François Fillon appelle l’Europe à se «révolter» contre la suprématie du dollar

François Fillon appelle l’Europe à se «révolter» contre la suprématie du dollar

François Fillon appelle l’Europe à «se révolter» contre la suprématie du dollar, dans un entretien à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles…

L’ancien Premier ministre François Fillon a critiqué mercredi le traité transatlantique, pas ratifiable en l’état selon lui, et appelé l’Europe à «se révolter» contre la suprématie du dollar, dans un entretien à l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.

«Il y a aujourd’hui dans ce traité deux ou trois sujets qui, pour moi, rendent impossible sa ratification par la France. Principalement le recours aux tribunaux d’arbitrage», a-t-il dit. «C’est un moyen pour les Américains d’éviter d’être confrontés à nos systèmes judiciaires nationaux», a-t-il avancé.

«Les Américains exportent et imposent leur législation»

«Compte tenu du poids de la puissance économique américaine, je doute que ces tribunaux d’arbitrage soient indépendants des États-Unis», a-t-il ajouté. «C’est pourquoi il est hors de question pour la France de ratifier ce traité en l’état», a-t-il conclu.

«Aujourd’hui, la quasi-totalité des transactions dans le monde se fait en dollar. À travers cette suprématie de leur monnaie, les Américains exportent et imposent leur législation. L’Europe devrait se révolter», a-t-il lancé.

Ainsi, pour lui l’amende infligée à BNP Paribas «est, sur le plan du droit international, incompréhensible. Il s’agissait de transactions qui n’avaient rien à voir avec les États-Unis, qui n’engageaient pas leurs intérêts directs».

«Une forme d’emprise des Etats-Unis»

«Rien n’interdisait à BNP Paribas de libeller les contrats qu’elle faisait en euros. Elle avait tout à fait la possibilité de le faire. Mais si une grande banque internationale essaie de s’émanciper du dollar, elle est immédiatement “black listée” aux États-Unis et fait l’objet de tout une série de procédures pour la mettre à genoux», a-t-il protesté.

Il préconise «d’imposer la monnaie européenne comme une monnaie de règlement et une monnaie de réserve». «L’Europe a d’autant plus intérêt à le faire et à le faire vite que la Chine est en train de revendiquer pour le yuan le statut de monnaie de réserve», a-t-il argumenté.

Il dénonce au total «une forme d’emprise des Etats-Unis sur l’Europe qui n’est plus acceptable et qui ne correspond plus ni à l’état des forces ni à la réalité du monde».

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE