Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

Une cérémonie tribale au cours de laquelle des jeunes femmes sont fouettées, afin de montrer les sacrifices qu’elles font pour les hommes, est révélée dans une série de photographies.

Pour les femmes de la tribu Hamar en Éthiopie, les cicatrices visibles sur leurs corps, démontrent la preuve d’amour qu’elles éprouvent pour ces hommes respectifs qui les fouettent. Pour ces femmes, ces cicatrices leur permettent d’appeler ceux qui les ont fouettées, à leur venir en aide, en cas de besoin.

ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour 2 Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

Après la cérémonie, le garçon devient un homme, et peut se marier. Cette violente tradition s’appelle Ukuli Bula. Et c’est l’une de ses scènes, que le photographe Jeremy Hunter, a capturée.

ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour 3 Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

Au lieu de fuir, les femmes demandent aux hommes de les fouetter de nouveau, pendant la cérémonie tenue dans la vallée de l’Omo.

ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour 4 Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

La cérémonie est censée être une démonstration d’amour des femmes. Une fois veuve, elles se tourneront, peut-être, vers ces hommes qui les ont fouettées, pour demander de l’aide. Les cicatrices sur le dos sont censées être la preuve de leur sacrifice pour l’homme, et il est donc impossible pour ce dernier de refuser de satisfaire les besoins de la femme, dans les moments difficiles, ou d’urgences.

ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour 5 Éthiopie: Ces femmes qui supplient les hommes de les fouetter pour prouver leur amour

Généralement ces femmes, vivent encore dans les villages, bien qu’un nombre croissant migre vers les villes de la région, ainsi qu’à Abdis Abeba, la capitale éthiopienne.

 

Source: afrikmag.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.