Gaza, cent morts en quatre jours : où commence le crime ? Que fait l’ONU ?

Gaza, cent morts en quatre jours : où commence le crime ? Que fait l’ONU ?

Cent morts en quatre jours, cinq cents blessées, et nombre de biens détruits… Pour l’immense majorité, les victimes sont des civils. Donc, des êtres humains, égaux parmi les autres, des Palestiniens. La population civile de Gaza ne peut ni fuir, ni se défendre, ni se protéger.

 Gaza, cent morts en quatre jours : où commence le crime ? Que fait l’ONU ?

Israël s’est retiré du territoire palestinien de Gaza, mais la bande de Gaza – 10 km par 40, pour une population de 1,6 million – reste un territoire occupé selon le droit international, ce que le Conseil de sécurité n’a jamais contesté.

Toujours selon le droit international, Israël, puissance occupante, doit la protection à la population palestinienne. Or, loin de cela, et protégé par les lascars de Washington, Israël impose un blocus à Gaza, brisant la vie des Palestiniens, et ruinant l’économie. Toujours ce mépris absolu du droit, et cette toxicomanie à la punition collective.

A ce jour, les communications avec Gaza sont difficiles, nous ne savons que peu de choses de ce qu’est l’effroi causé par cette guerre. Cette armée israélienne est sans honneur : elle contrôle l’espace aérien comme chez elle, les Palestiniens ne disposant d’aucun moyen de défense antiaérien, et comme la surveillance est permanent et que les tirs de font face à la cible c’est un carnage. Oui, une armée sans honneur.

Cent morts en quatre jours, cinq cents blessées, et nombre de biens détruits… et que dit l’ONU ? Que fait la diplomatie ? Rien. Les encravatés regardent et regrettent, au mieux appellent à la « modération ». À hurler ? Oui, sauf qu’ils ont déjà perdu la partie. Le monde s’écrit sans eux : ils ne comprennent rien, rien,…  et s’ils occupent la com’, et la kyrielle des experts frelatés nous gavent.

La base est simple : dire et reconnaître que toute vie se vaut.

Pourquoi faut-il cent morts Palestiniens pour dire qu’un seuil a été passé ?

Le droit ne peut se comprendre qu’avec l’égalité de tous les êtres humains. Toute vie, en droit, est égale. Le massacre des Palestiniens est un crime contre l’humanité.

Source: lesactualitesdudroit.20minutes

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.