Henri Konan Bédié ou l’énigme du Sphinx devenu Phoenix (Par Prao Yao Séraphin)

Henri Konan Bédié ou l’énigme du Sphinx devenu Phoenix (Par Prao Yao Séraphin)

«  Le temps change, et l’homme change avec le temps »

(Les proverbes et adages Tchoudes)

Toute sagesse a pour but de résoudre l’énigme de l’homme, dernier terme de l’évolution planétaire. Cette énigme renferme celle du monde. Car le petit univers de l’homme, ou le microcosme, est le miroir et la synthèse minuscule du grand univers ou macrocosme. Constitués par les mêmes principes, ils sont l’un et l’autre des expressions diverses mais concordantes de l’invisible Créateur, visible dans ses œuvres, de l’Esprit souverain que nous nommons Dieu. Or, aucun symbole n’exprime plus éloquemment l’énigme entrelacée de la Nature et de l’Homme que le Sphinx antique de l’Égypte immémoriale.

Dans la mythologie égyptienne, puis grecque, le sphinx est une créature à corps de lion, ayant une tête humaine, de bélier ou de faucon, les pattes allongées parallèlement, représentant un roi ou une divinité, symbolisant la fécondité, la force protectrice, la sagesse. Le sphinx représente la force et la puissance du pharaon dans l’Egypte antique. Le président Bédié aime bien qu’on l’appelle le sphinx de Daoukro. Au regard de la situation actuelle de notre pays, du rôle qu’il a joué hier et la dignité qu’il représente aujourd’hui, le président Bédié a changé. A ce titre, il lui faut un autre nom. Pour nous, le président Bédié n’est plus le sphinx de Daoukro mais le Phoenix car sa capacité à renaître de ses cendres est spectaculaire.

Le phénix, ou phœnix, est un oiseau légendaire, doué d’une grande longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s’être consumé dans les flammes. Il symbolise ainsi les cycles de mort, de résurrection et de noblesse. Son bec et ses serres sont d’or pur, la tête est surmontée d’une huppe. Il apparait dans plusieurs cultures et sa longévité est de 500 ans voir plus. Lorsqu’il sent que sa fin est proche, il se constitue un nid fait d’encens, d’épices tressées et d’herbes aromatiques ; ensuite il s’expose au soleil, s’embrase. Le lendemain, on trouve un vermisseau dans le nid, le jour d’après un poussin et un nouveau Phoenix au bout de 3 jours. Le Phoenix ne possède ni femelle, ni congénère. On lui connait également des pouvoirs suivants : son chant ranimerait le courage de l’homme au cœur pur et sèmerait la panique chez celui qui a de mauvaises intentions. Une goutte de son sang permet d’avoir l’immortalité à celui qui boit et ses larmes guérissent n’importe quelle blessure ou maladie.

En allant s’allier au Rassemblement des républicains (RDR), le président Bédié perdait ainsi sa dignité. Il compromettait le zèle brûlant du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) pour le respect de la dignité du peuple ivoirien. Ce parti respectable et son président avaient appelé les Nations unies à mettre sous tutelle un pays que ce même parti avait aidé à conquérir une indépendance nominale en 1960. On peut également citer la création du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la Paix (Rhdp), le 18 mai 2005 à Paris, sur l’initiative du président Henri Konan Bédié soutenu par le Dr Alassane Dramane Ouattara. Les appels incessants du RHDP à la désobéissance civile, à ne pas travailler, à ne pas payer les taxes et impôts, jetaient un discrédit sérieux sur le PDCI-RDA.

Aujourd’hui, la souffrance des Ivoiriens a un nom : le RHDP. Dieu merci, le président Bédié tel le Phoenix renaît de ses cendres pour le bonheur des Ivoiriens. Les ivoiriens reconnaissent le PDCI et le président Bédié. Le PDCI n’est pas un parti oblique et dangereux. Pour s’en convaincre, il suffit d’être attentif aux propos de Félix Houphouët Boigny: «S’appuyant sur toutes les couches sociales d’Afrique, notre mouvement puise sa confiance dans l’avenir, dans celle que la masse africaine a placée en lui comme dans la lutte héroïque des forces démocratiques du monde entier, sûres de leur victoire contre les forces impérialistes». Dans le préambule des statuts adoptés au 5e Congrès, on peut lire ceci : «Le PDCI né du Syndicat agricole africain de Côte d’Ivoire, fidèle reflet des aspirations profondes de nos masses, a pour mission, dans le cadre du Rassemblement démocratique africain d’affirmer au niveau de la Côte d’Ivoire la personnalité africaine. Il s’assigne en conséquence pour but de promouvoir une politique de bien-être, de paix, de neutralité absolue et de coopération internationale dans l’égalité, la tolérance, la solidarité et la dignité».

Avec le Phoenix de Daoukro, l’opposition ivoirienne, y compris le Camp SORO et la société civile doivent s’unir pour proposer une alternative à la dégénérescence de notre pays.

PRAO YAO SERAPHIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.