Duekoué: La police assassine une deuxième fois, en moins d’un an et il n’ya rien

Duekoué: La police assassine une deuxième fois, en moins d’un an et il n’ya rien

Avant-hier nuit, mardi 11 Octobre 2016, entre 21-22h, le jeune DOH Amos Désiré, résidant au quartier Carrefour de Duékoué, parti aider sa femme vendeuse de nuit à rentrer chez eux à 400 mètres de là, est arrêté par la police, sur dénonciation pour… braquage, d’après les policiers.

Avant même de quitter le quartier pour le poste de police, le jeune homme est copieusement battu, à sang, puis en meurt, son corps déposé directement à la morgue. Son père DOH Soni Eloi 05 42 93 69, en veut pour preuve qu’au commissariat, il n’existe aucun procès-verbal d’audition de son fils.

Révoltées hier contre la police, les populations de Carrefour ont eu droit au gazage, au moins cent (100) tirs de bombes lacrymogènes, battues et se sont vues imposer un couvre-feu dès 17 heures, avec des patrouilles et rafles jusqu’à 23 heures, dans un quartier encerclé et envahi par des escadrons de gendarmerie venus en renfort de Daloa, Yamoussoukro, Guiglo, Man,… Jusqu’en ce moment où nous livrons le présent papier. D’ailleurs, la route internationale Abidjan-Monrovia qui passe par devant le commissariat de Duékoué est barrée sur environ 1 kilomètre.

Duekoué Carrefour les policiers abattent un jeune la population se soulève 1 Duekoué: La police assassine une deuxième fois, en moins dun an et il nya rien

En Décembre 2015, un cas similaire de meurtre par la police, toujours à Duékoué, a eu lieu (taper dans google : ‘’Duékoué : quand la police assassine’’) et cette fois encore, la police, sans gêne, parle de mort naturelle !

L’affaire est entre les mains du capitaine NAMBALA 07 27 28 51.

Duekoué Carrefour les policiers abattent un jeune la population se soulève 2 Duekoué: La police assassine une deuxième fois, en moins dun an et il nya rien

Ainsi va Duékoué, la cité aux milliers de crimes toujours impunis, comme si les organisations de défense des droits de l’homme dont on a tous vécu l’intense ardeur ici avant 2011, avaient toutes disparu de la surface de la terre !

Pour le collectif des victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) : Emmanuel Caleb, le 13 Octobre’16.

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE