Duekoué: A quand le réveil des cadres Wê ?

Duekoué: A quand le réveil des cadres Wê ?

Guemon est le nom de région composée des départements de Duekoué, Bangolo, Kouibly et Facobly. Cette appellation tire son origine du nom du fleuve qui traverse la ville de Duekoué, chef-lieu de région. Nous sommes à l’ouest de la Côte d’Ivoire. District des Montagnes. La région est majoritairement peuplée par les Wê : Guéré et Wobé.

Le département de Duekoué, région du Guemon à l’ouest de la Côte d’Ivoire compte cinq sous préfectures que sont Duékoué commune, Guehibly, Bagohouo, Guézon et Gbapleu. A l’Assemblée Nationale, ils sont trois(3) à siéger au nom de Duékoué. Ce sont, Mme Flanizara Touré (Duékoué commune), Oulla Privat (Guehibly) et Yao Meh ( Bagohouo, Guézon et Gbapleu). Aux élections législatives du 11 décembre 2011, ils étaient 17 candidats à se partager le suffrage de plus de 67 000 inscrits sur le listing électoral dans le département. Cette année, on annonce au moins 20 candidatures pour les trois circonscriptions avec une dizaine pour la seule circonscription qui regroupe les sous préfectures de Bagohouo, Guézon et Gbapleu.

Mais si le nombre des candidats ne pose pas de problème car dénotant de la dynamique du département et principalement de la seule circonscription regroupant les trois sous préfectures que sont Bagohouo, Guézon et Gbapleu, il convient de jeter un coup d’œil sur les origines des potentiels candidats. Nous rappelons que le département de Duekoué est connu pour son peuplement Wê et principalement Guéré. Seulement à Duekoué tout comme le grand ouest, des flux migratoires internes et externes vont venir bouleverser l’ancien ordre établi. Les allochtones ( Baoulés et sénoufos) et les allogènes venus de la sous régions ( Burkinabés, Maliens, Guinéens) ont fini par tripler cette population autochtone Wê.

A Duekoué, les conflits internes souvent liés aux problèmes du foncier rural et autre occupation illicite des terres sont maitrisés. L’entente est cordiale entre les autochtones Wê et leurs frères qui sont venus s’installer avec eux. En outre, s’il est vrai que la guerre de septembre 2002 et la crise postélectorale de 2010 ont eu des conséquences en termes de perte de vie humaine à Duekoué, il faut noter que la paix y est définitivement revenue. Pour preuve, les élections présidentielles d’Octobre 2015 s’y sont bien déroulées. C’est donc dans un contexte d’apaisement que nous entamerons dans quelques mois les élections législatives fixées au plus tard le 20 novembre 2016 selon la CEI. Duekoué et ses étrangers Aux dernières élections législatives, c’est pratiquement dans un contexte de guerre que les populations sont allées aux urnes.

Surtout après les évènements de « carrefour Duekoué », c’est avec la peur au ventre que nos parents, pour ceux qui ont décidé de rester sur place, car beaucoup ayant fui la ville, les villages pour se refugier dans des forêts si certains n’ont pas perdu leurs papiers pendant la guerre, sont allés voter. Le RHDP parti au pouvoir n’a pas eu de mal à imposer ses candidats. La commune de Duekoué a fini par tomber entre les mains de la candidate du RDR, Flanizara Touré après une première invalidation suite au litige électoral. Elle aura bénéficié du large soutien de son parti mais surtout de ses parents malinké, nombreux, dans la ville de Duekoué. L’actuel vice président de l’Assemblée Nationale, Ouala Privat (Wê) a eu son salut grâce à un dernier coup de pouce du gouvernement qui à la dernière minute a taillé une circonscription à sa mesure ; celle de Guehibly.

Les trois dernières sous préfectures de Duekoué que sont Bagohouo, Guézon et Gbapleu, regroupées en une seule circonscription électorale reviendront sans prendre de gans au candidat du PDCI, Yao Meh, un allochtone baoulé. Ce dernier qui réside en réalité à Daloa où il aurait des intérêts fut adoubé par Ahoua Touré, un cacique du PDCI et grand ami du président Henri Konan Bédié. Yao Meh bien que n’étant pas Wê a pu aussi bénéficier du large soutien de ses parents baoulés installés partout dans la région. En effet, sur les 8500 inscrits dans la sous préfecture de Guezon, les baoulés et les autres communautés étrangères représentent un peu plus de 60%. Les Wê, 40%.

A Bagohouo, sur les quelques 7600 inscrits, on compte environ 4000 Wê. Gbapleu étant majoritairement peuplé par les Dan et Sénoufo, l’électorat Wê est pratiquement inexistant. Qui veut brûler encore Duekoué ? Qui ne se souvient pas de Duekoué, ville martyr…et dont le nom rime désormais avec toutes les crises que connait la Côte d’Ivoire ? Guitrozon, petit Duekoué, carrefour Duekoué, Eglise catholique, Nahibly…ces noms pourtant des quartiers de la ville figurent dans tous les rapports des ONG des Droits de l’Homme suite aux crises de 2002 et 2010 en Côte d’Ivoire. Des populations tuées, décimées, déplacées, torturées…des forêts et terres cultivables expropriées, des maisons pillées ect. Sauf que depuis quelque temps, Duekoué a fait peau neuve même si tout n’est pas encore politiquement correcte avec l’affaire d’exhumation des corps du carrefour Duekoué, les conflits de terre entre autochtones Wê et allogènes et enfin sur l’épineuse question d’installation des Burkinabés aux environs du Mont Péko.

Toujours à Duekoué si les cadres Wê se plaignent de n’être pas associés aux débats concernant tous ces foyers de tension cités plus haut par le gouvernement, cette année, un autre conflit risque de mettre à mal ce présent contexte d’accalmie. Selon des informations en notre possession, absents en 2011 pour des raisons d’insécurité, plusieurs cadres Wê se signalent déjà pour les élections législatives 2016 à Duekoué. Dans la seule circonscription de Bagohouo, Guézon et Gbapleu, les noms de Tehy Basile, Ambroise Fié, Big Ben, Konanlei, Bessemon…circulent. Ces cadres Wê qui participent pour la première fois à une telle élection vont devoir affronter un redoutable duo : Yao Meh, le député sortant et Yah Touré le fils du puissant Ahoua Touré.

Les cadres Wê sauront taire leurs querelles internes pour reconquérir leur circonscription ? Que réserve Ahoua Touré à son poulain du PDCI, Yao Meh là où son propre fils est candidat ? Qui sera le candidat du RDR dans cette circonscription qui est à l’image d’un éléphant dont la chaire, une fois mort est partagée par tout un village ? En attendant ce que gagnera le département de Duekoué lors du prochain découpage électoral (certainement 2 nouveaux sièges selon des indiscrétions), les cadres Wê de Duekoué déjà réunis au sein d’une association, dénommée Association des cadres et travailleurs pour le Développement de Duekoué (ACTD) sont interpellés.

Par Basile Tehy, cadre de Duekoué, gérant de société en France

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE