Fraternité matin, la masse salariale explose, les fins de mois devenues difficiles, les employés appellent Ouattara au secours

Fraternité matin, la masse salariale explose, les fins de mois devenues difficiles, les employés appellent Ouattara au secours

La situation des employés du Groupe Fraternité matin n’est pas du tout reluisante. Ils n’ont pas à ce jour obtenu leur salaire de fin de mois de juin qui seront versés certainement à partir du 15 juillet.

Dans une lettre ouverte au chef de l’Etat ivoirien, ils interpellent Alassane Ouattara sur cette situation vue que certains des agents trainent 2 voire 3 mois d’arriérés de salaire.

«Nous demandons au Président de la république de se pencher sur la situation qui prévaut en ce moment au sein du Groupe Fraternité matin. Aujourd’hui, l’entreprise est en faillite. Les salaires sont payés difficilement. Certains employés ont 2 voire 3 mois d’arriérés de salaires. Toute le monde avait cru que la gestion calamiteuse du Directeur général, Venance Konan allait prendre fin avec l’arrivée du Directeur général adjoint, Saganogo Lamine, » lit-on dans cette lettre ouverte dont nous avons eu copie.

Les employés affirment que le duo Konan et Saganogo a recruté plusieurs proches, frères, cousins et amis chèrement payés pour augmenter l’effectif des agents du Groupe.

Cette situation n’est pas sans conséquence puisqu’ils soutiennent dans leur lettre ouverte que la masse salariale de l’entreprise a considérablement augmenté.

«La masse salariale qui oscillait entre 80 et 90 millions de FCFA est passée aujourd’hui à environ 150 millions de FCFA, » précisent les employés dans leur lettre.

Avec l’arrivée du nouveau Président du conseil d’administration, ils espéraient mieux, malheureusement, ils ne savent plus à quel Saint se vouer car la situation de l’entreprise va de mal en pis.

« L’arrivée du PCA, Séga Sangaré n’a rien changé à la galère des employés. Il a fait beaucoup de bruit pour rien. Les employés sont dans la désolation, » ont critiqué les employés.

Même leurs derniers recours, notamment les syndicats sensés les sortir de cette situation seraient devenus muets.

«Les syndicats ne parlent plus, tous sont désormais inféodés au DG et au DGA. Même le syndicat des journalistes observe également un mutisme, » soutiennent les employés.

Il restent convaincus que si le Président de la république ne réagit pas vite, leur entreprise vieille de 50 ans qui faisait la fierté de la Côte d’Ivoire risquerait de disparaitre par la faute du duo Venance Konan et Saganogo Lamine.

Dans leur cri de cœur les employés informent, Alassane Ouattara de ce qu’un plan social serait en vu au sein du Groupe Fraternité matin et que le départ de plusieurs agents serait annoncé.

Wassimagnon, Abidjan

Source: Koaci.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE