Fusillades au camp Commando d’Abobo: Le porte-parole des gendarmes révoltés parle «La prime d’Ecomog a été signée en Côte d’Ivoire en quelle année ?»

Fusillades au camp Commando d’Abobo: Le porte-parole des gendarmes révoltés parle «La prime d’Ecomog a été signée en Côte d’Ivoire en quelle année ?»

Le porte-parole des gendarmes révoltés parle. Les populations d’Abobo se sont réveillées ce jour, 17 janvier 2017, avec des tirs d’armes automatiques entendus dans les environs du camp Commando de ladite commune. Pendant que nous nous activions à en connaître les raisons, quelqu’un nous joint au téléphone. Au bout du fil, il se présente comme étant un Maréchal des logis (Mdl), porte-parole des gendarmes mécontents, qui ont fait ces tirs. C’est donc tout naturellement que nous avons écouté religieusement les explications du porte-parole, avec bien entendu, quelques questions de relance, pour mieux comprendre ivoirevu vous livre en intégralité, l’interview téléphonique avec le Mdl en question, afin d’attirer l’attention des autorités compétentes sur cet autre mouvement d’humeurs.

Mdl : Allô, bonjour monsieur, vous êtes Journaliste ?

Nous : Oui, à qui ai-je honneur ce matin ?

Mdl : Je vous appelle du camp commando d’Abobo. Depuis le matin, entre 1h et 2h, nous avons pris le camp Commando d’Abobo en otage en actionnant de tirs, pour manifester notre mécontentement contre l’État de Côte d’Ivoire. Il paie 12 millions Fcfa à des rebelles qui ont attaqué la Côte d’Ivoire, alors que nous qui sommes passés par les concours pour accéder à la Fonction publique, nous «sortons zéro». Et on nous dit que c’est une prime d’Ecomog. Prime d’Ecomog a été signée en Côte d’Ivoire en quelle année ? En tant que Journaliste, est-ce que vous avez entendu parler de prime d’Ecomog, si ce n’est pas avant-hier qu’ils sont passés à la télévision pour dire qu’il y a une prime d’Ecomog ? Sont-ils sûrs que c’est eux qui ont chassé Gbagbo du pouvoir ? Il faut qu’ils nous disent si c’est eux qui ont chassé Gbagbo du pouvoir. C’est nos autorités militaires qui ont vendu la Côte d‘Ivoire et aujourd’hui, ils se permettent de réclamer 5 millions.

Nous, dans notre mécontentement au camp Commando ici, il n’y a de gendarmes qui nous ont suivis encore, mais nous, gendarmes du camp Commando d’Abobo, nous revendiquons les 5 millions Fcfa aussi. Nous attendons donc que les autorités viennent nous écouter aussi, qu’ils viennent discuter avec nous. Sinon, jusqu’au soir ou au lendemain, nous allons aussi paralyser Abobo. Parce que s’il faut qu’il y ait des armes pour paralyser une ville, un pays, nous allons le faire. C’est tout le camp Commando qui est paralysé avec des coups de feu par-ci et par-là, bien nourrit et bien garnis. Nous réclamons aussi les 5 millions qu’on va donner aux soldats, parce que ce sont des hommes qu’ils ont affronté pour être là aujourd’hui. Nous avons fait la guerre aussi. Si l’État doit les payer, il doit dédommager toute la Côte d’Ivoire.

Nous : Est-ce tous les gendarmes du camp qui…

Mdl : C’est tous les gendarmes du camp Commando d’Abobo qui revendiquent. Mais actuellement ce n’est seulement pas l’Escadron d’Abobo. C’est toutes les Gendarmeries de Côte d’Ivoire qui sont en train de tomber en transe. Il y a l’Escadron de Daloa qui vient de se déclarer. Il y a ceux de Zambakro à Yamoussoukro et Dimbokro etc. Ils sont actuellement en mouvement.

Nous : Qu’est-ce que vous revendiquez au juste ?

Mdl : Il ne peut pas avoir 5 millions dans une armée régulière et puis nous, nous n’avons pas. Ce sont eux qui vont nous diriger dans l’armée ou c’est nous qui les dirigeons dans l’armée, alors qu’ils sont venus après nous ?

Nous : Vous avez dit Mdl…

Mdl : Mdl Paulas !

Nous : C’est bien vous, le porte-parole ?

Mdl : C’est moi qui suis le porte-parole présentement. Que les autorités cherchent à négocier avec nous. Parce que s’ils ne répondent pas, nous aussi on va rentrer en grève. On va paralyser les services. Parce que ceux qui ont reçu les 5 millions peuvent aller faire ces services-là aussi. Actuellement, il y a des affrontements à Azaguié. C’est le camp Commando qui est allé intervenir là-bas. Pendant que les gens sont entrain de recevoir 5 millions, on leur donne 1.000f Cfa pour manger. Si vous voulez, allez-y vous renseigner à Azaguié auprès des gendarmes. Demandez-leur combien on leur donne pour manger. Ils vont vous dire que c’est 1.000f Cfa par jour. En Côte d’Ivoire aujourd’hui, 1.000f peut faire à manger à quelqu’un à l’étranger, pendant qu’ils sont en train de donner 5 millions à des individus mal intentionnés, qui viennent de l’armée de Chaka Zulu prendre le pays en assaut.

Notre mécontentement-là, il faudrait que vous le fassiez entendre (…). Que toute la Côte d’Ivoire entende et sache qu’il y a des gendarmes qui revendiquent. Et s’ils ne peuvent pas augmenter nos salaires, qu’il ramène nos concours au niveau Bac. Parce qu’on sait aujourd’hui en Côte d’Ivoire qu’on ne peut pas augmenter le salaire de quelqu’un, s’il travaille avec un niveau Bepc ou Bac. S’ils pensent qu’ils ne peuvent pas aller au-delà, qu’ils ramènent le concours au niveau Bac, pour nous payer le niveau Bac. Je vous dis franchement, un gendarme, un policier, un militaire fait 30 ans de service, il ne peut pas avoir 17 millions Cfa dans son compte avant d’aller à la retraite. S’il a ça, c’est qu’il vole ! Des individus qui ne sont même pas allés à l’école et qui sont illettrés dans notre armée, ce sont eux qui ont 12 à 17 millions. Comment ils vont respecter nos supérieurs ? Comment ils vont nous respecter, nous qui sommes dans l’armée avant eux ? Et on nous fait savoir sur Radio France internationale (Rfi) qu’ils ont commencé à les payer. Leurs virements sont passés sur leurs comptes. Ce n’est pas l’armée qu’ils veulent diviser comme ça ? Parce qu’en faisant cela, tu divises l’armée.

Ils sont dans l’armée, mais ils n’ont jamais cotisé au Fonds de prévoyance militaire (Fpm). C’est notre argent qu’ils ont pris pour les soigner des maladies de vieillesse qu’ils ont pris dans leur rébellion là-bas pour venir. On les a soignés avec notre argent du Fonds. On ne les a jamais prélevés pour mettre dans les caisses du Fpm. En croyant que ce sont des militaires. Et aujourd’hui, ce sont eux qui revendiquent. On va en discussion, ils disent qu’ils veulent leurs primes. Ils ne sont pas dans affaire d’augmentation de salaire. C’est des militaires à suivre, ça ? Est-ce un comportement à suivre ? Et le Président Alassane Ouattara va les payer ? Il a divisé la Côte d’Ivoire, il a divisé l’armée.

Nous : Mais une question, si vous permettez…

Mdl : Oui, je vous écoute…

Nous : Avant d’entrer en action, votre hiérarchie a-elle été informée ?

Mdl : Notre hiérarchie n’est pas informée. Le mécontentement qu’ils ont soulevé à Bouaké, sans informer leur hiérarchie militaire-là, c’est le même mécontentement que nous aussi on soulève.

Nous : C’est bien pris…

Mdl : Nous sommes dans une armée régulière. S’il doit avoir quelque chose, que ce soit unanime pour tout le monde. Ils ne sont pas plus intelligents que quelqu’un d’autre ici. Les armes-là, on pouvait les prendre, mais c’est parce qu’on travaillait déjà qu’on ne les a pas pris. Donc si on doit leur donner 12 millions, on les radie de l’armée. Parce que d’après eux, ils sont venus en tant que Ecomog. Ils ont eu des millions, qu’ils disparaissent de notre armée, pour laisser les gens travailler. Parce que l’Etat de Côte d’Ivoire ne peut pas les payer pendant 20 ans, 30 ans, alors qu’ils ont déjà eu des dédommagements. Ils ont été payés parce qu’ils sont venus faire la guerre, parce qu’ils sont venus tuer nos parents. On connait le père de la rébellion aujourd’hui. Si tu peux payer des gens qui ont fait la rébellion, c’est que tu peux payer aussi les gendarmes qui sont dans l’Etat de Côte d‘Ivoire. Il faut qu’on nous prenne au sérieux. Nous n’avons pas droit de revendiquer. Parce que nous sommes pour la patrie et pour la loi. Mais il y en a trop, il faut qu’on en parle. On en est trop. (…).

En 1990, si vous vous souvenez, tous les corps se sont soulevés contre Houphouët-Boigny, sauf la Gendarmerie. Renseignez-vous dans vos archives. Douanes, Eaux et Forêts, Police… tous s’étaient soulevés contre Houphouët-Boigny, sauf la Gendarmerie. (…). Quand on nait, il y a trois (3) morts et j’insiste à ce que vous passiez ce proverbe-là. « Quand on nait, il y a trois sorte de morts. Tu meurs comme un martyr ou tu dors et tu meurs ou bien tu fais un accident, tu meurs ». Nous qui avons commencé, on a accepté cela. Voilà le message que je voulais faire passer.

Nous : Merci beaucoup…

Mdl : Parce que le Commandant supérieur reçoit ce matin les éléments et les Commandants d’unité. Il y aura une discussion. Il va en parler, mais les 5 millions…

Nous : Il les reçoit par rapport à votre action-là ?

Mdl : Pas pour notre action. Nous ne savons pas. Puisque l’autorité compétente de l’Escadron-même est actuellement au Commandement supérieur. Peut-être qu’il sera saisi de ce fait. Pour le moment, c’est une prise de service, c’est-à-dire que le Commandant supérieur reçoit aujourd’hui les gendarmes dans un autre mouvement pour sa prise de service, ou je ne sais quoi. Je ne suis pas trop informé. Mais mon problème, nous disons non à cela et qu’Alassane Ouattara arrête de diviser l’armée.

K. D

Source: ivoirevu.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE