France – Mali : De l’espérance à la trahison

France – Mali : De l’espérance à la trahison

Il est loin, l’instant bienheureux où les drapeaux français que tout le monde voulait voir accrochés à son portail ou à sa voiture, on fait se rehausser le prix des tissus de couleurs bleue, blanche et rouge. Par la faute de sa politique injuste, Il est bien loin le jour grandiose où François Hollande était célébré en héros à Tombouctou et à Bamako. Il est bien loin enfin l’illusion que nous maliens nous nous sommes faite, en pensant que la France contrairement à ce que disait certains, était bien venue nous sauver et non remettre en selle son bras armé : le MNLA.

Avant SERVAL, le MNLA était devenu ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être, un mouvement criminel en décomposition et dont les membres cherchaient plutôt à se faire oublier ou pardonner, pour les nombreux crimes perpétrés sur les populations de Gao, Tombouctou et Kidal. SERVAL est venu, frapper les terroristes de la main droite, et, de la main gauche, épargner et réhabiliter ceux sans lesquels ils n’auraient jamais eu l’audace de s’attaquer au Mali. Cette politique du tout et du contraire du tout est la seule et unique cause de la présence terroriste dans le Sahel aujourd’hui. La France compte ainsi faire de la lutte anti-terroriste en éliminant les terroristes qui ne sont pas dans son giron et en protégeant ceux qui tout en collaborant avec elle, pour des raisons connues aujourd’hui, gardent leurs liens intacts avec AQMI et le MUJAO, qu’ils ne dénoncent qu’en apparence.

Tout le monde sait, que le mouvement terroriste sahélien n’est que les deux branches d’un seul corps partagé entre la vision des grands de ce monde. Il y a ceux qui pour bénéficier de l’appui des pétrodollars du Golfe se sont transformés en djihadistes islamistes et il y a les autres qui montrent au monde occidental une face laïque, adepte de la démocratie et de la liberté. Comme par amnésie certains ferment les yeux et se mettent à croire avec eux qu’ils combattent un pays totalitaire, qui ne connait pas la démocratie et dont les citoyens sont inégaux selon qu’ils soient du nord ou du sud.

La France, par ses agissements a contribué largement à renforcer le terrorisme au Sahel. C’est la France qui a libéré Pierre Camatte, contre deux des pires émirs d’AQMI aujourd’hui. C’est la France qui protège Iyad Ag Ghaly dans les massifs de l’Adrar et qui contribue même à sécuriser les canaux qu’il utilise pour se déplacer. C’est la France qui a libéré Wadoussène en payant des sommes astronomiques dont une large partie payera des mines, des 12-7 et des Kalachnikov pour mieux nous tuer. C’est la France qui a contribué à alanguir le mandat de la MINUSMA, afin de lui enlever toute virilité et toute efficacité.

C’est la France dont les médias servent de porte-voix à des gens qui n’existent que par la seule volonté des géo stratèges de Paris, qui voient en le MNLA de Kidal des gens manipulables à souhait pour s’emparer de nos richesses énergétiques. C’est la France qui négocie les groupes armés favorables à la démocratie malienne, pour qu’ils adhèrent aux thèses du MNLA. C’est la France qui ne veut d’aucune autre présence au Sahel qui puisse, par la justice et l’évidence contrôler ses faits et gestes, pour que revienne la paix. C’est la France qui refuse qu’on désarme et cantonne tous les groupes armés favorables au processus d’Alger, afin de mener une lutte franche contre les autres terroristes irrécupérables et représentant une menace jusqu’aux Etats-Unis d’Amérique.

Cette France donc, a trahi notre espérance, s’est précipitée à venir nous « libérer », afin de mieux filtrer notre liberté et de nous tenir par la peur et les menaces chaque jour un peu plus rapprochées de nos villes et campagnes.

C’est pour toutes ces raisons que des missions sont faites en direction de la France, pour qu’elle regarde avec l’œil du Juste, le problème malien. C’est pour cela aussi que de plus en plus des voix s’élèvent pour demander que le Mali fasse appel à d’autres forces de pays amis, tels les Etats-Unis ou la Russie pour qu’ elles nous aident à remettre notre armée sur pied et à sécuriser nos populations et nos villes.

Le terrorisme au Sahel demeure donc la créature de la France. Son ambition : Tenir en réserve par la guerre et l’instabilité, l’exploitation des richesses du sous-sol, pour que ces réserves dorment jusqu’à ce que la France choisisse le moment de les sortir de sous terre. Entre temps, tous les moyens sont bons : opposer les maliens en blancs et noirs, en sud et en nord en laïc et en pro-islamiste.

Mais cette politique criminelle de la France, n’est pas sans conséquence pour elle-même. La guerre ne peut perdurer au nord du Mali, comme elle n’a pu perdurer au Rwanda, pays aujourd’hui dégoûté, de voir le pays de Rousseau et ce Montesquieu, planifier un génocide pour seulement de modiques intérêts économiques. Le monde ne peut se complaire indéfiniment de l’injustice d’une puissance, sur des communautés pauvres et, l’ONU pour garder sa crédibilité doit agir au plus vite et appliquer une solution juste et durable, comme elle l’a faite pour la guerre d’Algérie, malgré tous les subterfuges utilisés alors par la France.

L’ONU sait par expérience que quand la France tient un morceau, elle ne le lâche pas facilement. Elle doit alors élaborer par la bonne foi et l’évidence une solution qui remette les maliens ensembles, qui sanctionne les crimes et leurs auteurs, qui fasse réparation aux victimes et qui redonne au Mali démocratique sa dignité et la paix. Toute autre solution ne passera pas, car les maliens veilleront à jamais à ce qu’ils ne soient le jouet de personne. La jeunesse de Gao a donné le ton et ce n’est que le début d’une renaissance pour un pays qui retourné en lui-même et croyant en Dieu, poursuivra son destin, tanguera mais ne chavirera jamais.

Karim FOMBA

Source: Maliweb

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE