politique qui secoue l’ancien premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio et les populations de Didiévi (centre) connait un nouvel épisode.

Après les jeunes qui ont refusé que ce dernier les associent à ses combats politiques contre le maire Antoine Kouakou, ce sont des cadres de la région qui viennent par une déclaration dont copie est parvenue à koaci.com, d’exprimer leur ras le bol face aux agitations de celui qui, selon eux considérait dans un passé récent comme leur sauveur.

« Nous Cadres du Département et de la Commune de Didiévi, voulons tout simplement dire à M. Ahoussou Jeannot et sa clique, ainsi qu’à ses jeunes et cadres que M. le Maire n’a jamais manqué et ne manquera jamais qui que ce soit ici. Il n’a fait que dénoncer publiquement les entraves dans ses actions par vous-mêmes qui êtes censés porter haut le développement de cette localité. A propos du Préfet, M. le Maire ne l’a jamais manqué, par respect pour le Chef de l’Etat dont il est le représentant ici. Mais que le Préfet sache qu’il est ici pour aider à construire Didiévi et consolider la paix sociale entre les populations, et non se mêler de la politique, et non prendre fait et cause pour un tel au détriment de tel autre, diviser les cadres pour son intérêt ou ridiculiser ceux que les populations ont préférés à telles autres personnes qui seraient ses amis ou autres. Ce n’est pas son rôle » ont fait remarquer les cadres très remontés contre les deux cités avant de s’expliquer sur les griefs que les nommés ont contre le premier magistrat cette localité du peuple Baoulé.

« Concernant la morgue dont vous présentez sa fermeture comme un désastre( ?), le Préfet a été saisi par M. le Maire de l’existence de cette morgue qui n’a aucun document d’autorisation d’exercer. Plus encore, les responsables de cette structure refusent de se présenter à lui pour en discuter. Le Préfet a reçu, de la part de M. le Maire, ampliation de tous les courriers et autre mise en demeure adressés au responsable de ladite structure. En retour, le Préfet a demandé à M. le Maire de procéder à la fermeture pure et simple de la morgue. Ce qui a été fait tout en autorisant les enlèvements des corps, mais plus de dépôt jusqu’à ce que la situation soit régularisée. Alors, comment peut-il se rétracter dès la fermeture de cette structure, se braquer contre M. le Maire jusqu’à demander à la brigade de gendarmerie de Didiévi de rouvrir de force cette morgue et prendre à la fin un arrêté préfectoral pour ordonner sa réouverture immédiate ? N’est-ce pas lui-même qui déclare à toutes ses sorties que le taux de pauvreté ici à Didiévi est plus de 56% et qu’il travaille dans la légalité ? Alors, comment peut-il accepter qu’une morgue s’implante illégalement ici et pratiquer des prix qui sont les doubles de ceux pratiqués par des morgues dans d’autres localités ? La morgue n’a donc pas été fermée pour défaut de paiement de taxes municipales comme vous l’insinuez. »

Les cadres de la région toujours dans leur document, rejettent en bloc les accusations du camp Ahoussou qui indiquait à Koaci.com, que le maire de la commune ne s’employait pas à réussir la mission à lui confier par les populations.

« Pour ce qui est des ordures ménagères, elles sont enlevées chaque jour malgré la panne des tricycles que vous croyez dénoncer, alors que vous êtes dans le faux. Les broussailles de Didiévi n’existent plus que selon vous. A propos, de quelles broussailles parlez-vous ? Du bitume que vous avez fait dans toute la ville et que M. le Maire, par pure méchanceté, a tout enlevé ou de vos nombreuses villas construites que M. le Maire a rasées pour laisser pousser les broussailles ? Ou bien vous parlez des terrains distribués entre vous amis et copains depuis des années et qui ne sont pas construits à ce jour ? Encore, nous vous rappelons qu’un maire n’est pas fait pour s’asseoir, mais courir à la recherche des moyens pour réaliser ses projets. Le Président de la République ne disait-il pas qu’il parcourt le monde à la recherche des investisseurs pour la Côte d’Ivoire ? Il est d’ailleurs normal que M. le Maire s’absente de 8 mois de Didiévi (ce qui est même faux), puisque vous avez décidé de lui créer toutes sortes de misères ici, vous qui êtes censés l’accompagner dans sa mission de maire de la Commune de Didiévi et non de son village. Nous avons les retombées de son absence et nous nous en réjouissons » , ont-ils souligné dans leur note avant de rappeler le ministre d’Etat à l’ordre .

« Arrêtez un peu, cher aîné, ça ne vous ressemble pas ! Vous gagneriez à revenir à la source, faire asseoir tout le monde et se parler franchement pour éponger le passé et repartir sur de nouvelles bases. Si vous ne pouvez rien faire pour Didiévi, laissez le jeune Maire travailler dans la quiétude et faire le peu qu’il peut pour Didiévi. Nous vous mettons fermement en garde dans vos agissements à l’encontre de M. le Maire et Didiévi. Ressaisissez-vous et venez-vous joindre à cette jeune et dynamique équipe pour développer Didiévi qui a besoin des efforts de tous ses fils, y compris vous, que d’agir en maître alors que vous ne faites rien qui vous donne ce droit.Didiévi n’a plus besoin de ça ! » , ont conclu les cadres.

Selon les informations en notre possession la crise entre l’ancien locataire de la primature et les populations (jeunes, cadres) de sa région serait née de la défaite du protégé de ce dernier lors des élections municipales en 2013.

Il aurait décidé via ses relations d’en faire voir de toutes les couleurs à Antoine Guillaume par ailleurs indépendant durant tout son mandat.

Donatien Kautcha, Abidjan

Source: Koaci.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE