Hommage du CNRD à Ben Soumahoro

Hommage du CNRD à Ben Soumahoro

BIG BEN, c’était ainsi que t’appelaient tes amis et tes intimes. Tu as discrètement tiré ta révérence, sans bruit, pour un homme qui nous avait habitués à poser des actes publics, empreints de solennité et de rigueur! Contraint de mourir en exil, en silence, tu pars, à l’abri de tout témoignage sur tes souffrances morales et physiques..

BEN ! Nous te demandons alors la permission, pour rappeler aux Ivoiriens et à la postérité, le véritable patriote que tu avais été pour ton pays, auquel tu avais tant donné.

En effet, par amour pour lui et par obligation morale et professionnelle, tu avais porté aux nues, ton métier de journaliste illustré par ta grande émission : LE FAUTEUIL BLANC.

Laquelle émission avait révélé les immenses compétences techniques, professionnelles et intellectuelles des cadres ivoiriens. Une émission d’élite que tu avais rendue populaire, par sa qualité, par le choix des hommes et les secteurs d’activités économiques.

Par amour pour la Côte d’Ivoire, ton mandat de Député a été un moment inoubliable, à cause de ton ardeur à la défense de sa souveraineté ; c’était aussi une période de sacerdoce, auquel tu avais consenti, par loyauté et par abnégation, de servir tes mandants : la population de BAKO.

Par amour pour ton Pays, tu avais abandonné publiquement la mauvaise voie qui le conduisait dans l’impasse et dans la servitude, en optant pour celle de la liberté. En vrai patriote, tu avais rejoint le combat du Président Laurent Gbagbo, pour la libération de la Côte d’Ivoire.

Membre fondateur du Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (CNRD), tu étais l’un des Conseillers politiques de son Président BERNARD BINLIN DADIE.

Il nous souvient encore, comme hier, tes interventions pertinentes et avisées sur les voies et les moyens de sortie de la crise ivoirienne.

Il nous souvient aussi tes mises en garde, sur les malheurs qui pointaient à l’horizon, contre notre Patrie.

Il nous souvient, enfin et surtout, ta diatribe justifiée, contre les intrigues en cours de préparation aux dépens de la Cote d’Ivoire ; tu nous indiquais déjà l’ampleur de la conspiration internationale.

Comme une juste prophétie, arriva, ce que tu prévoyais.

Après une pluie diluvienne de bombes militaires françaises sur ton pays, après le coup d’Etat inédit et sanglant de la France, pour renverser le Président Laurent Gbagbo, tu avais trouvé refuge au Ghana. En cela, tu avais voulu te soustraire à l’arbitraire et à la répression d’un régime de violence et de non droit installé dans ton Pays. Tu avais voulu, non seulement, montrer ton opposition à un tel régime, mais aussi ta résistance à une dérive politique, sans avenir…

La mort est venue te faucher sur le champ de bataille, le 11 avril 2016, comme, pour rappeler UN AUTRE ANNIVERSAIRE ! Tu nous laisses dans la peine et dans l’amertume. Cette mort prive ta famille, ton village, ta région d’Odienné, d’un digne fils de valeur, objet de la fierté de tous. Elle prive également la Côte d’Ivoire d’un Vaillant Patriote qui laisse aux générations présentes et futures le souvenir d’un grand COMBATTANT de la liberté.

Le CNRD, affligé et inconsolable, sous le poids de la douleur et de la tristesse, vient, au moment de la séparation, te rendre un vibrant hommage, pour tout ce que tu as été et pour tout ce que tu as fait, pour ta Patrie. GlOIRE ET HONNEUR A TOI, A TA GRANDEUR ET A TON COMBAT HEROÏQUE! Au nom de tous tes frères et sœurs de ce combat, Le CNRD souhaite que, dans l’éternité, tu reposes en paix.

Quant à nous, fermement assis sur nos convictions légitimes, avec l’espoir de libérer notre Pays de la servitude et de la soumission, nous continuons la lutte.  ADIEU BEN ! ADIEU !

BERNARD BINLIN DADIE (Président du CNRD)

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.