Dr Prao Séraphin de la JDI à KKB et Banny: Ne dites pas oui aujourd’hui pour dire non demain

Dr Prao Séraphin de la JDI à KKB et Banny: Ne dites pas oui aujourd’hui pour dire non demain

Dans une démocratie, le consensus va de pair avec le respect des règles. En Afrique, les troubles sont le fait des élections mal organisées. Parfois c’est le refus d’accepter les résultats qui engendre les troubles. C’est pourquoi, les Commissions électorales indépendantes ont été créées pour éviter ce sempiternel problème africain.

Dans notre pays, le processus électoral est verrouillé par le régime Ouattara dans le seul but de se maintenir au pouvoir. Malgré la bonne foi de certains candidats qui ont cru que le Président sortant allait reprendre ses esprits pour apaiser les ivoiriens par le dialogue, il s’est plutôt enfermé dans l’absolutisme affligeant. Dans ce processus truqué, le Président sortant peut compter sur des opposants fébriles, inaudibles et illisibles.

Dans une démocratie, chacun est libre de ses actes mais il doit également être responsable. Sur ce point, nous rappelons aux candidats qui accompagnent le Président sortant que les démocrates ivoiriens n’accepteront point une contestation postélectorale. Ceux qui vont à ce rendez-vous manqué et qui espèrent profiter d’un désordre n’auront que leurs yeux pour pleurer. Les conséquences ne sont que des séquences consécutives. Si donc certains candidats, en dépit des mauvaises conditions, accompagnent le Président sortant, alors, ils devront assumer leurs actes en dernier ressort.

C’est encore l’occasion d’exhorter les accompagnateurs de se retirer au risque de passer à la trappe de l’Histoire. Il est illogique de dire OUI à tout va et finir par dire NON à la fin.

Dr Prao Séraphin

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.