France: plus de la moitié des jeunes prêts à se révolter

France: plus de la moitié des jeunes prêts à se révolter

Ils sont 62% à être capable de descendre dans la rue pour une révolte. C’est ce qui ressort d’une étude menée par Sciences Po.

Le désintérêt de plus en plus fort de la politique pour les jeunes est en train de prendre un tournant. Formant une forme de frustration chez ces derniers, beaucoup se retrouvent confrontés à un avenir bouché. Une enquête dévoilée par Sciences-Po révèle que les 18-35 ans en France et en Europe sont emportés par un climat de malaise. Invitée sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin, Anne Muxel, directrice de recherche au centre de recherches politiques de Sciences Po explique cette situation.

Les jeunes sont prêts à faire la révolution

« Les jeunes sont confrontés au chômage, ont du mal à trouver du travail. Quand ils en trouvent, ils l’exercent dans des conditions difficiles. Ils ont intériorisé qu’ils sont les enfants de la crise. Qu’ils sont une génération sacrifiée », explique la spécialiste. Ajoutant même que « les jeunes ne se sentent pas reconnus par rapport à leurs compétences et leur utilité sociale ».

Et en effet, les jeunes français sont pessimistes et se perçoivent comme une génération de sacrifiée. L’étude de Sciences Po intitulée Génération What, qui cumule les avis de 20 000 Français, détaille que 62 % des Français de 18 à 35 ans se disent prêts à « participer à un grand mouvement de révolte dans les prochains mois ». Ce qui ressort de l’enquête, c’est qu’en France les 18-35 ne font plus confiance aux politiques, aux institutions et aux médias. « C’est huit jeunes sur dix qui n’ont pas confiance dans les politiques et 99% d’entre eux pensent qu’ils sont corrompus », confirme Anne Muxel au micro de Jean-Jacques Bourdin.

Six Français sur 10 prêts à descendre dans la rue

Selon la spécialiste, cette situation « nourrit un sentiment de frustration et beaucoup de ressentiment. Ils rejoignent ce que l’on mesure sur l’ensemble de la population française. On sent bien qu’il y a un potentiel contestataire important. Six Français sur dix se disent prêts à descendre dans la rue pour un mouvement contestataire ».

Chose surprenante tout de même, c’est qu’en trois ans, l’écologie est devenue une priorité dans cette classe d’âge.

Source: mcetv.fr

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE