Il a parlé, Alpha Blondy!

Il a parlé, Alpha Blondy!

Il a parlé, Alpha Blondy, une des stars mondiales de la musique reggae !

Il a parlé, Alpha Blondy, le reggaeman ivoirien aux millions d’albums vendus dans le monde !

Il a parlé celui qui –dit-on- en 2005, c’est-à-dire trois ans après la création de la rébellion qui a endeuillé son pays, a été nommé par l’ONU « messager de la paix en Côte-d’Ivoire.»

DE QUOI A-T-IL PARLÉ ?

Nous prendrons ici et pour le moment seulement ce qui nous intéresse.

Il a parlé de l’urgence de la RECONCILIATION nationale !

Il a parlé de la nécessité de la LIBERATION de SIMONE GBAGBO et de tous les prisonniers détenus dans le cadre de la crise postélectorale de 2010-2011.

Il a parlé de l’importance d’une LOI D’AMNISTIE GENERALE pour la Côte-d’Ivoire !

Il a parlé également de la CPI disant que là-bas, « c’est le procès de la Côte-d’Ivoire qui va mal (qui est en train de se faire) et non celui de Gbagbo et de Blé Goudé ».

Il a aussi ajouté « qu’on a deux des nôtres qui sont en déportation à La Haye ».

Il a donc parlé, Alpha Blondy, celui dont on dit qu’il est très écouté de par le monde !

Mais, il a parlé seulement en cette moitié du mois de juin 2017 !

C’est-à-dire qu’il a parlé maintenant de choses qu’on attend depuis six ans !

Oui, il a parlé, ce Alpha Blondy qui, en pleine crise postélectorale, sur une chaîne française, disait vouloir se mettre à genoux pour demander à ce têtu de Gbagbo « d’abandonner le pouvoir auquel il s’accrochait et qu’il était sûr que ce dernier avait perdu les élections démocratiquement ».

Il disait vouloir –ce faisant- éviter à la Côte-d’Ivoire des morts inutiles.

Il a parlé, ENFIN, notre Alpha Blondy national !

MAIS, nous sommes déçu !

Il n’a pas parlé comme devraient le faire le leader d’opinion et la star mondiale qu’il est, ni comme un messager de la paix !

Voilà quelqu’un qui –de par ce qu’il est- ne court aucun risque : ni celui d’être emprisonné, ni celui d’être inquiété physiquement par la machine répressive de l’Etat.

Lui au moins, il n’est pas obligé de se cacher sous un éphémère et illusoire pseudonyme pour dire la vérité à ces dirigeants qui font la pluie et le beau temps dans notre pays.

Alors, pourquoi ne dit-il pas d’abord qui a fait quoi dans cette crise postélectorale 2010-2011, pour situer clairement les responsabilités avant d’appeler maintenant à la réconciliation nationale et à l’amnistie générale?

Pourquoi feint-il d’ignorer que la réconciliation en Côte-d’Ivoire ne sera véritablement enclenchée que lorsque toutes les responsabilités auront été dûment situées ?

Toute autre proposition qui ne prend pas en compte cette donne est semblable à un cautère sur une jambe de bois !

MAIS, POURQUOI PARLE-T-IL MAINTENANT ?

Cela fait six ans que dure le calvaire des Ivoiriens !

Ne sait-il pas, ce « messager de la paix de l’ONU », ne voit-il pas que la paix est troublée depuis six ans par toute l’armada politico-judiciaire dirigée majoritairement contre tous ceux qui ne sont pas d’accord avec son mentor ?

Six ans que les pro-Gbagbo ou « apparentés » sont majoritairement pourchassés, emprisonnés, écartés de la gestion des affaires de l’Etat.

Six ans que celui dont lui et ses semblables ont soutenu la démarche politique d’accession au pouvoir dirige le pays d’une main de fer, rejetant par-ci, les résolutions de la Commission Dialogue Vérité Réconciliation qu’il avait pourtant lui-même mise en place, organisant par là, des élections dans des conditions de transparence douteuses.

Six ans de martyre d’une partie de la population ivoirienne, dans l’indifférence de la communauté internationale et surtout, de ce Alpha Blondy, pourtant chanteur d’une musique mondialement connue: le reggae ennobli par les prises de position politique courageuses de chanteurs comme Bob Marley, pour ne citer que lui !

Six ans donc que nos compatriotes meurent en exil, loin de leur terre natale, du fait d’une politique qui les incite urbi et orbi à rentrer au pays, mais qui les emprisonne en catimini ou ne leur laisse comme condition de leur liberté que de se parjurer.

Six ans aussi que des Ivoiriens meurent incarcérés au pays, sans jugement pour certains, les plus chanceux ayant une épée de Damoclès au-dessus de la tête, du fait d’un jugement qui les libère provisoirement !

20112017 !

Six ans que Gbagbo est emprisonné à La Haye, rejoint par Blé Goudé, après être passés, tous les deux, sous la torture dans leur propre pays !

Six ans de mensonges éhontés déversés sur des hommes qui, même s’ils ne sont pas des saints, ont au moins eu la crainte de Dieu dans leur gestion quotidienne de notre pays !

Où était-il Alpha Blondy, lorsque, à peine élu en 2000, Gbagbo décida    –pour la paix dans notre pays- de faire rentrer d’exil et de recouvrir du manteau protecteur de l’Etat, Alassane Ouattara et Konan Bédié que leurs propres turpitudes politiques avaient conduits à fuir le regard des Ivoiriens ?

Où était-il, Alpha Blondy, quand Gbagbo, pour la paix dans le pays qu’il gérait, signa une loi d’amnistie pour libérer l’âme des rebelles –traîtres à leur propre patrie- qui avaient retourné en septembre 2002, les armes contre un gouvernement légal et légitime, tuant des centaines et des centaines d‘Ivoiriens?

N’est-ce pas ce même Alpha Blondy qui avait pris fait et cause pour Alassane Ouattara lequel, refusant la voie pacifique du recomptage des voix proposée par Gbagbo, avait opté pour la guerre ?

Nous croyons que si Alpha Blondy parle maintenant, c’est parce qu’il voit bien que les choses sont en train de changer, au grand désarroi des siens.

QU’EST-CE QUI A DONC CHANGÉ ?

Oui, pourquoi est-ce maintenant qu’il demande qu’on libère Simone Gbagbo ?

Pourquoi parle-t-il maintenant d’une loi d’amnistie générale ?

Pourquoi est-ce maintenant qu’il prend position en faveur de la libération de tous les prisonniers de la crise postélectorale ?

Ne sait-il pas que nous voyons, nous aussi, tout ce qui se passe dans le monde et surtout à La Haye ?

Toute cette effervescence qui nous vient principalement de la CPI, nous a appris, depuis longtemps, que tous les mensonges de la communauté internationale et de ses dirigeants par intérim ont été dévoilés, que Gbagbo a été injustement accusé de crimes contre l’humanité et d’avoir élaboré, avec Blé Goudé, un plan commun d’extermination des partisans de Ouattara, et enfin, qu’il est pris en otage puisque tout aussi injustement retenu à la prison de Scheveningen !

Nous avons observé également la confusion et le tumulte venus du sein-même de ceux qui s’étaient ligués contre la légalité constitutionnelle établie depuis les élections de 2010.

Et voilà que, parmi les sofas autrefois lancés aux trousses des défenseurs de la légalité, certains, ne voulant plus être continuellement payés en monnaie de singe, lassés par le peu de respect de la parole donnée de leurs chefs, mettent sur la place publique leurs secrets d’alcôve : ils avouent être en réalité des mercenaires qui se sont engagés contre le pouvoir sorti victorieux des élections de 2010 parce qu’on leur a promis monts et merveilles s’ils réussissaient à libérer le fauteuil présidentiel.

Ils avouent ainsi avoir été les armes utilisées par le camp opposé à Gbagbo pour l’évincer du pouvoir.

Ils démontrent ainsi clairement que le « Plan commun » dont est accusé Gbagbo à la CPI est plutôt le fait du camp dont Alpha Blondy s’est fait le complice par son silence depuis si longtemps !

Les voilà qui s’entre-déchirent encore, et, oh, crime de lèse-majesté, eux aussi réclament maintenant le retour du seul homme politique capable de ramener la paix et le développement en Côte-d’Ivoire : Gbagbo !

Tout cela, Alpha Blondy ne le voit-il pas ?

Alpha Blondy ne comprend-il pas que la prophétie est en train de se réaliser ?

Ou bien, Alpha Blondy ne le sait-il que trop et espère-il sournoisement –par cette prise de conscience bien tardive- tirer les dividendes d’une plus que possible libération de Gbagbo ?

Il devrait savoir, notre Rasta national, que pour l’immense majorité des Ivoiriens, il ne suffit pas, pour faire partie des défenseurs des libertés, de crier, maintenant que les jeux sont sur le point d’être faits: «libérez Simone Gbagbo; prenez une loi d’amnistie générale… ».

La bravoure aurait été que Alpha Blondy reconnaisse publiquement qu’il s’est trompé de bonne foi ou a été trompé sur l’identité des véritables criminels de la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011.

L’honnêteté aurait commandé que Alpha Blondy avoue que le malheur de la Côte-d’Ivoire vient de son propre camp, c’est-à-dire, du camp de ceux dont il a longtemps couvert les agissements par son mutisme alors qu’il était le « messager de la paix de l’ONU pour son propre pays » !

Etre responsable, c’est aussi et surtout reconnaître ses erreurs et les assumer.

A part cela –c’est-à-dire, à part le fait qu’il ne reconnait pas ouvertement s’être trompé de combat pendant six longues années, et qu’il décide sur le tard de réclamer la libération de personnes qu’il savait innocentes- nous pouvons lui savoir gré d’avoir quand-même pris position dans ce débat qui empoisonnait la vie sociopolitique depuis longtemps !

Non, nous ne voulons pas prêter à notre Alpha Blondy national, des intentions plus machiavéliques que celles, apparentes, qu’il a dévoilées.

C’est pour cela que nous nous contenterons de dire :

Oui, Alpha Blondy, lui au moins, -peut-être intérieurement pris de remords- a fait un pas dans la bonne direction, même s’il tente maladroitement de masquer son message par un jeu d’équilibriste.

Encourageons-le !

Peut-être les autres du même bord que lui le suivront-ils sur le difficile chemin de la repentance! 

TAGRO Tapé Innocent. Enseignant.

 

One comment

  1. Cher monsieur Tagro Innocent,je pense que tu as oublié un peu une réalité:Alpha Blondy parle maintenant car l’effet de drogue gandja passé lui donne un peu de lucidité précaire ou momentanée.Sinon,quand il prétendait se mettre à genoux pour supplier SEM Gbagbo de remettre le pouvoir au criminel Dramane Allassane,Alpha Blondy confirmait sa complicité d’antan dans le plan de la charte du Nord…Que l’effet d’aveuglement de la drogue dure! Cela a pris plus de 6 ans pour que Alpha Kone Blondy revienne sur terre! Yako Rasta-pouet!Un autre aussi avant lui,effet de drogue passé,voulait chanter désormais “Gbagbo”! Le poulet chiken de Mali.Drogue magni deh! En gros,tous ont vu que leur mentor docteur en econo-mythe est un vrai imposteur,un gros médicore qui ne sait rien gérer que voler.On l’a vu sous feu Houphouet:Allassane vend et rachete:un vrai voleur incapable de bon. Koh gnraman wourou loh deh!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE