Exclusivité: Amedy Coulibaly avait contracté un prêt de 6000 €, début décembre, auprès de Cofidis, qui aurait pu financer ses attentats

Exclusivité: Amedy Coulibaly avait contracté un prêt de 6000 €, début décembre, auprès de Cofidis, qui aurait pu financer ses attentats

Selon des documents que nous nous sommes procurés en exclusivité, Amedy Coulibaly, le responsable de la mort de cinq personnes dans des attaques terroristes, la semaine dernière, à Montrouge et dans un supermarché casher de la porte de Vincennes à Paris, a contracté un prêt de 6 000 €, début décembre, auprès de Cofidis. Un prêt de « moyenne gamme », selon l’entreprise de crédit, qui n’est pas tenue de demander une justification de l’objet des dépenses.

Dans une vidéo posthume publiée sur Internet dimanche, le terroriste Amedy Coulibaly indique avoir donné « quelques milliers d’euros » à un des frères Kouachi « pour qu’il finisse à boucler ce qu’il avait à acheter ». Il se pourrait bien que cette aide financière se soit faite… à crédit ! Dans des documents que nous nous sommes procurés en exclusivité, il s’avère que le 4 décembre 2014, Amedy Coulibaly a contracté un prêt personnel auprès de l’organisme de crédit Cofidis (voir la fiche en PDF), dont le siège est à Villeneuve-d’Ascq. Prêt d’un montant de 6 000 €. Selon un spécialiste, les armes retrouvées sur Coulibaly dans l’hypermarché de la porte de Vincennes avaient une valeur sur le marché noir de… 6 000 €.

Il est important de préciser que les organismes de crédit ne demandent jamais à leurs clients à quoi serviront les sommes demandées.

Par ailleurs, la grille de renseignements fourni pour contracter ce prêt atteste qu’AmedyCoulibaly a déclenché l’option pour recevoir les fonds dès le huitième jour et a ainsi réduit son droit de rétractation (prévu sur quatorze jours) afin d’avoir l’argent plus rapidement. Il a également souscrit une assurance décès pour ce prêt de 6 000 € qui au final, avec les intérêts, lui coûte 8 316 €. Ce contrat s’étale sur soixante mois. La première mensualité de remboursement de 138 € devait être prélevée le lundi 5 janvier.

Pour souscrire ce prêt, Amedy Coulibaly a joint toutes les pièces nécessaires. Ainsi, dans son dossier, on retrouve sa carte d’identité, sa dernière facture téléphonique, un relevé d’identité bancaire du Crédit Agricole de Paris et d’Ile-de-France, son avis d’imposition (où il déclare 33 714 € de revenu imposable pour l’année 2013), mais également une fiche de paie d’une entreprise de la région parisienne (qui n’est pas Coca Cola) qui indique qu’il a touché, pour le mois de novembre 2014, 2 978 €.

Dans son dossier, le terroriste mentionne qu’il y est embauché en CDI depuis mai 2007 en tant que chef de projet. En appelant la société au téléphone indiqué par Coulibaly, un message nous indique que « ce numéro n’est pas attribué ».

Cofidis : « Il n’y avait pas d’obligation à justifier les dépenses »

« Nous avons un métier couvert par le secret professionnel et bancaire, réagit dans un premier temps Gilles Sauret, directeur général de Cofidis France, joint en cours d’après-midi.Je ne peux donc faire aucun commentaire. »

Le principal responsable de Cofidis France consent néanmoins à expliquer que les sommes avancées correspondent à un « emprunt de moyenne gamme, souvent utilisé pour l’amélioration de l’habitat » et qu’il n’y a pas, dans un tel cas, « d’obligation légale à justifier de l’objet des dépenses ».

Quant aux pièces justificatives que nous avons obtenues – revenus 2013, facture de téléphone, fiche de salaire… – « elles sont assez importantes pour un prêt d’un montant assez faible. »

BENJAMIN DUBRULLE

Source: La Voix du Nord.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE