Gaoussou Touré, Adama Toungara, Affoussiata Bamba Lamine, Nasseneba Touré, Coty Diakité Souleymane…: Ces cadres qui font la honte d’Odienné (lepointsur.com – pro-Ouattara)

Gaoussou Touré, Adama Toungara, Affoussiata Bamba Lamine, Nasseneba Touré, Coty Diakité Souleymane…: Ces cadres qui font la honte d’Odienné (lepointsur.com – pro-Ouattara)

Lorsque mercredi 18 mars 2015, sur convocation des ministres Touré Gaoussou, Adama Toungara, Mme la ministre Affoussiata Bamba Lamine, nous nous sommes rendus au siège du District autonome d’Abidjan, nous nous attendions à des discours et des actions novatrices, innovatrices, qui puissent propulser le développement et le progrès du Denguelé.

Monsieur le ministre Gaoussou Touré nous annonce la visite du Président Alassane Ouattara dans le Denguelé pour annoncer le lancement du Programme Présidentiel d’Urgence, PPU, au niveau de sa partie électrification rurale. Dans la foulée, il annonce le plan de bitumage de la ville d’Odienné.

Constat, ils ont fait le partage du gâteau, comme toujours, entre eux. Ainsi de leurs résidences personnelles à un point plus ou moins important de la ville d’Odienné ils ont planifié l’axe que le bitume devait emprunter. C’est à croire que leurs logements privés, leurs résidences personnelles, sont la priorité et l’essence du bitumage de la ville d’Odiénné. Ils se sont servis de l’argent du contribuable pour se servir.

En conclusion, après s’être attribué les postes sans consulter les populations du District du Denguelé, ils nous font venir pour applaudir, non le Président de la République, mais pour se faire applaudir et se louer.

Comme quoi, le peuple du District du Denguélé, un acquis certain pour le bastion électectoral d’Alassane Ouattara, est chosifié, infantilisé, choisissant des personnes qui font beaucoup de bruits, mais qui en réalité ne font que leur propre promotion.

Que font ces cadres qui prétendent être légitimés à parler au nom des jeunes, des diplômés chômeurs et de cette population qu’ils utilisent pour faire leur promotion personnelle ?

Sauf à nous de démontrer le contraire. Quand des personnalités comme Gaoussou Touré, Adama Toungara, Affoussiata Bamba Lamine, Kaba Nialé, Aboudramane Cissé réunissent le peuple du Denguelé pour dire «  Ce que le Président de la République va faire pour le Denguelé, il ne l’a fait pour aucune autre région, aucun autre district de la Côte d’Ivoire ». C’est de la démagogie et du mensonge. Qu’on arrête de servir le mensonge, l’arrogance, la duperie et la médiocrité au peuple.

Il suffit de voir les villes comme Korhogo, Man, Yamoussoukro, Daoukro et vous vous rendrez compte qu’on ne servira que des «  miettes » au District du Denguelé qui est le plus grand champ électoral d’Alassane Ouattara, qui a donné son sang, sa vie, sa sueur, qui a renoncé à tout, pour se battre, depuis 1993, pour qu’Alassane Ouattara soit et devienne Président de la République de Côte d’Ivoire.

Dieu seul sait combien de nos amis et frères sont morts au combat pour que nous soyons des femmes et des hommes libres et dignes, aussi bien dans le Denguelé, au Nord-Ouest, et en Côte d’Ivoire.

Ne mentez plus au peuple. Il en a assez de vos mensonges. Il y a plus de 10 mois, les odienékas se réunissaient, encore sous et avec Gaoussou Touré, Affoussiata Bamba Lamine et Adama Toungara à la Caistab, à Abidjan-Plateau, pour demander aux plus jeunes, à celles et ceux qui ont des idées, de déposer leurs business plans et que lesdits ministres et autres leaders se chargeraient de booster. Nous ne savons pas si ce projet a pris forme un seul jour. Ces cadres abreuvent le peuple de mensonges et lui demande d’applaudir.

Dans le district du Denguelé, il manque un véritable leadership à cause des méchancetés, des égoïsmes de ceux-là qui s’en croient les leaders naturels.

Ne passons pas par quatre chemins, il s’agit de ces autoproclamés qui n’ont de compétence et d’aura que des discours démagogiques à la suite desquels nos pauvres populations n’ont d’autre choix que d’applaudir. Des discours et jamais des actes concrets.

Grâce au président Mamadou Coulibaly, Premier Président du Conseil économique et social, le père de la nation, le Président Félix Houphouët-Boigny a bitumé l’axe Abidjan-Daloa-Duékoué-Man-Touba et enfin Odienné. Il faut préciser qu’Odienné est la plus grande ville, la capitale, nous dirons «  le plus gros village », et c’est plus un gros faubourg qu’une ville, du District d’Odienné. Depuis cette époque qui date d’il y’a 43 ans Odienné n’a plus marqué un seul pas sur la marche du progrès. 4 3 ans après, on vient réunir le peuple pour lui demander d’applaudir le bitumage des rues des résidences et propriétés privées de ces ministres, élus et hauts cadres de la ville d’Odiénné.

Mais alors que fait-on des rues de la population la plus paysanne, la plus laborieuse, des couches populaires d’Odienné et des villages, cantons, mairies, sous préfectures, préfectures et régions du district d’Odienné ? Rien, absolument rien. On se fout des vraies populations d’Odienné, de ceux qui n’ont pas de filles et fils au tour du Président de la République, SEM Alassane Ouattara.

Nos doléances au Président de la République,

Monsieur le Président, Odiénné, le District du Denguelé, les régions du Kabadoudou et du Folon qui forment ce district, manquent de tout. Il faut élaborer une vraie politique qui encourage les investissements, les transformations industrielles de nos productions locales. Cette région, hautement agro-pastorale ne possède aucune activité qui puisse inciter les filles et fils, hautement diplômés et qualifiés, à venir s’installer  dans cette contrée de la Côte d’Ivoire, afin de booster son développement.

A Kaniasso, Bako, Tiémé, Minignan, Seguelon, Madinani, Goulia, Sokoro, Koro-Oulé, Kimbirila-Sud,etc… dans de nombreux « villages », de nombreuses communes du District du Denguelé, il n’y’a rien. Si l’Etat y est, c’est le service minimum qui y règne parce qu’en dehors d’aller dans les champs et les plantations avec la machette et la daba, il n’y a aucun acte de développement, aucun progrès.

Aucune école de formation, aucun centre de formation, aucune grande école de business, de commerce, d’administration des entreprises de renom et de prestige, aucun centre agro-pastoral, aucune politique qui incite les jeunes à s’occuper, à  travailler, à donner du travail, à créer des entreprises, petites et moyennes, à créer de la valeur ajoutée pour fixer nos populations du District du Denguelé à rester chez elles et à mettre leurs régions en valeur par leurs génies.

DOCUMENTS ODIENNE1 Gaoussou Touré, Adama Toungara, Affoussiata Bamba Lamine, Nasseneba Touré, Coty Diakité Souleymane…: Ces cadres qui font la honte d’Odienné (lepointsur.com   pro Ouattara)

Quand un projet est annoncé à coups de lumières médiatiques et de projecteurs, il meurt immédiatement quand les lampions s’éteignent.

Rien n’est fait pour solliciter les intelligences, peut-être sans argent, pour les aider à booster le développement. Il n’est pas évident que vos collaborateurs immédiats, vos parents qui prétendent avoir l’exclusivité de la parenté avec vous et qui sont au cœur du pouvoir avec vous ; il n’est pas évident que ceux-là soient en phase avec les populations d’Odiénné. Et nous avons des doutes s’ils vous font comprendre qu’à Odiénné, dans le district du Denguelé, nos parents, par manque d’argent, de par leur extrême pauvreté, n’arrivent pas souvent à s’acheter un poisson ou un quart de kilo de viande dans leurs sauces de chaque jour. Cela s’appelle la pauvreté, monsieur le Président. C’est l’extrême pauvreté.

Et dans le District du denguelé, voilà ce qui s’entend au sein de nos familles et nous tenons à ce que vous le sachiez : «  Certains, ceux qui n’étaient pas là aux heures chaudes, certains de ceux là ayant indulté, offensé et combattu Alassane Ouattara, sont ceux-là qui tirent le meilleur profit et les gros avantages du pouvoir Ouattara. Beaucoup d’entre eux ne s’intéressent au district du Denguelé, au Folon et au Kabadougou que lorsqu’il s’agit de distribuer les postes politiques et au sein de la haute administration d’Etat. Et nos sœurs, nos filles, fils et frères, qui dans dans l’ombre, se battent avec peu de moyens, sont éteints par ces charognards et rapaces qui prétendent faire la politique ».

Quand on sait que cette région regorge de tant de capacités qui ne demandent qu’à être mises en valeur, par une stratégie de politique cohérente et performante, avec un processus en réévaluation permanente, au niveau du gouvernement central que des autorités décentralisées, on ne peut qu’être rempli de rage et se demander si dans le District du Denguelé, il y a véritablement des têtes pensantes et des leaders dignes de ce nom.

Nous pensons que non.

Au niveau du District, comme au plan national, un nivellement, un rajeunissement, de la classe politique, de la classe sociale s’impose pour insuffler du sang neuf dans la gestion des affaires de la cité. Si non, on prend toujours les mêmes médiocres qui n’ont plus rien à prouver et qui s’accaparent tous les postes de commandement et tous les privilèges.

Ça ne peut continuer Monsieur le Président de la République.

Peut-être que c’est le cas dans chaque région, dans chaque district de la Côte d’Ivoire. Mais, peu osent le dire haut et fort.

Chez Charles Boza Donwahi, à Soubré, chez Amadou Gon Coulibaly, chez Philipe Grégoire Yacé et madame Henriette Dagri Diabaté à Jacqueville, chez Ablé Frédéric à Grand-Bassam, chez Mathieu Ekra à Bonoua, chez Marcel Zady Kessi à Yacolidabouo, nous avons vu des leaders porter des projets et montrer la voie du progrès à leurs populations. Dommage qu’à Odiénné, il n’y ait pas de liberté, de démocratie et que la manipulation soit érigée en système de gouvernement.

Dans le District du Denguelé, surtout à Kaniasso et le canton Thron, les populations pleurent et regrettent encore un des fils les plus dignes de la République et de cette contrée de la Côte d’Ivoire. Il s’agit de SEM l’ambassadeur Fanny Cnzé Inza, malheureusement décédé le 04 Juin 2004. Décédé le Vendredi 04/06/2004, à 13H30, la famille de l’ambassadeur Fanny Cnzé Inza a reçu, le même jour, à 17h00, l’appel téléphonique de…SEM Alassane Ouattara, président du Rassemblement des Républicains, Ex D.G.A. du F.M.I, ex-Premier-ministre, complètement bouleversé. Alassane Ouattara a dit ceci, de son frère ainé, feu l’ambassadeur Fanny Cnzé Inza : « Je suis bouleversé par le décès de mon aîné . C’était un Frère, un Grand Homme. Et je m’engage à rester auprès de la famille ». Et à ce jour, le Président Alassane Ouattara, fidèle à son engagement, à la mémoire de l’Ambassadeur Fanny Cnzé Inza, est toujours resté très proche de la famille Fanny, de Kaniasso et des 14 villages du canton Thron, dans le District du Denguelé. Sans être ministre, n’étant que diplomate, il a tant donné à Kaniasso, aux 14 villages du canton Thron et au-delà par des pistes rurales, écoles, adduction d’eau potable, électrification villageoise, ponts, création d’association, sorte de lobbies pour aider et assister les populations.

Venez dans le District du Denguelé, visitez les familles, les routes qui mènent aux différentes préfectures et sous-préfectures et communes. Depuis 1972 le bitume s’est arrêté à Odienné et tout s’est dégradé. On ment autour de vous pour le compte du Denguelé. Nos prétendus leaders et élites ont fait de nous des applaudimètres. C’est si triste, si dommage.

Je vous remercie.

Par D.AK.S. (DIARRASSOUBA Abdoul Khader Stéphane)

Directeur Général

Source: lepointsur.com

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE