Election au Gabon et en Gambie : Quel crédit accorder aux observateurs de l’UE et de la médiation de la CEDEAO ?

Election au Gabon et en Gambie : Quel crédit accorder aux observateurs de l’UE et de la médiation de la CEDEAO ?

En même temps que l’année 2016 tire à sa fin, il ya comme un vent de « Boribana » ou fin de parcours, pour certaines situations qui ont été au centre de l’évolution du monde depuis la fin de la Deuxième Guerre Mondiale. Au nombre de ces réalités qui se retrouvent en positon d’avoir vécu, il est aujourd’hui indéniable qu’il faut positionner la crédibilité de l’Occident dominateur, avec tous les artifices d’imposition de cette domination.

Les États-Unis d’Amérique et leurs vassaux européens ont eu beau user du mensonge, leur arme favorite, de la force brutale et d’actes inhumains, pour opprimer les États faibles, maintenus malhonnêtement dans la faiblesse, le temps, « l’autre nom de Dieu » est en train de montrer les limites de leur domination.Aujourd’hui, en effet, point n’est besoin de faire partie des cercles réduits des analystes chevronnés pour comprendre que l’OTAN, cette armée des dominateurs, avec tous les barbouzes et autres mercenaires de tout poil,  a échoué en Égypte et est en train d’essuyer une défaire essentielle en Syrie.
Le temps des massacres inconsidérés, comme en Iraq, en Libye, en Côte d’Ivoire, et ailleurs n’est peut-être pas passé, mais de par le monde, il est aujourd’hui clair aux yeux de la majorité des humains, que la domination de l’Occident se nourrit de mensonges et fonctionne avec  le faux et des crimes graves.

On voit à présent clairement que ces gens-là, au-delà des prétentions de tendre vers la perfection, ne sont en réalité qu’englués dans des mesquineries, des tricheries assaisonnées de crimes odieux. Ils n’ont rien de meilleur que personne et seule leur audace machiavélique les a souvent placés au-dessus des autres. Toutes les contorsions actuelles qui suivent l’élection de Donald Trump à la présidence aux USA ne sont que la preuve des grosses magouilles qui régulent la vie chez eux. Une magouille qu’ils ont toujours imposée chez les autres pour leurs intérêts égoïstes et mesquins. Présentement, on annonce à grand renfort médiatique, les résultats des observateurs de l’Union Européenne sur l’élection présidentielle au Gabon, et le voyage des responsables de la CEDEAO en Gambie.

Ces deux groupes de représentants d’institutions qui ont fini de rallier tous les observateursvigilants et séreux sur leur rôle de bras séculiers de la domination de l’Occident,  auraient, pour les observateurs de l’UE, pondu un rapport qui jetterait l’opprobre sur l’élection présidentielle au Gabon, et pour les envoyés de la CEDEAO, la mission de convaincre Yaya Djammeh de quitter le pouvoir en Gambie.

Pour ce qui est de la Gambie, j’étais franchementde ceux qui militent pour le départ du pouvoir de YayaDjammeh. N’ayant connaissance que des faits des médias occidentaux sur la gestion de cet chef d’État africain, je me disais que, pour ce pays, où une certaine FatouBensouda, un personnage plus que corrompu, avait été ministre sous sa gouvernance, il serait souhaitable que cet homme-là parte du pouvoir. Mais aujourd’hui où il apparait que ce départ fait le jeu de l’occident, je suis convaincu que pour le peuple gambien, Yaya Djammeh demeure l’homme qu’il faut.

Envoyer la CEDEAO en médiation, pour ne pas dire pour faire pression sur l’homme, me fait penser aux représentants de cette institution qui étaient venus en Côte d’Ivoire lors du complot franco-Onusien contre les Ivoiriens et leur président Laurent Gbagbo. Que n’a-t-on pas entendu à cette époque, de gens censés amener à une juste solution ! Après, ce furent les massacres de dizaines de milliers d’innocents, puis la déportation du président élu, par la France, comme elle le fit du roi Béhanzin du Dahomey et du résistant Samory Touré de la Guinée.  Après, on installa un imposteur, et aujourd’hui, vive la dictature, pendant qu’on peine à trouver la moindre preuve des accusations mensongère contre le président Gbagbo, dans  une honteuse parodie de procès à La Haye !

Pour le Gabon, il faut encore se souvenir du complot contre les Ivoiriens et leur président en 2011. Les fameux observateurs de l’UE, présents en Côte d’Ivoire au moment de l’élection présidentielle n’auraient rien vu de toutes les graves irrégularités perpétrées dans le nord du pays. On raconte même que nombreux parmi eux étaient restés dans les hôtels à Abidjan. Des gens aux comportements sans scrupules, qui pondent des rapports fantaisistes en inventant des mensonges qui leur servent de fonds de commerce. Évidemment, des mensonges pour servir la domination de l’Occident. Pour nous, même si Ali Bongo n’avait pas gagné l’élection présidentielle gabonaise selon le verdict des urnes, le fait que ces observateurs-là, tricheurs et falsificateurs des faits, des  maffieux de la pire espèce, trouvent à redire sur son élection, surtout qu’on sait ce que la France d’extrême nuisance est en train de faire contre le Gabon, la raison commande de soutenir le président et le peuple gabonais, pour faire barrage à l’ogre français.

Car à la vérité, ni la CEDEAO, ni l’Union Européenne n’ont aucune crédibilité pour la résolution juste et honnête des problèmes sur le continent africain.

BÉDI HOLY

Enseignant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE