Dr Israël N’goran (candidat à la présidentielle 2015) : «Les étrangers nous étouffent, reprenons la main»

Dr Israël N’goran (candidat à la présidentielle 2015) : «Les étrangers nous étouffent, reprenons la main»

«A ceux qui voudront me traiter de xénophobe, pour m’accuser de haïr les étrangers, je vais poser une question: Devrais-je détester mes frères, propriétaires communs, avec moi, de la terre de Côte d’Ivoire, au détriment des gens (étrangers) qui ont pour eux leurs propres terres ? Que les hypocrites et les poltrons se taisent, mais il est hors de question, que dans notre propre maison, nous soyons à l’étroit pour donner toute la place et nos biens à des gens qui ont quitté la leur.

Je dis haut et fort: « Les étrangers nous étouffent. Reprenons la main». Après la création, toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Les hommes formaient un seul peuple et avaient tous une même langue. Depuis Babel, l’Eternel, le Dieu créateur et Père de l’humanité, confondit le langage de toute la terre, et dispersa le seul peuple qui voulut se former sur la face de toute la terre. Ainsi, plusieurs peuples, avec des identités différentes naquirent.

Chaque peuple a désormais, une position géographique sur la terre, sa langue et ses mots. Le territoire que chaque peuple occupe est devenu son pays. Un pays, c’est alors un peuple, une langue, ses mots et son identité (Us et coutumes, système politique et économique). Un pays a donc une limite tout autour de lui. Mal faite ou bien faite, les frontières, naturelles ou tracées par des hommes, limitent les différents territoires.

Quand un membre d’un pays, passe dans un autre, il devient étranger. L’étranger en arrivant est sans possession dans son pays d’accueil. C’est l’hospitalité et la générosité du peuple hôte, qui donnera logis et lopin de terre à cultiver pour manger. C’est pharaon qui dira à Jacob: «Tu habiteras dans le pays de Gosen, et tu seras près de moi, toi, tes fils, et les fils de tes fils, tes brebis et tes bœufs, et tout ce qui est à toi».

Donc de tout temps, il y a toujours eu des étrangers dans tous les pays.

Mais tous les étrangers ont un point commun. Ils sont tous, quel que soit le pays d’accueil, des envahisseurs impitoyables. Devant l’envahissement des hébreux, voici comment la peur des égyptiens fut exprimée: « Les enfants d’Israël furent féconds et multiplièrent, ils s’accrurent et devinrent de plus en plus puissants. Et le pays en fut rempli. Il s’éleva sur l’Egypte un nouveau roi, qui n’avait point connu Joseph. Il dit à son peuple: Voilà les enfants d’Israël qui forment un peuple plus nombreux et plus puissant que nous. Allons ! Montrons-nous habiles à son égard; empêchons qu’il ne s’accroisse, et que, s’il survient une guerre, il ne se joigne à nos ennemis, pour nous combattre et sortir ensuite du pays».

Que constatons-nous aujourd’hui ?

Le nationalisme monte dans tous les pays, car, la peur et la réalité que les migrants prennent la place des nationaux sont devenues excessives et irritantes. Quand les dirigeants d’un pays se refusent d’affronter ce phénomène dans la vérité, cela se termine par la révolte du peuple autochtone qui se sent lésé.

Aujourd’hui, les étrangers et surtout les burkinabés, ont envahi nos terres et les Ivoirois et Ivoireines sont poussés hors de leur pays. Pour faire des étrangers, des propriétaires de nos terres à la place des Ivoirois, les dirigeants, inconscients, insouciants et véreux ont imaginé une loi floue sur la propriété des terres.

L’Eternel Dieu est formel en Lévitique 25 verset 23: « Les terres ne se vendront point à perpétuité». L’on accuse les Ivoirois d’être des paresseux qui ont vendu leurs terres. Vrai ou faux, je suis candidat pour briguer la magistrature suprême de la Côte d’Ivoire, afin de libérer nos frères et leur rendre leurs terres. Sous mon autorité, l’Etat doit établir des droits de rachat, comme l’Eternel l’indique en Lévitique 25 verset 24 à 25: « Dans tout le pays dont vous aurez la possession, vous établirez le droit de rachat pour les terres. Si ton frère devient pauvre et vend une portion de sa propriété, celui qui a le droit de rachat, son plus proche parent, viendra et rachètera ce qu’a vendu son frère».

Mon gouvernement travaillera à rendre à mon peuple ses terres qui lui ont été injustement ou malhonnêtement expropriées. Avant que, irrités et dos aux murs, sans espérances de reprendre leurs biens, nos frères deviennent violents, pour des actions aux conséquences incalculables, mais qui retarderont notre développement et détruira notre beau pays, reprenons la main. Les étrangers peuvent aller chez eux.

Dites-moi, où iront les Ivoirois ?

Il est bon de faire remarquer, que je ne considère pas les Ivoirois qui migrent d’une partie de la Côte d’Ivoire vers une autre, comme des étrangers. Toutefois, si les propriétaires de terres, surtout dans les zones forestières, veulent récupérer leurs terres, le droit de rachat s’appliquera aussi. Mais pour ne point perdre notre position actuelle dans les cultures agricoles, et surtout parce que la force de notre pays repose sur l’agriculture, certaines forêts devraient être déclassées pour faire l’appoint.

J’appelle les Ivoirois et les Ivoireines, conscients de ce danger, à nous apporter leurs soutiens pour que je remporte ce combat pour le bien de notre peuple, et la paix dans notre pays. Que l’Eternel. Dieu, le Dieu de l’espérance, Dieu de la Côte d’Ivoire, nous bénisse. Amen !

Dr Israël N’Goran

Candidat aux élections présidentielles de octobre 2015 en Côte d’Ivoire

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*