Génocide WÊ : Retour sur une curieuse volte-face

Génocide WÊ : Retour sur une curieuse volte-face

‘’Pour liquider les peuples, on commence par leur enlever la mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Puis quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres, leur donne une autre culture, leur invente une autre histoire. Ensuite le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est, et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite’’. Milan HÜBL (historien et écrivain tchèque, 1927-1989).

Suite à sa récente sortie, synonyme d’envers de médaille, ma compatriote Anne Désirée OULOTO, est-elle capable, de nous démontrer en bonus, qu’elle s’engage désormais à œuvrer aux côtés de ses parents Wê, pour que l’assertion ci-dessus en introduction, ne soit pas appliquée à sa communauté ?

Parce que si elle reconnait enfin qu’il y a eu des crimes contre l’humanité en pays Wê, ce que nous qualifions tous de génocide, c’est qu’elle n’est pas loin de savoir aussi que dans son propre terroir (en pays WÊ), culture, histoire et mémoire ont été détruites par des bandes d’agresseurs puissamment armés. Un rapide coup d’œil sur les populations du Guémon et du Cavally : les personnes âgées, ces bibliothèques vivantes et puits de sagesse, des dépositaires incontestables de notre culture et de nos traditions Wê, ces ‘’livres’’, ont été décimées, méthodiquement, de 2002 jusqu’après 2011 par des machines à tuer. Parmi ces vielles personnes, hommes et femmes, il y a avait pêle-mêle des sages, des chefs de tribu, de canton, de village et de terre. Un constat réel, triste et désolant : oui, ces brigands ont massacré nos compatriotes pour s’approprier leurs terres et des milliers d’hectares au sein des parcs nationaux du Guémon et du Cavally !

C’est donc peu dire que d’affirmer que la dernière sortie de OULOTO Anne Désirée, contrairement à ce qu’elle a soutenu le vendredi 3 Mai à Tiassalé, plus qu’un pavé dans la mare de la douleur de ses compatriotes, est une vraie boîte de Pandore. Autant cette sortie est désolante, autant tout à la fois, cette sortie est mille fois utile. Utile parce que j’interprète personnellement cette sortie comme une puissante interpellation à l’endroit de la France et de la communauté internationale, ces donneurs de leçons et directeurs de conscience à travers le monde. Anne Désirée OULOTO dit reconnaître enfin qu’il y a eu des crimes contre l’humanité à l’ouest ivoirien, nos donneurs de leçons hurlent en prévenant sur les dangers du réchauffement climatique mais nos parcs forestiers et réserves, des patrimoines mondiaux, sont pillés par des milices armées ; la France et son rideau volatile de communauté internationale le savent, mais ils restent sourds, muets et amorphes. En faisant abstraction du mot génocide, un mot dérangeant, dangereux et donc qui fait peur, madame le ministre, dans sa rectification, dit reconnaître qu’il y a eu des crimes contre l’humanité, donc beaucoup de morts. Voici encore une autre situation préoccupante et inquiétante : que pensent et que font madame BENSOUDA et la Cour Pénale Internationale, relativement à une si grave affirmation produite enfin par une personnalité qui est loin d’être pro-GBAGBO ? Aurons-nous droit, ici, à une sortie minimale de monsieur ABDALLAH, ce porte-parole aussi assoiffant qu’affamant de la Cour Pénale Internationale ?

Enfin, la sortie de ma compatriote Anne Désirée OULOTO est aussi utile pour moi parce que cette sortie, de façon indirecte fait porter à toute conscience objective un sévère jugement moral sur la France, toutes ces organisations humanitaires et la Cour Pénale Internationale dans leur persistance à prendre l’ombre pour la proie ou pire, la victime pour le bourreau.

Personnellement, la France, la communauté et la justice internationales ne m’inspirent qu’une chose depuis Septembre 2002 : la nausée et un puissant rebut. C’est ce que je répète chaque jour à mes contemporains et que je n’aurai de cesse de répéter à mes descendants.

M. Gabin DJITE, Secrétaire Général de la Fédération du Front Populaire Ivoirien (F.P.I.) – Duékoué.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.