Héroïne : le cauchemar américain (Audio)

Connu pour ses montagnes et son sirop d’érable, le Vermont est un petit Etat tranquille au Nord-Est des Etats-Unis. C’est là que j’ai passé une partie de mon adolescence. C’est aussi là que Mikael et Jenifer, deux de mes cousins, sont devenus accros à l’héroïne.

Au sein de ma famille américaine, le sujet a longtemps été tabou. Et personne ne pouvait penser que les “problèmes de drogue” de Mikael ou de Jenifer étaient liés à l’héroïne… La vie dans le Vermont est bien loin des ghettos des grandes villes ou des milieux du showbiz avec lesquels on associe spontanément l’héroïne.

Avec ce film, j’ai cherché à comprendre comment l’héroïne était arrivée jusque dans mon coin de nature et au sein de ma famille – une famille de la classe moyenne américaine touchée au cœur par cette nouvelle épidémie d’héroïne. Aujourd’hui ceux qui consomment de l’héroïne sont majoritairement des gens de la classe moyenne blanche américaine. Ces derniers mois, le nombre d’overdoses est en constante augmentation et les saisies d’héroïne atteignent des records historiques dans le pays. Il n’y a jamais eu autant d’héroïne aux Etats-Unis.

Quelle réponse politique ? 

J’ai trouvé que le constat était accablant, et au-delà de juste la drogue, c’est révélateur d’une société en perte de repères et qui ne sait plus vers quoi se tourner. Finalement les drogues sont accessibles car elles sont institutionnalisées. Ce qui est effrayant, c’est que les autorités politiques américaines sont tout à fait conscientes qu’on a même pas atteint le pic de l’épidémie, que la situation va encore s’aggraver. Pour l’instant il n’y a que des initiatives locales et le Vermont est considéré comme un laboratoire, un modèle possible par le gouvernement national et le ministère de la Justice. Mais on a vraiment l’impression qu’il manque une véritable volonté politique à la tête de l’Etat. Pour l’instant les réponses sont locales.

Est-ce qu’il faut attendre encore plus d’overdoses ? Est-ce qu’il faudra des morts spectaculaires, de gens qui soient plus proches des décisionnaires pour déclencher une vraie volonté politique au niveau des autorités nationales ? Parce qu’aujourd’hui tout le monde est touché, si les Américains ont pris conscience du problème c’est que ça touche la classe moyenne et ça ne touche plus la minorité pauvre des ghettos.

L’exception Vermont

Le Vermont est un Etat particulier, qui a toujours eu la tradition d’apporter des traditions pas très orthodoxes aux problèmes de société, plus libéral, au sens américain du terme, plus progressiste. Ils ont été les premiers à légaliser l’union homosexuelle, à envoyer un député avec l’étiquette socialiste au Congrès américain. Un petit Etat assez riche, un des moins peuplés des Etats-Unis, donc dès qu’il y a un problème, tout le monde est touché, concerné et cherche une solution ensemble.

De Sophie Nivelle-Cardinale

Ecoutez l’interview ici

Source: arte.tv

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.