Enigmes et Insolites en FrancAfrique (6) : Les Armées sont des Milices Coloniales et/ou Tribales

Enigmes et Insolites en FrancAfrique (6) : Les Armées sont des Milices Coloniales et/ou Tribales

Le site américain spécialisé Global Fire Power, dans son classement 2018 des armées les plus puissantes dans le monde, met l’Etat du Tchad en 1ère force militaire dans la CEMAC, 16ème sur le continent Africain et 94ème dans le monde.

Un classement trompeur et inapproprié car les pays de la Françafrique n’ont pas d’armée au sens étatique mais plutôt des milices coloniales généralement faibles qui se muent rapidement en milice tribale. Donc la première chose à faire pour ces milices c’est de les élever au rang d’une armée et ensuite on pourra penser à les classer par rapport aux autres armées.

Dans cette série baptisée énigmes et insolites en Françafrique, nous nous employons à décrypter l’information de façon simplifiée et à notre manière, pour nous permettre de mieux apprécier les enjeux, et d’agir à bon escient ou au plus nous éviter de tomber dans des travers qui nous ont déjà couté tant de vies. Et ceci, parce qu’il faut toujours le rappeler, la Françafrique est la seule région au Monde, encore en esclavage volontaire, où les citoyens peuvent être amenés à se retourner très rapidement et brutalement contre celui qui vient défendre leur causes.

Cette fois-ci, nous nous intéressons à cette situation insolite des armées de la Françafrique qui sont, de façon uniforme, des milices faibles au relent colonial et qui se transforment très vite en milices tribales. Cette situation n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent bien la détermination de la France à garder une main mise sur ces états. La structure de ces milices coloniales a été pensée et implémentée depuis près de 70 ans avec le résultat spectaculaire que nous avons aujourd’hui : Les éléments de ces armées (milice), dans nos pays, pensent que leur mission est de mater, rançonner et massacrer, s’il le faut, les populations. Attention, il ne s’agit pas ici de blâmer ou de clouer au poteau de tir nos soldats et forces de l’ordre mais il s’agit plutôt de restaurer l’esprit qui caractérise cet armée dans le sens profond même des déclarations du Capitaine Thomas Sankara. Donc dire qu’en Françafrique il n’y a pas d’armée, ce n’est pas simplement une vue de l’esprit, mais c’est une évidence que l’on peut très vite visualiser en regardant la réalité sur le terrain (un héritage vivace de la colonisation Française) ou en élaborant quelques définitions de ce que c’est qu’une armée et les différentes formes d’armées.

La réalité sur le terrain :

Le site américain spécialisé Global Fire Power, dans son classement, a probablement tenu compte du nombre de soldat, des quantités et de la qualité des équipements et de la capacité des hommes à mener une guerre. Pour la quantité et la qualité des armes, ils se sont probablement fondé sur les documents officiels des ventes d’armes qui n’ont rien à voir avec la réalité sur le terrain car les contrats d’armement en Françafrique sont des véritables plaques tournantes pour les détournements de fonds et des blanchiments d’argent. Vous avez des pays dans ces zones qui compte 10 avions de guerre sur le papier et sur le terrain, il n’y a rien ou au mieux quelques avions dans les bases militaire Françaises.

En effet, rares sont les généraux en Françafrique capables de vous dire le nombre d’avion de guerre que son armée dispose. Par exemple, nous avons vu à l’occasion de l’attaque Française en Côte d’ivoire de Gbagbo, que ce pays n’avait que deux hélicoptères comme avion de guerre et zéro pilote après près de 60 ans d’indépendance. Un autre exemple sur le terrain est le cas du Tchad, champion toute catégorie en zone CEMAC d’après ce classement, qui a dû faire appel à la France pour stopper 20 Toyota pickups chevauchées par quelques amateurs du tourisme en plein désert. On peut ainsi citer des exemples à profusion dans tous ces 14 pays avec les cas du Mali, Niger, Centrafrique, Cameroun, Gabon… Finalement est-ce que la puissance de feux des bases militaires Française est prise en compte dans l’évaluation de nos pays dans ce classement ? Arrêtons-nous là avec cette question et venons-en aux définitions d’une armée.

Définition:

  • Une armée est organisée par un État, elle est une institution et ses objectifs sont subordonnés aux objectifs politiques de cet État ; on parle alors de l’armée nationale. Pensez-vous que nous avons des états en Françafrique ? Connaissez-vous la politique de nos états en dehors de la servitude que les gouverneurs en place garantissent à la France ?
  • Une armée est une organisation structurée d’individus armé visant à défendre un territoire et protéger les personnes et les biens. Clairement nous n’y sommes pas, c’est même le contraire. Les reportages sont légions dans ces pays où des hommes de l’armée ou des forces de l’ordre se vantent d’avoir tué des patriotes, brutaliser des civils ou même détruit entièrement des villages et des villes.
  • L’armée peut également s’occuper de divers travaux et remplir diverses fonctions, comme les travaux de déblaiement en cas de catastrophe naturelle ou de police en cas d’occupation ou encore d’action humanitaire. Là aussi le compte n’y est pas car si ces armée ont la capacité de ces actions, les armées se plaisent plutôt à créer des catastrophes, obligeant même les populations à les fuir pour se réfugier dans les pays voisins. La Françafrique est la zone qui a le plus généré des refugies de guerre au cours de ces 10 dernières années, avec des particularités extraordinaires comme l’exemple du Cameroun qui abrite des refugiés Tchadiens, Centrafricains et Nigérians et dans la même période ces trois pays accueillent des refugiés Camerounais.
  • Lorsque la fusion entre l’appareil d’État et l’appareil de l’armée est complète, on parle de dictature militaire. Là encore, ce n’est pas le cas dans nos armées irrégulières où il y a certes une complicité entre l’appareil d’état colonial et les chefs des milices mais aucune fusion entre l’appareil d’Etat et l’appareil de l’Armée. Dans nos pays, la hiérarchie militaire redoute toujours la réaction des éléments de l’armée qui côtoient la misère des citoyens au jour le jour. C’est pour cette raison qu’ils sont toujours doté de fusils qui ne percutent pas sauf quand il faut aller tuer une femme avec son enfant sur le dos.

Il est donc clair que par définition, il n’y a pas d’armée dans nos pays de la zone Francophone. En sortant un tout petit peu du dictionnaire, nous allons définir à notre manière les différents types d’armée qui existent dans le monde d’aujourd’hui, cela pourrait nous aider à nous faire notre propre opinion de ce que nous avons comme armée dans nos pays.

Les différents types d’armée:

  1. Les armées régulières

Les armées régulières (émanant d’un gouvernement légitime) et permanentes, sont issues des pays souverains et sont organisées en armées professionnelles (leurs membres sont des militaires de carrière ou engagés sur contrat) ou en armées de conscription (une partie de leur effectif est composée de conscrits qui effectuent un service militaire). Elles peuvent être complétées par des réserves, constituées, soit par des civils volontaires ayant reçu une formation spécifique, soit par d’anciens conscrits. Les réservistes sont appelés pour des missions particulières ou en cas de crise.

  • Les armées souveraines

Les armées souveraines se définissent comme des armées régulières qui ont cette spécificité de fabriquer elles-mêmes ses armes de défenses et d’attaques et de former elles-mêmes ses soldats et ses officiers. Ce qui les confère une certaine souveraineté ou indépendance par rapport aux fabricants et vendeurs d’armes. Seuls quelques pays ont une armée souveraine, les états unis, la Russie, la Chine et la Corée du Nord. La France, l’Angleterre et l’Allemagne furent souveraines mais depuis, en confiant leur système de défense aux Etats unis, ils ont perdu quelques souveraineté. Par contre la Palestine a une armée souveraine car la Palestine ne reçoit d’arme de personne. Elle fabrique elle-même ses propres armes au point ou Israël interdit l’arrivée sur ces territoires des buchettes d’allumettes et de cure dents car les Palestiniens peuvent en faire une arme. A titre de comparaison, les chasseurs Dozos de Cote d’Ivoire ou les sécessionnistes du NOSO au Cameroun sont plus souverains que les armées respectives de ces pays. Ces chasseurs peuvent fabriquer leur propres armes (fusils, pièges et Gris-gris), ne dépendent pas de l’aide de l’étranger et ne souffriront d’aucun embargo volontaire ou involontaire ou encore d’une exclusion de Saint-Cyr. A propos de souveraineté, au Cameroun en ce moment, tous les barons du régime ne parle que de souveraineté, Sou-Ve-Rei-Ne-Té, pas d’ingérence dans nos affaires. Ecoutez bien, si le Cameroun est privé de son soutien extérieur (la France, avec son CFA et ses armes), les sécessionnistes, moins armés mais souverains militairement gagnerons la guerre du NOSO en un mois.

 

  • Les armées nations

Les armées nations se définissent comme des armées régulières qui ont cette spécificité de disposer non seulement d’un corps d’armée mais aussi d’une population formée à la guerre et la défense de la Nation. L’exemple d’armée nation le plus poussif est l’état d’Israël. On a aussi l’exemple de la Corée du Nord et enfin l’exemple particulier des Etats Unis ou tous les citoyens sont tous armés. Ces pays ont cette particularité d’être difficile à combattre car la motivation qui les guide est existentielle. Au Cameroun, en préparation de la guerre d’indépendance, Ahmadou Ahidjo, conscient de la force Française en présence, avait instauré une formation militaire obligatoire pour tous les citoyens après le BAC. Une menace que la France avait très bien identifiée et anticipée car l’arrêt de cette pratique vers une armée Nation, sera le premier acte posé par Paul Biya a son arrivée au pouvoir. Cette pratique sera d’ailleurs interdit dans tous les pays de la Franc Afrique jusqu’à nos jours.

  • Les armées Républicaines

Les armées républicaines se définissent comme des armées régulières, souveraines ou pas, armée Nation ou pas, mais qui ont cette spécificité d’être organisées en armées professionnelles pour défendre la république au bénéfice exclusif des citoyens qui lui ont conféré son existence et sa légitimité. Cette dernière précision est de taille car c’est ce qui permet de différencier les armées régulières des armées irrégulières. Une partie de leur effectif est composée de conscrits qui effectuent un service militaire. Elles peuvent être complétées par des réserves, constituées, soit par des civils volontaires ayant reçu une formation spécifique. C’est le type d’armée que l’on retrouve dans la majorité des pays développés ou en voie de développement. Ce type d’armée a des équivalents dans les royaumes (on parle d’armée royale) ou dans les états confessionnels (on parle d’armées Islamiques, chrétiennes, bouddhistes, etc…).

On peut retenir, en résumé, que les armées régulières sont un modèle d’armée qui confère une réelle protection de la nation et de la société. Les armées les plus rassurantes étant celle qui cumulent les caractéristiques d’armées nation, républicaines et souveraines. C’est le cas des États-Unis et de la Corée du Nord.

  1. Les armées irrégulières

Pour bien comprendre cette définition d’armée irrégulière, il faut bien clarifier que cela dépend du quel bord on se trouve. Une armée irrégulière est une armée qui n’a pas fait l’objet des consultations de sa population pour sa constitution en vue d’une adéquation avec les aspirations du peuple. Dans un pays, on qualifie par exemple d’armée irrégulière toutes les troupes qui n’appartiennent pas à ou qui ne sont pas l’armée régulière. On peut les classer en faction armée, mouvement guérilleros, groupement paramilitaire, milice tribale ou coloniale, francs-tireurs, milices, corsaires, etc…. Comme on peut le constater, il est très difficile de définir ce qui est irrégulier mais on peut accepter que ces armées sont des nébuleuses et ce qui les caractérise c’est qu’elles n’ont aucune obligation vis-à-vis des populations qu’elle peuvent maltraiter et malmener selon leur bon vouloir.

En synthèse, on peut facilement déjà déduire que les pays de la Françafrique sont à classer dans la catégorie d’armée irrégulières fortement teintés d’esprits tribaux et coloniaux et qu’on peut appeler sans rougir des milices tribales ou coloniales puisque dans nos pays, les armées ne sont pas au services des peuples mais plutôt au service du monarque au pouvoir ou indirectement de la France. C’est bien connu que dans ces pays chaque nouveau président arrive avec ou nomme ses nouveaux généraux qui sont, comme par enchantement de sa tribu ou de sa région. Pour bien comprendre les armées en Françafrique il faut comprendre l’essence même de ces états qui sont des néo-colonies. Le colon Français a régné dans ces pays par l’instauration de la peur par tous les moyens inimaginable, notamment la brutalité, l’insensibilité, les enlèvements, les emprisonnements, l’extorsion et le meurtre. Depuis l’effacement de la France qui s’est cachée derrière les sous-préfets savamment sélectionnés et formés pour, la méthode n’a pas changé et les armées mise en place ne sont simplement que des armées néocoloniales pour ne pas dire coloniales. Et ceci, avec la précaution qu’elle soit suffisamment forte pour maltraiter et mater la population et suffisamment faible pour ne pas poser des soucis à la France. C’est pour cette raison qu’aucune de ces armées n’est capable de défendre le territoire d’où l’intervention permanente de la France qui se balade dans son jardin. Par contre quand il s’agit de traumatiser les populations locales leur performance frôle une perfection satanique: brutalité sans limites, assassinats, décapitations, l’étripage des femmes enceintes, pyromanies, assassinats des femmes avec les enfants au dos, etc… Ouf ! C’est à couper le souffle. Deux exemples récents illustrent très bien ce control précis que la France exige dans ces zones :

  • En République Centre Africaine (RCA), suite à la décision de Moscou d’aider militairement ce pays qui , la France a remué toute la planète pour avoir un droit de regard sur les types d’armes, les quantités et le nombre de munitions qui devait entrer dans ce pays. Ce qui lui permet de s’assurer qu’elle dispose de ce qu’il faut sur place pour une éventuelle neutralisation.
  • Au Cameroun, une fuite du cabinet civil de la présidence de la république, fait étalage des démarches auprès des autorités helvétiques pour autoriser les gros bras de la milice camerounaise a débarquer en Suisse. Ce n’est pas cette demande improbable qui est important. Le plus important est la précision dans le nombre de balles que souhaite embarquer cette milice pour la Suisse : 630 balles réelles, et je dirai même plus 633,2 balles réelles. C’est une précaution que la France exige pour savoir avec précision la situation militaire de ces milices en zone francophone. Il n’est pas question que des officiers détournent quelques balles car cela peut faire du grabuge. En Françafrique, on peut tolérer des détournements des centaines de milliards de FCFA mais le détournement d’une balle est passible de cour martiale.

Ces milices sont généralement mieux payées que les autres corps de métier et surtout leur salaire est assuré par Paris avec une régularité digne d’une montre Suisse. Leur formation est si précise que la peur terrifiante, que ces militaires suscitent chez la population, semble très naturelle, ce qui leur donne le droit, pensent-ils, qu’ils peuvent arracher un terrain par-ci, un bien par là ou même vous ôter la vie, en toute impunité. Certains cycles de violence dans ces pays sont organisés en sous-main par ces armées pour des motifs de diversion ou de démobilisation de la population par rapport à d’autres sujets quand ce n’est pas pour une mission punitive. Un comportement qui maintient nos pays dans une profonde insécurité permanente.

Les généraux d’armées des pays Francophones sont d’ailleurs les mieux placés pour savoir l’insécurité qu’ils font régner dans nos pays. C’est pour cette raison qu’ils aspirent tous à un poste d’ambassadeur ou d’attaché militaire dans un pays étranger. On a en mémoire la longue lignée des généraux et des chefs d’état-major de l´espace francophone qui deviennent des ambassadeurs, loin de leur pays en pleine tourmente. Les Généraux Philippe Mangou et Kassarate, respectivement au Gabon et au Sénégal. Le général (je ne sais plus s’il était général) Isaac Zida, ambassadeur du Burkina à Washington.

Pour terminer avec notre analyse, les pays Africain francophones n’ont pas d’armées régulières et pour cette raison leur armée ne devrait pas normalement faire partie de ce classement qui fait une comparaison des armées régulières. Ces pays peuvent être classés, au mieux. dans la catégorie inferieure d’armées irrégulières, division tribale et/ou coloniale.

Voilà mes chers Africains de l’UEMOA et CEMAC, l’état réel de nos armées faibles qui sont plutôt des milices coloniales dont les soldats sont spécialisés dans l’étripage des citoyens et dont les généraux, au moindre coup de fusil, courent très vite se réfugier dans les ambassades pour annoncer leur capitulation. Nous pouvons toutefois, par politesse et respects pour nos hommes d’armes, dire que ceux-ci font partie à la limite d’une armée irrégulière que l’on ne peut donc pas inclure dans un classement des puissances de feux. Ceci n’est peut-être pas une surprise pour beaucoup d’entre vous mais vous êtes au courant que dans nos pays nous avons des armées irrégulières faibles, aux pratiques subordonnées au maître colon, qui suspendent nos pays au bord d’un chaos quasi permanent. Et une fois de plus, la France, qui est certes condamnable, est dans son rôle et n’est pas à blâmer sinon cela voudrait dire que nous ignorons véritablement ce que c’est qu’un état. En attendant de figurer sur cette liste d’armée régulière, il nous revient à nous de trouver des mécanismes de conscientisation et de formation pour faire converger nos milices vers une armée régulière. En tout cas, nous ne pouvons plus dire que nous ne savions pas que nos armées, organisées comme des milices, sont structurellement fragiles et faibles.

Douala Ngando

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.