Hommage, Gratitude et Reconnaissance à Simone Ehivet-Gbagbo

Hommage, Gratitude et Reconnaissance à Simone Ehivet-Gbagbo

Ô mère des patriotes ivoiriens, ce qu’il doit être fier de toi, tout comme nous tes fils, ton ancêtre AMANGOUA, le grand résistant aux colons français, déporté et assassiné par eux au Gabon il y a un siècle, de même que Samory TOURE !

Vérité pour vérité, ta récente prestation au Palais de justice d’Abidjan sonne comme une grande consolation pour nous. Mieux, cette comparution est un grand pas de plus vers la victoire pour l’ensemble des victimes ivoiriennes et des démocrates amers mais encore et toujours debout. Des démocrates à la tâche partout dans le monde, pour l’éclatement de la vérité devant ce grossier non-sens que nous dénonçons et que nous refuserons toujours.

Oui, femme-courage, maman Simone EHIVET-GBAGBO, tu l’as toujours été et encore une fois, tu viens de le démontrer à la face du monde entier. Toi dont le courage et la conviction de résistante surpassent et écrasent de loin la lâcheté de toute la soldatesque française (notre vrai bourreau), de tous ces politiques français, ivoiriens ou africains désormais terrés ainsi que la traîtrise de ces généraux poltrons dont l’esprit de félonie se confond au reniement de soi, ta place n’est pas là où tu es, encore moins là où la C.P.I. te réclame. Femme de conviction qui jamais ne mettra sa dignité en vacances au sous-sol de la compromission par peur ou par lâcheté, ta détermination met à nu la vile posture de ceux d’entre nous qui ont choisi de se coucher et de s’aplatir pour mendier souffle de vie ou pitance à leurs bourreaux ! Sont-ils encore des hommes, ou alors vit-on pour manger ou mange-t-on pour vivre ? En toute sincérité, ton cours magistral de patriotisme, ta dialectique relative au respect de la loi constitutionnelle, ta ‘’peur’’ farouche du désordre et de l’injustice dans ce Temple de Thémis abidjanais depuis le 2 Juin 2016 nous donnent un regain de vitalité qui fait s’accroître notre détermination et notre foi, outre cette autre flamme d’espérance née le 28 Janvier 2016 et qui grandit sans cesse de La Haye !

Maman Simone EHIVET-GBAGBO, ta parole, ta seule parole, sans vanité et sans exagération, est plus tranchante et plus redoutable que le glaive ou l’épée de Jeanne D’ARC que les Français célèbrent pour les avoir libérés ! ‘’Ave’’ Simone, quiconque a la crainte de Dieu en son cœur devrait avoir compris qu’il y a longtemps que l’éléphante que tu es, tu as brisé la perfide et odieuse licorne militarisée qui était venue de France pour nous lier âmes, consciences et vies, à nouveau. Oh, honte ! Tu es humiliée, calomniée ou vilipendée, pour avoir dénoncé et détruit une volonté inique, infecte et suicidaire de soumission au colon français ! Et voici qu’à la face du monde entier, tes propres bourreaux, toute honte bue, vont te réhabiliter bientôt. A moins que CHIRAC, De VILLEPIN, Michelle ALLIOT-MARIE et SARKOZY, parrains de la rébellion ivoirienne ne viennent nous prouver que c’est bien toi qui as attaqué ton propre pays pour le déliter à ce jour, comme le ferait un hibou, dès la nuit du 18 Septembre 2002 ! Ces femmes enceintes éventrées, ces bébés décapités, ces civils et militaires dépecés vivants (oui, vivants !) ou brûlés vifs au nord et à l’ouest de la Côte d’Ivoire par la plus sauvage des rébellions parfois sous les yeux des soldats français, jusqu’à quand, oui, jusqu’à quand courront leurs assassins ? Où est donc ta part de responsabilité, là où le mensonge, la haine et la violence gratuite, par un spectaculaire retournement, ont enchaîné pour les exposer, les humilier et les punir enfin, leurs propres auteurs ?

Maman Simone EHIVET-GBAGBO, permets que nous te disions que désormais pour nous, vos noms, celui de ton illustre époux Laurent GBAGBO et toi, resteront à jamais gravés en nos cœurs meurtris que tu guéris, pour baptiser nos enfants, de descendance en descendance. Dommage et gravement dommageable pour les esprits coincés qu’une certaine justice humaine s’évertue inutilement à classer Honneur, Dignité et Vertu au rang de crimes ! A bientôt, très chère mère de la Côte d’Ivoire Nouvelle, toi qui, comme Laurent GBAGBO, a accepté de souffrir le martyr pour notre cause à tous ! ‘’Guélâ pohan houn’ nimâ !’’, Dieu te bénisse !

Pour les victimes de Duékoué (Carrefour & Nahibly) : Emmanuel Caleb, le 7 Juin 2016.

____________

Lire aussi: “Hommage à Simone Gbagbo à l’ocasion de la journée de la femme: Tu es notre Aline Sitoé Diatta, Ngola Mbandi Nzingha Bandi Kia Ngola, Yaa Asantewaa

About Tjefin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*