Homosexualité: Les eurodéputés résolus à «punir» l’Ouganda et le Nigeria

Homosexualité: Les eurodéputés résolus à «punir» l’Ouganda et le Nigeria

Le Parlement européen a demandé jeudi à l’Union européenne de sanctionner l’Ouganda et le Nigeria, à la suite du vote de lois anti-homosexuels dans ces pays, en réorientant l’aide au développement au bénéfice de la société civile et d’ONG.

Dans une résolution non contraignante adoptée à une large majorité, les députés appellent la Commission européenne et les Etats de l’UE à réexaminer leur stratégie d’aide à la coopération au développement à l’égard de l’Ouganda et du Nigeria et d’accorder la priorité à la réorientation de l’aide vers la société civile et d’autres organisations.

Cette législation, promulguée un mois après l’entrée en vigueur d’une loi restreignant encore les droits des homosexuels au Nigeria, a suscité les virulentes critiques des défenseurs des droits de l’homme et des gouvernements occidentaux, dont certains ont gelé une partie de leur aide à Kampala, des mesures pour l’heure sans effet.

Le texte du parlement européen cite aussi la Russie mais n’évoque pas de sanctions envers cette dernière.

Communiqué de presse du parlement européen

Droits de l’homme: Ouganda et Nigeria, Russie, et SinaïLe Parlement a adopté trois résolutions distinctes ce jeudi. Il a invité à un dialogue urgent avec l’Ouganda et le Nigeria, en vertu de l’accord de Cotonou, sur les récentes législations anti-homosexuels. Il a appelé la Russie à revoir les condamnations prononcées à l’encontre des manifestants de la place Bolotnaïa. Et il a demandé des actions régionales coordonnées pour lutter contre la traite des êtres humains dans le Sinaï.

Ouganda et Nigeria

Les députés affirment que les législations récentes en Ouganda (loi contre l’homosexualité) et au Nigeria (loi interdisant les mariages entre personnes de même sexe) violent l’article 9, paragraphe 2, de l’accord de Cotonou en termes de droits de l’homme, de principes démocratiques et d’état de droit. Ils invitent la Commission européenne à “entamer d’urgence un dialogue politique renforcé […] au plus tard à l’occasion du sommet UE-Afrique”.

Les députés demandent des sanctions ciblées, telles que des interdictions de déplacements et de visas, “pour les personnes clés responsables de l’élaboration et de l’adoption de ces deux lois”. Ils réclament une révision – plutôt qu’une suspension – de la stratégie européenne d’aide à la coopération au développement à l’égard de l’Ouganda et du Nigeria, dans le but de réorienter l’aide vers la société civile et d’autres organisations.

Russie

Les autorités russes doivent réexaminer, dans la procédure de recours, les peines prononcées à l’encontre des manifestants de la place Bolotnaïa et libérer les huit manifestants, ainsi que le prisonnier Mikhail Kosenko de la place Bolotnaïa, condamné à un internement psychiatrique forcé, affirment les députés. Ils déplorent la “répression continue menée à l’égard des citoyens qui critiquent le régime et à l’égard des médias indépendants qui subsistent, y compris TV Dozhd (pluie) et Ekho Moskvy radio”.

Le gouvernement russe doit mettre fin “à la campagne de harcèlement menée à l’encontre de militants et d’organisations de la société civile”, ajoutent les parlementaires.

Sinaï

Le Parlement exprime sa “vive inquiétude” face aux cas de traite d’êtres humains signalés dans le Sinaï et “condamne avec la plus grande fermeté les mauvais traitements infligés par les trafiquants à leurs victimes”. Il souligne l’importance de protéger et d’aider les rescapés du Sinaï, en attachant une attention particulière au soutien médical, psychologique et juridique.

Selon les parlementaires, une aide internationale accrue et un renforcement de la coopération entre les gouvernements d’Égypte, d’Israël, de Libye, d’Éthiopie, d’Érythrée et du Soudan sont nécessaires.

Par ailleurs, les députés s’inquiètent “profondément des informations faisant état de chantage sur le territoire de l’Union” et invitent les ministres des affaires étrangères et de la justice de l’Union à prendre les mesures qui s’imposent.

Procédure: résolutions non législatives

REF. : 20140307IPR38408

Contact
Raluca Viviana HULUBAN
Unité Presse
Telephone number(+32) 2 28 41498 (BXL)
Telephone number(+33) 3 881 74005 (STR)
Mobile number(+32) 498 98 33 34
0 foreign-press@europarl.europa.eu
Twitter@EP_ForeignAff

Nora CHAAL
Unité Presse
Telephone number(+32) 2 28 32269 (BXL)
Telephone number(+33) 3 881 78290 (STR)
Mobile number(+32) 498 98 34 020
presse-fr@europarl.europa.eu

 

 

 

About admin

One comment

  1. Qu’ils se mêlent de leurs ces enfoirés d’européens qui croient gouverner le monde
    Ils font ceux qu’ils veulent nous les africains faisons ce que nous voulons
    S’ils veulent forcement imposer leurs cultures de merde en Afrique eh beh ils sont tombés mal car en Afrique on dit NON AUX PéDé point barrrrre!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*