Gabon : Il trouve un sac d’argent, l’apporte à la police et est bastonné pour idiotie

Gabon : Il trouve un sac d’argent, l’apporte à la police et est bastonné pour idiotie

Jean Paul Moudoungui, habitant d’un petit village dans les environs de Franceville au sud du Gabon, n’est pas prêt d’oublier ce moment qu’il a passé en garde à vue pour avoir été honnête, et réfléchira  deux fois la prochaine fois avant d’agir en ce sens.

Jean Paul M. n’en revient pas toujours ne comprend. Il ne saisit toujours pas pourquoi il a passé quelques heures en cellule où il a été copieusement tabassé  par les gendarmes sous les ordres du commissaire.

En ce matin de Lundi, Jean Paul comme d’habitude avec deux autres collègues étaient en plein creusage des tranchées quand il a découvert sur une sacoche contenant plus de 10 millions de francs Cfa. Touché par sa foi  chrétienne, contre la volonté de ses collègues, il décide de se rendre au poste de gendarmerie remettre la sacoche.

Cueillit avec étonnement par les gendarmes, il est placé en garde à vue sous l’ordre du chef de poste qui le récrimine son honnêteté «  Jean Paul, que cherches tu dans la vie ? Pourquoi sors tu chaque matin de chez toi ?…Ne sais-tu pas que ramasser n’est pas voler ? ». « C’est le même Dieu que tu crains qui a mis cet argent sur ta voie, et toi tu le désobéis » a renchérit un autre gendarme.

Tabassé comme un délinquant Jean Paul s’interrogeait  sur le pourquoi cette punition avant que le chef de poste ne lui réponde : «  C’est pour que la prochaine fois tu ne refasses plus la même chose. Si tu ne le sais pas, tu nous as rendu riche, puisque mes agents et moi allons-nous partager cet argent. »

Source: Africeleb.com

About admin

One comment

  1. C’est celà la vraie foi chrétienne. Qu’ils prennent l’argent et le partagent entre eux. Dieu s’occupera des besoins de l’infortuné Jean Paul, parce qu’il aime les hommes intègres de son espèce. Il le bénira à coup sûr.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE