Inéligible à la présidentielle 2015: Ouattara doit aider les Ivoiriens

Inéligible à la présidentielle 2015: Ouattara doit aider les Ivoiriens

Il est candidat quoique la loi dise. Il est candidat contre la Constitution. Pourtant, il a prêté serment pour la protéger, la défendre. Et non, pour la malmener. Mais la loi fondamentale ivoirienne est en difficulté. Elle a eu affaire !

Le 10 août 2015, le Front populaire ivoirien (Fpi) déclarait : « Monsieur Alassane Ouattara, inéligible conformément à l’article 35 de la Constitution ivoirienne, fait un passage en force, pour se présenter à l’élection présidentielle et se maintenir au pouvoir ». Le candidat du Rdr, Alassane Ouattara, semble faire le bras d’honneur aux légalistes qui lui rappellent les dispositions de la loi à son égard. Au regard de son propre aveu de 1995, selon lequel la loi ne lui permettait pas d’être candidat, il n’est vraiment pas éligible. Il le sait. A la lumière de l’Arrêt N° E 0001-2000 du 6 octobre 2000 de la Cour suprême, prononcé par son président Tia Koné, Alassane Ouattara est persuadé qu’il n’est pas éligible.

C’est parce qu’il est inéligible qu’à l’issu de l’Accord de Pretoria en avril 2005, le Médiateur dans la crise ivoirienne, Thabo Mbéki, Président de la République Sud-africaine, a été amené à demander la concession exceptionnelle suivante à son homologue ivoirien, Laurent Gbagbo : « Au terme du mandat donné au médiateur au paragraphe 14 de l’Accord de Pretoria, je décide par la présente, en tant que médiateur, que pour ce qui concerne les élections présidentielles de 2005, le Conseil Constitutionnel devrait accepter l’éligibilité des candidats qui seraient présentés par leurs partis politiques signataires de l’Accord de Linas-Marcoussis. Cependant, il est également important de respecter l’autorité de la loi en donnant effet à cette décision. A cet égard, il ne conviendra pas d’obliger le Conseil Constitutionnel à agir illégalement. Aussi, les autorités de la Côte d’Ivoire devront-elles prendre les mesures nécessaires pour donner force légale à la décision du médiateur concernant l’article 35. Le médiateur demande donc à Son Excellence le président Gbagbo de faire usage des pouvoirs attribués au président au terme de la Constitution de la Côte d’Ivoire, en particulier l’article 48 pour donner force de loi à la décision ci-dessus. » Au vu de ce courrier, le candidat du Rdr se sait inéligible.

C’est en réponse à ce courrier, que le Président Gbagbo a fait de Ouattara, au moyen de l’article 48, un candidat exceptionnel pour la présidentielle 2005. Election tenue finalement en 2010. Il est donc convaincu ne pas être concerné par la prochaine présidentielle en l’état actuel de la Constitution. Mais le voilà qui avance, la bride au coup, faisant la nique aux institutions et bon marché de la loi ivoirienne et de la démocratie acquise de haute lutte. Ouattara agit ainsi parce qu’après observation, au regard de la brutalité qui lui a toujours servi de sésame, il est parvenu à une certitude : La lutte ivoirienne manque cruellement de bras démocratiques capables de te tenir en bride.

Quels reproches son régime fera-t-il, dans ces conditions, aux plus jeunes tentés de suivre ses brisées ? Que dira-t-il à ces jeunes et même moins jeunes, tentés de consacrer la loi de la force au détriment de la force de la loi ? Ouattara doit aider les Ivoiriens en se retirant de la course présidentielle. Son geste serait salutaire. Puisqu’il a négligé la révision de la Constitution, la seule qui lui donnerait une seconde chance.

Germain Séhoué
gs05895444@yahoo.fr

About admin

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

CLOSE
CLOSE