Génocide du Rwanda : Une plainte déposée contre la BNP Paribas pour complicité de génocide

Génocide du Rwanda : Une plainte déposée contre la BNP Paribas pour complicité de génocide

Trois associations viennent de déposer plainte contre la BNP Paribas pour «complicité de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre», selon RFI. Elles accusent la banque d’avoir financé l’achat illégal d’armes pour le Rwanda.

Selon Radio France, les associations Sherpa, le Collectif des parties civiles pour le Rwanda et Ibuka ont déposé une plainte contre la BNP Paribas, qu’elles accusent d’avoir financé un achat illégal d’armes à destination du Rwanda en plein génocide des Tutsis et des Hutus modérés, en 1994.

L’homme ayant orchestré cette vente pour le Rwanda, le colonel Théoneste Bagosora, condamné par le Tribunal pénal international (TPIR) en 2011 à 35 ans d’emprisonnement, aurait eu recours à un intermédiaire sud-africain, Petrus Willem Ehlers, ex-secrétaire de Pieter Willem Botha, président d’Afrique du sud de 1978 à 1984. C’est cet intermédiaire à qui la BNP Paribas aurait remis, sur un compte bancaire suisse, plus d’un million de dollars, à la demande expresse de l’Etat rwandais.

La BNP aurait «validé l’ordre de paiement de la BNR [Banque nationale du Rwanda] à monsieur Ehlers, ce que les autres banques s’étaient toutes refusées de faire», estime la plainte citée par Radio France. La BNP aurait ainsi été «la seule banque à répondre par l’affirmative» à cette demande de déblocage de fonds dont, selon les plaignants, l’usage était évident.

Lire aussi: “Patrick de Saint-Exupéry, le rédacteur en chef de la “Revue XXI” révèle: Au Rwanda, les autorités françaises «ont donné l’ordre de réarmer ceux qui ont commis le génocide rwandais»

La vente d’armes en question est survenue en juin 1994. Un mois plus tôt, les livraisons d’armes au Rwanda avaient pourtant été interdites par une résolution de l’ONU. Au total, pas moins de 80 tonnes de matériel de guerre ont alors été livrées à Goma, au Zaïre (désormais République démocratique du Congo), avec pour destinataires les Forces armées rwandaises (FAR), qui participaient alors au génocide.

Le 28 juin, la revue XXI publiait une enquête sur le rôle de la France lors du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994, selon laquelle les autorités françaises auraient sciemment réarmé les responsables des massacres. Cette décision, violant l’embargo sur les armes décrété par l’ONU, mettrait donc directement en cause l’Etat français, dont le président était à l’époque François Mitterrand.

Source: Russia Today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE