Droit de reponse du Ministre Lia bi au quotidien Le Temps

Droit de reponse du Ministre Lia bi au quotidien Le Temps

A Monsieur le Directeur de Publication du quotidien “Le temps”

A la une de sa livraison du samedi 8 novembre 2014 et en page 6 , votre quotidien a écrit ce qui suit: “les pro- affi attaquent Gbagbo et Simone”. Dans le corps de l’article signé par F. Tete vous indiquez que je me cacherais sous le pseudonyme de “Dreble Tape Joachim” pour attaquer Laurent et Simone Gbagbo à propos de la crise entretenue depuis des mois au sein du Fpi. Je viens, conformément à la loi, user de mon droit de réponse pour vous dire sur l’honneur ce qui suit: Je ne connais pas le sieur Dreble Tape Joachim , ni d’Adam ni d’Eve. Je ne sais pas sur quel continent il se trouve. Je ne me cache pas sous ce pseudonyme. Je ne manipule pas ce personnage.

J’ai régulièrement évolué en toute responsabilité sur face book sous ma propre identité: “Douayoua Lia bi “jusqu’au 18 aout 2014, ou, dégouté par la tournure des comportements de “microbes”, c’est a dire, d’agression systématique et sans raison, j’ai arrêté tout contact avec ce réseau social. L’affaire dite ” Dreble Tape Joachim”introduite sur la toile, a vu ce nom attribué à Guede Pepe léonard dit James Cenach. Ce dernier a vivement protesté en indiquant fermement qu’il n’est pas Dreblé Tapé Joachim . Et depuis, on a décidé de m’attribuer ce pseudonyme. Comme pièce à conviction, une capture d’écran ou le nommé Dreble Tape Joachim aurait répondu “oui” en imbox à un échange ou la mention “monsieur le ministre Douayoua” lui a été faite. Dreble Tapé s’est expliqué par la suite sur la toile en indiquant qu’ il a dit “oui” pour voir ce qui allait advenir après son “oui”. Une technique et une pratique tellement courantes sur le net lorsqu’un internaute veut aller plus loin pour découvrir les intentions cachées d’un autre internaute. Voici donc les faits.

Dans cette sordide entreprise de démolition des fondations du parti engagée par des adversaires externes au FPI à laquelle certains parmi nous prêtent par inconscience le flan et entretenue depuis plusieurs mois au Fpi, ni Laurent Gbagbo, ni Simone Gbagbo encore moins Affi N’Gruissan qui connaissent parfaitement tous , depuis 1986, à la fois mon engagement, mon parcours politique , ma probité, ma loyauté et mon attachement au débat démocratique interne, ne peuvent se laisser distraire par des insinuations malveillantes , des raccourcis puérils la limite de la nausée. La plus grave crise pour un homme, c’est la crise qu’il a avec sa conscience. En effet l’homme est constamment soumis à trois tribunaux: le tribunal divin, le tribunal des hommes et celui de sa conscience. C’est donc avec la conscience tranquille que j’ai décidé de mettre fin à mon exil et de rentrer en Côte d’ivoire ce lundi 10 Novembre 2014 pour apporter ma modeste contribution à l’unification du Fpi,qui demeure notre unique héritage.

Fait à Accra le 8 Novembre 2014

LIA BI DOUAYOUA, Ancien Ministre,

(In  le Temps du 14 Novembre 2014 page 3)

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.