France : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue à Nanterre | eburnienews | Diaspora ivoirienne | Actualité Politique | Diaspora africaine en France France : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue à Nanterre
France : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue à Nanterre

France : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue à Nanterre

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue mardi matin dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre dans le cadre d’une enquête sur un trafic d’influence présumé, selon une source judiciaire. Les enquêteurs de la brigade anticorruption pourront entendre l’ancien président français durant 24 heures.

Ce rebondissement judiciaire survient alors qu’était attendue l’annonce que Nicolas Sarkozy allait revenir sur la scène politique en tentant de reprendre la tête de son parti de droite, l’UMP (opposition). Cette formation politique est plongée dans une crise sans précédent par une affaire de fausses factures.

Les enquêteurs de la brigade anticorruption de la police judiciaire vont pouvoir entendre l’ancien président durant 24 heures au maximum, éventuellement renouvelable une fois.

M. Sarkozy est arrivé peu avant 08h00 à bord d’une voiture noire aux vitres teintées au siège de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) à Nanterre, près de Paris. Son avocat, Thierry Herzog, y est placé en garde à vue depuis lundi, tout comme deux hauts magistrats du parquet général de la Cour de cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust.

Plusieurs enquêtes

Les enquêteurs cherchent à établir si l’ancien chef de l’Etat, avec l’appui de Me Herzog, a cherché à obtenir des informations auprès d’un haut magistrat sur une enquête le concernant en échange de la promesse d’un poste de prestige.

Dans le cadre d’une enquête judiciaire ouverte le 26 février par le parquet national financier, les enquêteurs veulent aussi savoir si Nicolas Sarkozy a été illicitement informé de son placement sur écoute.

Cette mesure, spectaculaire s’agissant d’un ancien président, avait été décidée en septembre dans une autre enquête, celle sur les accusations de financement par la Libye de Mouammar Kadhafi de sa campagne présidentielle victorieuse de 2007.

(ats / 01.07.2014 08h50)  France : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue à Nanterre

Source: Romandie


L’avocat de Sarkozy et deux hauts magistrats en garde à vue

Trois gardes à vue ce lundi, dans le cadre d’une enquête pour « trafic d’influence » impliquant l’ancien président français.

Les enquêteurs soupçonnent Nicolas Sarkozy et son conseil d’avoir profité d’informations illicites provenant de « taupes » au sein même des appareils judiciaire et policier.

La police a placé ce lundi en garde à vue deux magistrats ainsi que Me Thierry Herzog. L’avocat de Nicolas Sarkozy est soupçonné d’avoir aidé l’ancien président à obtenir des informations auprès d’un haut magistrat sur des procédures le concernant. Les enquêteurs veulent ainsi savoir si Nicolas Sarkozy a été illicitement informé de sa mise sur écoute.

Les deux magistrats apprehendés sont Gilbert Azibert, avocat général à la Cour de cassation et Patrick Sassoust, avocat dans la même juridiction. Les trois avocats sont interrogés, selon Le Monde, dans le cadre d’une enquête pour « trafic d’influence » et « violation du secret de l’instruction ». Toujours selon le quotidien, qui évoque plusieurs sources, Nicolas Sarkozy pourrait lui-même être convoqué dans les jours qui viennent dans les bureaux de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). C’est cet organe de la police judiciaire qui est chargé d’effectuer les différentes auditions.

Les soupçons de trafic d’influence sont apparus lorsque les révélations ont été faites sur des échanges téléphoniques secrets entre Nicolas Sarkozy et son avocat Me Thierry Herzog. Les deux hommes y évoquent en effet la mise sur écoute de téléphones de proches de l’ancien président, dans le cadre d’une enquête pour « corruption » visant Nicolas Sarkozy, qui pourrait avoir bénéficié d’un financement en provenance de Libye par Mouammar Kadhafi lors de la campagne présidentielle de 2007.

Ces différentes écoutes et révélations ont montré que l’ancien chef de l’Etat était particulièrement bien informé sur les différentes enquêtes dont il fait l’objet. Des sources au sein même de la justice et de la police le tiendraient informé, de manière illégale, sur l’évolution des procédures. Gilbert Azibert et Thierry Herzog avaient déjà fait l’objet de perquisitions au début du mois de mars. Des téléphones et du matériel informatique avaient alors été saisis dans leurs locaux professionnels.

Source: RFI

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.