Fuite de gaz dans une centrale nucléaire en Corée du Sud: Bilan, trois morts

Fuite de gaz dans une centrale nucléaire en Corée du Sud: Bilan, trois morts

Trois personnes sont mortes vendredi à la suite d’une fuite de gaz émanant d’un réacteur nucléaire en construction en Corée du Sud, l’opérateur excluant néanmoins tout lien avec une cyberattaque qui a visé la centrale la semaine dernière.

Un porte-parole de KHNP (Korea Hydro and Nuclear Power a affirmé qu’«il n’y a eu aucune contamination radioactive, même si nous devons encore déterminer la cause de la fuite».

Les employés ont semble-t-il inhalé du gaz d’azote alors qu’ils procédaient à des vérifications de sécurité dans une pièce souterraine remplie de câbles à la centrale de Gori, près de la ville portuaire de Busan, dans le sud-est de la péninsule, a indiqué le porte-parole.Aucune fuite radioactive n’a été signalée, a-t-il poursuivi.

Selon lui, les employés «ont été trouvés inconscients et déclaré morts après leur transfert à l’hôpital pour recevoir un traitement».Les autres réacteurs nucléaires de Gori fonctionnent normalement, a-t-il précisé, ajoutant que la fuite «n’avait rien à voir avec la récente attaque pirate».

Des plans et manuels des réacteurs de Gori et de la centrale voisine de Wolsong ont été publiés sur Twitter la semaine dernière, ainsi que les informations personnelles de quelque 10.000 employés de KHNP.Selon l’opérateur nucléaire, les informations qui ont fuité n’étaient pas classées et le piratage n’est pas en mesure de provoquer de dysfonctionnement sur aucun des 23 réacteurs du pays.

La fuite de gaz s’est produite dans le nouveau réacteur n°3 de Gori, le plus grand complexe nucléaire de Corée du Sud. Le réacteur était achevé à 99% et devait débuter ses opérations en juin prochain.Les autorités ont renforcé la sécurité après le piratage, l’unité de guerre cybernétique du ministère de la Défense augmentant son niveau de vigilance à l’égard des attaques en provenance de la Corée du Nord et d’autres pirates.

Le responsable du piratage s’est désigné lui-même comme le président d’un groupe de militants anti-nucléaires et a menacé de révéler plus d’informations à moins que le gouvernement ne ferme trois réacteurs à compter du 25 décembre.Les enquêteurs ont fait savoir mercredi que le suspect avait utilisé plusieurs adresses IP basées en Chine, même si cela n’est pas toujours un indicateur fiable pour localiser géographiquement un internaute.

Officiellement, on n’a pas écarté une possible implication de la Corée du Nord, à laquelle Séoul attribue la responsabilité pour de nombreuses cyberattaques visant ses institutions militaires, ses banques, ses agences gouvernementales, ses chaînes de télévision et ses sites d’information. Rien n’indique pour l’instant que la Corée du Nord soit derrière cet incident.

Source : AFP

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.