#URGENT Attentat dans une usine en Isère : Forte explosion, un corps décapité et plusieurs blessés #France

Posted by FRANCE 24 on vendredi 26 juin 2015

France: Attentat de Daesh à Saint-Quentin-Fallavier. Un homme décapité

11 H 19 : la tête de la victime a été retrouvée accrochée au grillage de l’enceinte de la société le long de la RD311. Des techniciens en identifications criminelles de la gendarmerie de Grenoble viennent d’arriver sur place. Les différents lieux de l’attaque ont été “gelés”.

11 H 11 : le préfet de l’Isère est sur les lieux. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, est également attendu dans la matinée. Selon une source proche de l’enquête, qui s’est confiée au Dauphiné Libéré d’autres attentats ne seraient pas exclus. Par conséquent, un très important dispositif de gendarmerie est déployé sur le site. Les employés de la société Air Products très choqués car certains ont été témoins de l’attaque, vont être accueillis dans une salle polyvalente de la commune voisine de la Verpillière.

10 H 57 : selon une source proche de l’enquête, une voiture a fait irruption dans la société peu avant 10 heures effectuant du rodéo dans la cour afin de percuter des bombones de gaz présentes sur le site.

Toujours selon des informations du Dauphiné Libéré, un homme a été decapité à l’intérieur de la cour, il ne s’agit pas d’un employé de la société. Sa tête aurait été retrouvée à plusieurs dizaines de mètres de son corps. Par ailleurs un homme a été blessé, également une personne extérieure de la société. On ignore pour l’instant s’il s’agit de l’auteur.

10 H 35 : le procureur de Vienne se rend sur les lieux. L’antiterrorisme de Paris est saisi.

10 H 29 : selon nos premières informations recueillies sur place, on évoque un attentat. Plusieurs victimes seraient à déplorer dont une personne qui a été décapitée à l’entrée de la société. Toujours selon le Dauphiné Libéré, un homme a pénétré dans l’entreprise et a ouvert plusieurs bombones de gaz revendiquant d’être de Daesh des drapeaux islamistes en main.

Le quartier a été bouclé par les forces de l’ordre.

10 H 07 : une forte explosion suivie d’un incendie a eu lieu ce vendredi à 9 heures 50 dans la société Air Products située avenue des Arrivaux à Saint-Quentin-Fallavier. Un important dispositif de sapeurs-pompiers de gendarmerie est actuellement sur place. Plusieurs blessés seraient à déplorer.

Source: Le Dauphiné

________

Qui est Yassine Salhi, l’auteur de l’attentat en Isère ?

Yassin Salhi, 35 ans, est désigné comme l’auteur présumé de l’attentat de l’usine Air Products, à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. Qui est cet homme déjà connu des services antiterroristes ?

[Mis à jour le 26/06/2015 à 18h08] Yassin Salhi a été identifié comme le principal suspect de l’attentat terroriste à Saint-Quentin-Fallavier, en Isère. C’est le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui a révélé son nom en conférence de presse. Cet homme âgé de 35 ans, né en mars 1980, était bien connu des services antiterroristes et habitait dans l’agglomération lyonnaise, à Saint-Priest. Yassin Salhi est marié et père de trois enfants. Selon des des informations de l’Est Républicain, il est originaire de Pontarlier, dans le département du Doubs et se serait radicalisé au contact “d’un prêcheur très virulent” dans la mosquée de cette commune de Franche-Comté. La famille de Yassin Salhi a été arrêtée en début d’après-midi, vendredi, à Saint-Priest, où le suspect vivait depuis six mois avec sa femme et ses enfants, par la Police judiciaire (PJ) de Lyon. Placé en garde à vue, l’auteur de cette attaque aurait refusé dans un premier temps de parler et de collaborer avec les services d’enquêtes.

Qui est Yassine Salhi lauteur de lattentat en Isère France: Attentat de Daesh à Saint Quentin Fallavier. Un homme décapité

Dans cette commune de la banlieue lyonnaise, des policiers du RAID étaient positionnés devant un immeuble à 14h30, sont intervenus vers 15h10, ont évacué tout l’immeuble et ont ensuite interrogé la femme de Yassin Salhi. L’AFP indique qu’elle a été interpellée dans la foulée par les enquêteurs. Quelques dizaines de minutes avant, celle-ci s’était exprimée sur la radio Europe 1 et tombait des nues : “Je ne sais pas ce qu’il se passe, ils l’ont arrêtée ? […] Ce matin comme d’habitude, il est parti au travail […] J’ai le cœur qui va s’arrêter, ce n’est pas possible, on vit vraiment normalement, je ne vois pas quel intérêt il aurait à faire ça”. Dans le quartier de la famille Salhi, les voisins sont également surpris de la situation, selon des propos rapportés par un journaliste du Monde : “Leurs enfants jouaient avec les nôtres, des gens banals, qui aurait cru ?”. Au total, trois personnes ont été interpellées dans la journée : Yassin Salhi, sa femme, sa sœur et un autre homme suspecté d’avoir effectué des allers-retours suspects autour de l’entreprise Air Products.

Yassin Salhi n’avait pas de casier judiciaire
Durant l’attaque de l’usine Air Products ce matin, Yassin Salhi a été neutralisé par un pompier du SDIS (Service départemental d’incendie et de secours. Par ailleurs, selon Le Monde, un deuxième suspect, “soupçonné d’avoir fait des repérages sur le site” a été placé en garde à vue. Lors de sa conférence de presse, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a expliqué : “l’identité du criminel est en cours de précision nous savons d’ores et déjà qu’il pourrait s’agir de Yassin Salhi, qui avait fait l’objet d’une fiche pour radicalisation en 2006 non renouvelée en 2008”. Bernard Cazeneuve a également précisé que d’éventuels complices étaient recherchés. Yassin Salhi serait en lien avec la mouvance salafiste. Le ministre de l’Intérieur indique également que les inscriptions retrouvées sur la drapeau proche de la tête de l’homme décapité sont en cours d’analyse. “Le texte n’a pas été traduit, nous sommes dans une enquête en cours”, a-t-il ajouté.

Bernard Cazeneuve s’est également expliqué en conférence de presse sur la fiche S (“sûreté de l’Etat) dont Yassin Salhi faisait l’objet. Le ministre de l’Intérieur a expliqué que cette procédure, engagée en 2006 pour “radicalisation”, prévoit une surveillance discrète. Selon Sud-Ouest, environ 5 000 personnes par an sont visés par une fiche S. Dans le cas de Yassin Salhi, cette fiche n’avait pas été renouvelée en 2008 mais Bernard Cazeneuve n’a pas donné les raisons de cette décision. Il a simplement précisé que l’auteur présumé de cette attaque de Saint-Quentin-Fallavier n’avait pas de casier judiciaire. On apprend également que Yassin Salhi a aussi fait l’objet d’une note des Renseignements durant l’année 2011.

Source: Linternaute.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.