Géostratégie du Pire en Syrie : Le pays a changé de nom, il s’appelle désormais “Si Je Savais” ! (Par Hassane Magued)

Géostratégie du Pire en Syrie : Le pays a changé de nom, il s’appelle désormais “Si Je Savais” ! (Par Hassane Magued)

En Côte d’Ivoire, quand on veut donner des conseils à un insouciant, rempli d’orgueil et de mépris, on le fait par un adage en disant : « Si tu prends le chemin de “Je m’en fous, tu vas te retrouver au Village de “Si Je Savais” ».

Mais l’orgueil doublé d’un mépris raciste a ceci de particulier qu’il rend fou celui qui en a le virus. Et le fou est toujours quelqu’un qui a perdu toute raison d’être raisonnable.

Si cela n’était pas, il n’y aurait pas une crise en Syrie. Mais cela est, donc la Syrie est à feu et à sang. Mais analysons un peu cet enfer imposé à un peuple qui ne demandait qu’à vivre sa vie afin d’en sortir les bons côtés.

L’idée à la base de l’agression extérieure contre la Syrie, c’est le désir d’encercler la Russie avec une “clôture” de missiles équipés de têtes nucléaires et réduire ce contrepoids à l’arrogance occidentale au silence en le soumettant, par la force et au besoin, par une destruction totale. Le projet derrière tout ça, c’est d’imposer un ordre mondial luciférien dans lequel les contre-valeurs seront imposées aux peuples soumis par la menace nucléaire afin de déshumaniser l’Homme, le ramener à l’état moins qu’animal et l’exploiter au profit d’une élite maudite ayant passé un pacte diabolique avec Lucifer leur maître.

Outre donc les dimensions humaine, économique et géopolitique de la Crise syrienne, qui sont les aspects visibles et corrupteurs destinés à avoir le soutien de l’opinion occidentale abêtie par les média-mensonges aux ordres et donnée aujourd’hui comme la plus stupide et la moins cultivée au monde, c’est un projet hautement spirituel en vue d’asseoir un règne mondial sans partage dans la négation totale de toutes les valeurs sociales qui fondent la famille, socle de toute société durable, que l’Occident ambitionne de mettre en place.

En elle-même, cette guerre par procuration terroriste, n’est pas nouvelle sous les cieux. A l’époque de la confrontation des deux blocs soviétique et occidental, l’Angola, en Afrique, a connu une guerre du même type. Pour ceux qui ne le sauraient pas, la longue guerre de l’Angola avec d’un côté le rebelle Jonas Savimbi soutenu par les occidentaux ainsi que leurs obligés africains et de l’autre, Eduardo Dos Santos soutenu par le bloc communiste et socialiste révolutionnaire, ce sont d’un côté les soldats sud-africains et de l’autre les soldats cubains estimés à 300 000 qui se battaient en Angola ; l’armée loyale angolaise ne se chargeant que du ratissage après les combats d’une rare intensité.

Mais cet acharnement à vouloir déconstruire  l’équilibre géopolitique mondial et les valeurs sur lesquelles repose l’Humanité, n’ont mené nulle part que dans un engrenage destructeur et de regrets qui y iront en se bonifiant.

Comme premier “cadavre” de cette crise syrienne,  c’est l’ONU ce “machin” Organisation des Nations Unies. Elle n’existe plus que de nom ou dans le but de maintenir le niveau de vie et l’emploi de quelques fonctionnaires internationaux qui seraient désœuvrés si l’ONU venait à fermer les portes brutalement. Ayant échoué à maintenir les Nations du monde unies en leur imposant de respecter le Droit International, cette organisation qui s’est rendue coupable de massacre de milliers d’étudiants et enfants ivoiriens en 2011 lors de la crise postélectorale qu’elle a créée, n’a plus aucune raison d’exister, sauf à être le théâtre des affrontements diplomatiques hors règles diplomatiques, entre d’un côté Sodome et Gomorrhe incarnés par les USA et  l’Europe, et, de l’autre côté, la véritable Tribu d’Abraham, la Russie et ses alliés Arabes, asiatiques, africains.

Comme seconde victime et non des moindres, le Droit International en lui-même n’existe plus. En lieu et place des grands principes du Droit International, il y a désormais la Loi de la Jungle, où les plus armés, les plus immoraux, les plus violents tuent et tentent de réduire à l’esclavage ceux qu’ils considèrent comme les moins forts ou organisant une défiance à leur nouvel ordre mondial luciférien.

La victime qui arrive en troisième et qui est la plus directe, celle qui forme ce qu’on appelle « Retour à l’envoyeur »,  celle qui inaugure les voies du “nouveau nom” de la Syrie, c’est l’autodestruction de l’image mensongère de l’Occident dans l’opinion notamment en Europe de l’Est, en Asie et en Afrique. Ces escrocs de la foi et de la morale qui ont vendu une image angélique à l’Humanité pendant des siècles sous le couvert de faux modèles, sont aujourd’hui exposés en toute nudité. Ils épousent des chiennes, ils lèguent leurs biens aux animaux, ils votent des lois pour s’autoriser à se promener à poil comme les malades mentaux le font, ils enseignent qu’avoir un rapport sexuel avec un anus rempli de merde et d’hémorroïdes doit être la nouvelle orientation sexuelle de l’Humanité, ils gardent leurs enfants et familles au chaud chez eux et viennent détruire les pays des autres en poussant femmes et enfants dans la brousse et sur les routes de l’exil, etc. etc.

Cette dernière erreur dont ils sont les victimes directes est la toute fatale, celle qui a amorcé leur douce descente en enfer avec le déclin inévitable de leur empire construit sur la base du mépris racial et l’orgueil qui précède la chute.

Alors la Syrie s’appelle désormais « Si Je Savais ». Amers regrets et descente aux enfers seront leurs seuls partages. Mais comme on le dit chez nous, « Si Je Savais, n’a pas de queue ». C’est donc trop tard. La boîte de pandore  est ouverte. Et ils n’auront leurs yeux que pour pleurer …

A Très Bientôt.

Hassane Magued

La Révolution Permanente

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE