Guy André Kieffer: RSF appelle la Côte d’Ivoire à faire exécuter la commission rogatoire

Guy André Kieffer: RSF appelle la Côte d’Ivoire à faire exécuter la commission rogatoire

« Alors que les juges d‘instruction français ont fait parvenir en février 2015 une commission rogatoire internationale aux autorités ivoiriennes, celle-ci est demeurée à ce jour sans réponse », déclare Reporters sans frontières (RSF) qui appelle, avec la famille de Guy-André Kieffer et l’association Vérité pour Guy-André Kieffer, les autorités ivoiriennes à faire exécuter sans plus tarder cette procédure afin d’apporter, enfin, la vérité aux proches du journaliste disparu.

Le reporter franco-canadien, Guy André Kieffer a été enlevé le 16 avril 2004 alors qu’il enquêtait sur la filière cacao en Côte d’Ivoire. Il n’a jamais été retrouvé. Les juges Cyril Paquaux et Gaëlle Beuf, en charge de l’enquête sur sa disparition ont reçu les parties civiles le 3 février 2016. Cette première rencontre depuis la reprise du dossier par le juge Cyril Paquaux en 2014, a été l’occasion de faire le point sur l’avancée de l’enquête, souligne RSF dans un communiqué publié mercredi.

“Le président Alassane Ouattara s’est personnellement engagé à plusieurs reprises auprès d’Osange Silou-Kieffer et de Reporters sans frontières à faire toute la lumière sur la disparition de Guy-André Kieffer, notamment lors d’entretien avec le secrétaire général de RSF Christophe Deloire en 2014 à Abidjan”, déclare Clea Kahn-Sriber, responsable du bureau Afrique de RSF.

Pour elle, dès lors que le pouvoir ivoirien est bien établi et stabilisé, il est important que ces promesses puissent être suivies d’effets et que les témoins soient réauditionnés. “La famille de Guy-André Kieffer, Reporters sans frontières et l’association Vérité pour Guy-André Kieffer demandent aux autorités ivoiriennes de faire exécuter cette commission rogatoire le plus rapidement possible. Cela permettrait aux juges Paquaux et Beuf de faire avancer le dossier qui stagne depuis maintenant plusieurs années”, souligne la note.

Cette commission rogatoire internationale demande, entre autre, l’audition de l’ancienne première dame, Simone Gbagbo, actuellement incarcérée en Côte d’Ivoire, de son ancien chef de la sécurité, Anselme Yapo Seka (dit Séka Séka, ndlr), également à la disposition de la justice, ainsi que de Michel Legré, beau-frère de Simone Gbagbo, et l’ancien agent des services ivoiriens Jean Tony Oulaï. La Côte d’Ivoire occupe la 86ème place sur 180 pays dans le Classement 2015 de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières.

Source: AIP

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.